Pôle régional d'éducation artistique et de formation au cinéma et à l'audiovisuel
?>
  • ?>
    La Maison de l'Image propose des ressources sur le cinéma et l’audiovisuel : documents écrits, expositions, malles pédagogiques, vidéos. Elle édite elle-même des outils pédagogiques sous diverses formes : fiches thématiques et sur des films, carnets d’expériences, expositions, films documentaires à propos d’actions d'éducation artistique.

    Elle développe actuellement Films en chantier, site internet dédié au processus de création.

    Renseignements et accès aux documents :
  • ?>
    Documents édités par la Maison de l'Image - à télécharger ou recevoir

    Fiches Lycéens & Court métrage

    Principes de la collection : la Maison de l’Image confie à un auteur, critique de cinéma ou réalisateur, la rédaction de la présentation d’un court métrage soutenu par la Région Basse-Normandie en partenariat avec le CNC : analyse du film, entretien avec le réalisateur, extrait du scénario ou d’autres documents de travail. Document édité pour les élèves et enseignants participant à Lycéens et Apprentis au cinéma (coordonné en Basse-Normandie par le cinéma Café des Images).

    La chaire de ma chère de Calvin Antoine Blandin PDF
    Lisa de Lorenzo Recio / par Marcos Uzal PDF
    Victor ou la piété de Mathias Gokalp PDF

    Fiches Lycéens & Cinéma documentaire

    Principes de la collection : la Maison de l’Image confie à un auteur, critique de cinéma ou réalisateur, la rédaction de la présentation d’un documentaire soutenu par la Région Basse-Normandie en partenariat avec le CNC : analyse du film, entretien avec le réalisateur, extrait du scénario ou d’autres documents de travail. Edité en collaboration avec MaCaO 7ème Art et la coordination régionale du dispositif Lycéens et Apprentis au cinéma (cinéma Café des Images).

    (G)rêve général(e) de Matthieu Chatellier et Daniela De Felice / par Patrick Leboutte PDF
    Une prison dans la ville de Catherine Réchard / par Cathie Dambel PDF
    Au nom des trois couleurs de Chantal Richard / par Cyril Béghin PDF

    Fiche Au seuil du cinéma par Pascal Vimenet

    Ce document sur les origines du cinéma est complémentaire de l’exposition Le cinéma ou la machine à remonter le temps et de la malle pédagogique pré-cinéma. Il se veut plus qu’une simple fiche pédagogique.
    Il vous appelle à la curiosité : suivez-en les multiples pistes. Plusieurs d’entre elles peuvent être l’occasion d’une recherche, notamment sur internet. A chaque fois qu’un mot apparaît en couleur, il peut être l’objet d’une recherche. A la clef, des trésors insoupçonnés…
    PDF

    Editée en 2009 par la Maison de l’Image Basse-Normandie pour les Vingt ans de Collège au cinéma dans le Calvados,
    Avec le soutien du Conseil Général du Calvados-Office départemental d’action culturelle du Calvados et de la Direction régionale des affaires culturelles de Basse-Normandie,
    En partenariat avec l’Inspection Académique du Calvados, le Centre national du cinéma et de l’image animée,
    Et en collaboration avec la Communauté de l'agglomération d'Annecy (Musée-Château), la Cinémathèque Française, les Archives Françaises du Film du CNC et l’Association Frères Lumière.

    Carnets d'expériences

    Principes de la collection : la Maison de l’Image édite régulièrement des carnets qui rendent compte d’expériences pédagogiques autour du cinéma, menées avec des partenaires de la région dans des cadres variés : temps scolaire ou hors temps scolaire, enseignement supérieur, actions de professionnalisation, etc. Ces carnets sont composés de la présentation du projet, de documents de travail, de textes rédigés par les participants et accompagnés de DVD des films réalisés.


    Carnet d'expérience Cinéma d'animation et enseignement – Avec DVD PDF
    Enseignement supérieur. 2014.
    Jumelage d’éducation artistique et culturelle avec l'ESPE Basse-Normandie Centre de Saint-Lô, les écoles primaires de Saint-Georges Montcocq et Jules-Ferry de Saint-Lô.
    Carnet d'expérience Les images et les mots : écriture critique et écriture sensible – Avec DVD PDF
    Temps scolaire. 2014
    Jumelage d’éducation artistique et culturelle avec le Lycée Agricole Auguste Loutreuil de Sées / Ateliers d'écriture animés par Marcos Uzal et Véronique Piantino.
    Livret Notre Fol Amour – Avec DVD PDF
    Culture Santé. 2012.
    Avec l’Etablissement Public de Santé Mentale de Caen
    Livret Ciné-Slam PDF
    Passeurs d’images. 2009.
    Dans le cadre de la formation régionale Les Images et les mots, en partenariat avec la Ligue de l’enseignement de Basse-Normandie
    Livret Court(s) d'identités – Avec DVD PDF
    Passeurs d’images. 2009.
    En lien avec le festival Cultures du Maghreb, avec Trait d’Union, le Café des Images et la Bibliothèque d’Hérouville Saint-Clair
    Livret Une prison dans la ville PDF
    Culture Justice. 2007.
    Atelier de programmation de films documentaires à la Maison d’Arrêt de Cherbourg
    Livret Le Jeu de l'acteur au cinéma – Avec DVD PDF
    Formation. 2007.
    Dans le cadre des Classes du comédien, avec Actea, Compagnie dans la cité 

    Lettre des pôles

    Principes de la collection : De 2004 à 2013, La lettre des pôles a été le journal d’information et de réflexion des pôles régionaux d’éducation artistique et de formation au cinéma et à l’audiovisuel. Edités avec le soutien du Centre national du cinéma et de l’image animée, les numéros ont été coordonnés à tour de rôle par les pôles volontaires. La Maison de l’Image Basse-Normandie a édité les numéros 13 et 14, parus en février et juin 2011.

    Lettre des pôles n°13 : De la pellicule au numérique : métamorphoses du cinéma (création, diffusion, transmission) PDF
    Lettre des pôles n°14 : Patrimoine cinématographique et éducation artistique PDF
  • ?>

    Exposition "Le cinéma ou la machine à remonter le temps", sur des textes de Pascal Vimenet, critique et enseignant de cinéma

    Cette exposition en 8 affiches, propose un parcours de la préhistoire du cinéma à l’invention du cinématographe. Chaque affiche aborde ce parcours de façon thématique :
    – D’où vient le cinéma ?
    – L’art du mouvement avant le cinématographe
    – Les sources scientifiues
    – Jeux optiques, étranges machines
    – Les premières caméras
    – Premiers studios : laboratoires du monde
    – Le réel et son double
    – Témoins de l’art nouveau.

    Descriptif de l'exposition

    Exposition composée d'1 affiche 60x190cm sur totem + 7 affiches 60x100cm avec œillets pour l'accrochage, imprimées en quadrichromie sur bâche.

    Cette exposition a été éditée par la Maison de l’Image Basse-Normandie dans le cadre des Vingt ans de l’opération Collège au cinéma dans le Calvados, pour les collèges et salles de cinéma partenaires. Avec le soutien du Conseil Général du Calvados-Office Départemental d’Action Culturelle du Calvados, de la Direction régionale des affaires culturelles de Basse-Normandie, de l’Inspection Académique du Calvados.
    Cette exposition est disponible pour tout organisme culturel, éducatif et socioéducatif.

    REGARDS DOCUMENTAIRES Une exposition en 12 affiches

    “Le documentaire est le premier mouvement du cinéma. Il commence avec le regard que l’on porte sur le monde autour de soi. Un regard qui trouve dans le cinéma le moyen de se rendre visible. Il n’est donc ni un genre en soi, ni le contraire de la fiction ; il est une démarche esthétique qui s’enracine dans une curiosité initiale.“ Jean Breschand

    Dans le cadre de la manifestation nationale Le Mois du Film Documentaire, la Maison de l’Image Basse-Normandie a acquis deux exemplaires de l’exposition intitulée Regards documentaires, coéditée par la Bibliothèque Publique d’Information du Centre Pompidou et Images en Bibliothèques. Celle-ci est destinée à être mise à la disposition, à titre gratuit*, des salles de cinéma, médiathèques, bibliothèques ou autres lieux œuvrant dans le champ de l’action culturelle, éducative et sociale.

    Son objectif est de valoriser le cinéma documentaire, d'en présenter l'histoire, les styles et les auteurs, à travers quelques-unes de ses questions phares :
    - filmer le passé
    - regards sur l'enfance
    - l'homme et le travail…

    Les titres des films, associés à chacune de ces questions, donnent un aperçu de la diversité et de la richesse des styles. Tout en donnant des éléments d'information et de réflexion, l'exposition est abondamment illustrée : photogrammes ou photos de tournage légendées…

    Descriptif de l'expositon

    Conception : Jean Breschand (auteur de Le Documentaire, l’autre face du cinéma, Cahiers du cinéma, 2003), Frédéric Goldbronn (Images en Bibliothèques) et Catherine Blangonnet (Bpi) – Auteur des textes : Jean Breschand – Coordination : Blondine Benoît (Bpi)
    Données techniques : exposition en 12 affiches en couleurs, plastifiées, L70xH120 cm (avec œillets pour l’accrochage)

  • ?>

    Editées par la Maison de l’Image Basse-Normandie et l’association Praximage dans le cadre des Vingt ans de l’opération Collège au cinéma dans le Calvados, pour les collèges et salles de cinéma partenaires*, les malles pédagogiques Pré-cinéma permettent un travail de découverte des principes du cinéma : persistance rétinienne, décomposition du mouvement… et de pratique des jeux optiques avec un jeune public.

    Elles sont composées d’ouvrages de référence, de documentaires sur le thème et de rééditions des jeux optiques qui, au cours du XIXe siècle, ont tenté de reconstituer le mouvement et précèdent l’invention du Cinématographe :

    Thaumatrope,
    Phénakistiscope,
    Zootrope,
    Praxinoscope.

    Des ateliers animés par des professionnels du cinéma, peuvent être proposés, autour de la manipulation et de la fabrication de jeux optiques et de la réalisation de «vues» cinématographiques à la manière des frères Lumière.

    *Avec le soutien du Conseil Général du Calvados-Office Départemental d’Action Culturelle du Calvados, de la Direction régionale des affaires culturelles de Basse-Normandie, de l’Inspection Académique du Calvados.

  • ?>

    Documentaires sur le cinéma et l’éducation à l’image

    La Maison de l’Image produit des films documentaires à partir de certaines actions d’éducation artistique qu’elle met en place en partenariat avec des organismes éducatifs de la région, et ceci sur l’ensemble du champ d’intervention du Pôle régional d’éducation à l’image : temps scolaire, hors temps scolaire, enseignement supérieur, formation. Les thèmes sont variés et peuvent concerner différentes formes de cinéma : fiction, documentaire, animation. Ils s’attachent parfois à un enjeu particulier du processus de création : la création sonore et musicale, le jeu d’acteur, etc.

    La mise à disposition de ces ressources pédagogiques a pour objectif de fournir des pistes d’actions concrètes aux porteurs de projets et d’illustrer notamment la place centrale des artistes, professionnels du cinéma et de l’audiovisuel, au sein de ces actions.

    Thème : l’expérience de spectateur

    - Film Collège au cinéma Calvados /en attente, titre à venir (2015, 56’)…

    - Ciné-Environnement : extraits de débats (captation) de Philippe Dauty et Jean-Marie Vinclair (2014, 48’, partenariat Maison de l’Image Basse-Normandie et Lycée Agricole Auguste Loutreuil de Sées)
    Extraits des captations de débats organisés autour de films programmés dans le cadre de la 20ème édition du festival Ciné-Environnement.

    Thème : création sonore et musicale au cinéma

    - Bruiter, musicaliser de Philippe Dauty et Jean-Marie Vinclair (2014, 9’25’’, partenariat Maison de l’Image Basse-Normandie et ESPE de Basse-Normandie site de Saint-Lô)
    Atelier de création sonore animé par Yan Volsy, ingénieur du son et compositeur de musiques de films, avec les étudiants de l’ESPE.

    - Musique et cinéma de Philippe Dauty et Jean-Marie Vinclair (2011, 26’, partenariat Maison de l’Image Basse-Normandie et IUFM de Basse-Normandie site de Saint-Lô)
    Lorenzo Recio, réalisateur et musicien, explique le processus de création sonore et musicale de son court métrage Lisa, à partir de l’écoute de documents sonores.

    - Le Son juste de Philippe Dauty et Jean-Marie Vinclair (2011, 26’, partenariat Maison de l’Image Basse-Normandie et IUFM de Basse-Normandie site de Saint-Lô)
    Des étudiantes en Master MEEF enseignement primaire (Métiers de l’Education, de l’Enseignement et de la Formation), recréent la bande sonore et musicale d’un extrait du court métrage d’animation Le Bal du Minotaure, de Lorenzo Recio, accompagnées par le réalisateur.

    Thème : le cinéma d’animation

    - On voit qu’ça bouge ! de Philippe Dauty et Jean-Marie Vinclair (2014, 11’45’’, partenariat Maison de l’Image Basse-Normandie et ESPE de Basse-Normandie site de Saint-Lô)
    Atelier de réalisation de film d’animation animé par Nicolas Bellanger, réalisateur, avec les élèves de l’école de Saint-Georges Montcocq.

    - En mouvement ! de Philippe Dauty et Jean-Marie Vinclair (2014, 7’05’’, partenariat Maison de l’Image Basse-Normandie et ESPE de Basse-Normandie site de Saint-Lô)
    Atelier de réalisation de film d’animation animé par Nicolas Bellanger, réalisateur, avec les élèves de l’école Jules Ferry de Saint-Lô.

    Thème : le jeu d’acteur au cinéma

    - Devant la caméra d’Alexandre Guérin et Jean-Marie Vinclair (2008, 50’, partenariat Maison de l’Image Basse-Normandie et Actea)
    Raphaël Jacoulot, réalisateur, intervient auprès de comédiens en formation professionnelle initiale afin de les préparer à interpréter un premier rôle devant la caméra, dans un film qu’il va écrire pour eux durant cette période.

    - Quatre heures avec Philippe Faucon de Jean-Marie Vinclair (2008, 32’, partenariat Maison de l’Image Basse-Normandie et Actea)
    Le réalisateur Philippe Faucon intervient lors d’un atelier de pratique sur la question du jeu de l’acteur au cinéma auprès de onze jeunes comédiens. A partir d’une situation de casting, il les dirige et leur parle du métier singulier de comédien au cinéma.

    DVD Images de la Culture, Collection Images de Cinéma (CNC)

    La Maison de l’Image Basse-Normandie a fait l’acquisition de 161 DVD de la collection Cinéma du catalogue Images de la Culture, créé par le Centre national de la cinématographie (CNC). Cette collection est constituée de films documentaires dont la thématique est le cinéma (portraits de cinéastes, entretiens, approche historique du cinéma, analyse de films) et de documentaires de création.

    Ces films sont libres de droits pour une diffusion gratuite dans des centres culturels, des médiathèques, des établissements scolaires et des cinémas.

    Ils sont destinés à être prêtés à des porteurs de projets, des formateurs, des professionnels, des enseignants, des animateurs, etc.

    Catalogue Images de la Culture

    Bon de réservation

  • ?>
    Documents consultables à la Maison de l'Image

    Institutions

    • CNC : dispositifs   >>Accéder au site
    • Ministère de la Culture : éducation   >>Accéder au site

    Education à l'image animée

    • Le fil des images   >>Accéder au site
    • CRAC Valence site Transmettre le cinéma   >>Accéder au site
    • Agence du court métrage > éducation   >>Accéder au site
    • Kyrnéa – Passeurs d'images   >>Accéder au site
    • Les Enfants de cinéma   >>Accéder au site

    Archives & cinémathèques

    • Cinémathèque Française   >>Accéder au site
    • Archives Françaises du Film-CNC   >>Accéder au site
    • BNF   >>Accéder au site
    • Cinémathèque de Toulouse   >>Accéder au site
    • Cinémathèque régionale de Bretagne   >>Accéder au site
    • Cinémathèque régionale du Centre – Ciclic   >>Accéder au site

    Cinéma documentaire

    • Images en Bibliothèque – Mois du Film Documentaire   >>Accéder au site
    • Ardèche Images – Maison du Doc   >>Accéder au site
    • Périphéries   >>Accéder au site

    Photographie

    • Le Bal   >>Accéder au site

?>
Le Pôle régional conçoit, coordonne et accompagne des actions et des dispositifs de transmission du cinéma, en partenariat avec des institutions et structures éducatives, culturelles et sociales de Normandie, sur les départements Calvados, Manche et Orne.
Par cinéma, on entend toutes formes d'écritures avec des images animées : l'ambition du Pôle est de sensibiliser les publics les plus larges à la diversité artistique et culturelle de la production cinématographique.
Les projets du Pôle s'appuient sur l'intervention de professionnels choisis pour leurs qualités artistiques et pédagogiques, leurs singularités : réalisateurs, techniciens, critiques, historiens, etc.
Les actions prennent des formes diverses, de la découverte des œuvres et de la rencontre avec des artistes à la pratique artistique.
La Maison de l'Image Basse-Normandie développe les actions du Pôle régional selon cinq axes principaux : Temps scolaire / Enseignement supérieur / Formation-professionnalisation / Hors temps scolaire - recherche de nouveaux publics / Mission ressource.
La mission de Pôle régional d'éducation artistique et de formation au cinéma et à l'audiovisuel est inscrite dans la Convention de développement cinématographique et audiovisuel entre l'État (CNC - DRAC) et la Région Normandie.
Responsable du service : Jean-Marie VINCLAIR
Chargé de mission hors temps scolaire, Passeurs d'images : Thomas SENK
Chargée de mission temps scolaire et développement des publics : Mélanie TELLINI
  • ?>
    La Maison de l’Image Basse-Normandie intervient sur la conception, la coordination et l’accompagnement d’actions de sensibilisation et d’éducation au cinéma et à l’audiovisuel dans les établissements scolaires et sur la formation continue des enseignants.

    Lycées :
    • • Partenariat culturel de trois établissements proposant l’Enseignement de spécialité cinéma et audiovisuel (ECAV) et d’une Option cinéma et audiovisuel (OCAV).
    • • Ateliers de pratique artistique en partenariat avec d’autres lycées de Basse-Normandie, suivant les sollicitations des enseignants.
    • • Ateliers de pratique artistique en partenariat avec les lycées agricoles, en lien notamment avec les enseignants d’éducation socioculturelle (ESC) ; partenariat avec le Festival Ciné-Environnement.
    • • Partenariat avec la coordination régionale de Lycéens et Apprentis au cinéma en Basse-Normandie sur les opérations Lycéens & Cinéma documentaire et Lycéens & Court métrage.

    Collèges :
    • • Coordination départementale cinéma de Collège au cinéma Calvados.
    • • Ateliers de pratique artistique, jumelages pour l’éducation artistique et culturelle.

    Écoles primaires, suivant les sollicitations des enseignants.

    Formation des enseignants : formations cinéma inscrites au Plan Académique de Formation.

  • ?>

    Missionnée par la Direction régionale des affaires culturelles de Normandie, la Maison de l’Image Basse-Normandie est partenaire culturel des Enseignements de spécialité cinéma et audiovisuel pour les classes L :

    • - du Lycée Marguerite de Navarre d’Alençon (61)
    • - du Lycée Marie-Joseph de Trouville-sur-Mer (14)
    • - du Lycée Jean-François Millet de Cherbourg-Octeville (50)
    et de l’Option cinéma et audiovisuel :
    • - du Lycée Marcel Gambier de Lisieux (14)

    En savoir +

    Le Pôle régional d’éducation à l’image est sollicité notamment par des lycées d’enseignement général et professionnel, afin d’expertiser leurs projets et de les conseiller sur la mise en œuvre d’actions d’initiation à la création cinématographique et audiovisuelle. Ce travail permet de définir en amont les axes pédagogiques et culturels des projets, et de solliciter des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel pour les accompagner.

    En savoir +

    Le Pôle régional d’éducation à l’image est sollicité notamment par des enseignants d’Éducation Socioculturelle (ESC) des lycées agricoles, afin d’expertiser leurs projets et de les conseiller sur la mise en œuvre d’actions d’initiation à la création cinématographique et audiovisuelle. Ce travail permet de définir en amont les axes pédagogiques et culturels des projets, et de solliciter des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel pour les accompagner.

    En savoir +

    Le Pôle régional d’éducation à l’image est membre du comité de pilotage et du groupe programmation du dispositif Lycéens et Apprentis au cinéma en Normandie.

    En savoir +
  • ?>

    Dispositif national d’éducation artistique du jeune public, Collège au cinéma a pour vocation de former des spectateurs assidus, curieux, critiques.

    De la 6ème à la 3ème, Collège au cinéma propose aux élèves de se constituer les bases d’une culture cinématographique en découvrant des films en salle de cinéma, grâce à l’accompagnement pédagogique des enseignants et des partenaires culturels.

    Les activités de Collège au cinéma sont inscrites dans le temps et le calendrier scolaires au rythme d’une projection par trimestre. Elles sont un élément constitutif du parcours culturel des élèves.

    En savoir +

    Le Pôle régional d’éducation à l’image est sollicité par des collèges, afin d’expertiser des projets autour du cinéma et de l'audiovisuel. Ce travail permet de définir en amont des axes pédagogiques et culturels spécifiques, puis de choisir des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel pour accompagner les actions qui trouvent à chaque fois une forme singulière.

    En savoir +
  • ?>

    • ?>

      ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE JACQUES PRÉVERT DE LA FERTÉ MACÉ / COLLÈGE JACQUES BREL DE LA FERTÉ MACÉ / CENTRE SOCIOCULTUREL FERTOIS – 61 :   jumelage d'animation et arts de la rue

      La Maison de l’Image Basse-Normandie a été sollicitée pour un premier jumelage d'éducation artistique et culturelle avec l’école Jacques Prévert de La Ferté-Macé.
      A travers ce jumelage, c'est un vrai projet à l'échelle du territoire de la communauté de communes La Ferté-Macé-Saint-Michel qui s'est déroulé, associant également le collège Jacques Brel, le Centre Socioculturel Fertois, la Médiathèque et la salle de cinéma Gérard Philipe.

      OBJECTIFS

      Ce projet de jumelage, inscrit dans le PTEAC (Projet Territorial d’Éducation Artistique et Culturelle) de La Ferté-Macé-Saint-Michel, vise à créer une passerelle entre école et collège autour d'un art que tous les élèves du territoire pratiquent dans le cadre des deux dispositifs d'éducation artistique que sont École et Collège au cinéma. Par ailleurs, il entend favoriser une articulation des actions sur le temps scolaire et périscolaire.

      Trois axes forts :

      • Rencontre avec des œuvres (projections en salle de cinéma dans le cadre des dispositifs agrémentés d'autres films choisis dans le cadre du projet)
      • Rencontre avec des artistes
      • Pratique artistique

      Le thème du PTEAC « La ville » constitue le thème d'un travail de cinéma d'animation : techniques du papier découpé, pixillation, photographies animées, etc.

      PUBLIC

      45 élèves de l'école Jacques Prévert (23 en CM1, 22 en CM2)
      15 élèves du collège Jacques Brel (en option cinéma)
      10 jeunes du Centre Socioculturel Fertois

      INTERVENANT

      Anthony GANDAIS, réalisateur de cinéma d'animation

      ÉQUIPE PÉDAGOGIQUE

      Serge BABARIT, Directeur de l'école Jacques Prévert et Professeur classe de CM2, Sylvain HOUILLIER, classe de CM1, Marie FRETILLIERE, Documentaliste au collège Jacques Brel,  Laëtitia FONTANIER, Directrice du Centre Socioculturel Fertois, Loïc PIERRE, coordinateur périscolaire Centre Socioculturel Fertois.

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Autour du thème du PTEAC « Des arts dans la rue », les différents publics (élèves du 1er et du second degré) ont découvert des œuvres et ont approfondi leurs connaissances sur le cinéma d'animation par l'étude et la pratique de différentes techniques qu'ils pourront expérimenter eux-mêmes lors de plusieurs ateliers de création avec un artiste.

      L'objectif était de créer des scénarios et des œuvres mettant en scène la rue.

      Interventions d'octobre 2015 à juin 2016 dont des journées consécutives permettant de travailler avec les deux classes de l'école sur le temps scolaire et périscolaire (le mercredi pour les écoles et les jeunes du Centre socioculturel, les pauses méridiennes et temps d'option pour le collège). Les temps forts de création ont été mutualisés.

      - Octobre 2015 (½ journée)  : rencontre avec Anthony Gandais et discussion autour des projets, à destination de l'équipe pédagogique impliquée dans le projet. Choix des démarches artistiques, des techniques, des cadres selon les publics et les contraintes de chaque structure favorisant la diversification des projets artistiques.
      - Novembre 2015 (½ journée)  : projection/rencontre en salle de cinéma de courts métrages réalisés par Anthony Gandais et de films d'autres cinéastes avec une variété de démarches artistiques et de techniques. Tous les publics participant au projet étaient présents.
      - Décembre 2015 (2 jours consécutifs) : découverte des différentes techniques d'animation (3h CM1, 3h CM2, 3h option cinéma du Collège, 3h jeunes du centre socioculturel).
      - Décembre 2015 et janvier 2016 (3 jours) : conception, écriture, repérages des projets.
      - Mars 2016 (3 jours consécutifs) : tournages des projets.
      - Avril 2016 (1 jour ½) : post-production image et son des projets.

      Restitution des films suivie d'un débat avec les élèves, à l'occasion d'un festival de cinéma d'animation au cinéma Gérard Philipe, les vendredi 3 et samedi 4 juin 2016.

    • ?>

      ÉCOLE PAUL SOUVRAY – LA FERTÉ MACÉ : Jumelage d’éducation artistique, culturelle et numérique

      La Maison de l’Image Basse-Normandie a été sollicitée cette année pour poursuivre le jumelage d'éducation artistique, culturelle et numérique engagé avec l’École Jacques Prévert de La Ferté-Macé en 2015/2016. En 2016/2017, le jumelage sera porté par l’école Paul Souvray. À travers ce jumelage, c'est un vrai projet à l'échelle du territoire de la communauté de communes La Ferté-Macé-Saint-Michel qui va se consolider, associant également à nouveau l’École Jacques Prévert, le Collège Jacques Brel, la Médiathèque et le cinéma Gérard Philipe.

      OBJECTIFS

      Ce projet de jumelage s'inscrit dans le PTEAC (Projet Territorial d’Éducation Artistique et Culturelle) de La Ferté-Macé-Saint-Michel autour du thème « Ma ville » (dimensions architecturale, historique, sociale et «affective», documentaire…).

      Il s'agit de créer une passerelle entre école et collège autour d'un art que tous les élèves du territoire pratiquent dans le cadre des deux dispositifs d'éducation artistique que sont École et Collège au cinéma. A l'occasion de l'entrée en vigueur de la réforme du collège, le lien se fera spécifiquement entre tous les élèves du nouveau cycle 3 : des élèves de CM1 et de CM2 (issus de deux classes des deux écoles de La Ferté Macé) et des élèves de 6ème du Collège (Collège Jacques Brel).

      • Rencontre avec des œuvres (projections en salle de cinéma dans le cadre des dispositifs agrémentés d'autres films choisis dans le cadre du projet)
      • Rencontre avec des artistes
      • Pratique artistique

      PUBLIC

      24 élèves de l'école Jacques Prévert (CM1)
      20 élèves de l'école Paul Souvray (CM2)
      9 élèves du collège Jacques Brel (en option cinéma)

      INTERVENANTE

      Daniela de FELICE, réalisatrice, monteuse, plasticienne

      ÉQUIPE PÉDAGOGIQUE

      Serge BABARIT, Directeur de l'école Jacques Prévert et Professeur classe de CM2, Eric GILARDI, Professeur classe de CM1, école Paul Souvray, Marie FRÉTILLIÈRE, Documentaliste au collège Jacques Brel, Fabienne MOUSSAY, Service éducation jeunesse, Loïc PIERRE, Coordinateur périscolaire Centre Socioculturel Fertois

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Autour du thème du PTEAC « Ma ville », il s'agira pour les différents publics (élèves de cycle 3) de découvrir des œuvres et d'approfondir leurs connaissances sur le documentaire, genre peu connu par eux, par l'étude et la pratique.

      Des films documentaires seront programmés pour eux en partenariat avec le cinéma.

      A partir de la thématique, ce projet ambitionne de faire réaliser plusieurs films documentaires à trois classes issues de trois établissements scolaires de La Ferté Macé.

      Chaque classe s'appropriera une époque liée à la ville, à savoir :
      - Ma ville hier pour la classe en option cinéma du Collège Jacques Brel (élèves de 6ème)
      - Ma ville aujourd'hui pour la classe de CM2 de l'école Paul Souvray
      - Ma ville demain pour la classe de CM2 de l'école Jacques Prévert

      Les élèves seront accompagnés par la réalisatrice qui leur permettra à la fois de comprendre ce qu'est véritablement un film documentaire (repères théoriques, historiques, projections de films), et d'écrire à partir du réel, repérer, tourner et monter plusieurs films collectifs : chaque groupe d'élèves éprouvera alors la question du point de vue et la confrontera aux autres, créant ainsi trois films « conjugués » différemment, au passé, au présent et au futur.

      Interventions entre septembre 2016 et mai 2017 dont certaines regroupées sur plusieurs journées consécutives :

      - 20 septembre 2016 (4h) : projection/rencontre en salle de cinéma de films réalisés par Daniela de Felice et de films d'autres cinéastes avec une variété de démarches artistiques et de techniques. Tous les publics participant au projet sont présents.
      - 17, 18 octobre et 7 et 8 novembre 2016 (2 fois 1 jours 1/2 consécutifs - 21h) : conception, écriture, repérage des projets
      - 29 novembre 2016 (1 journée - 7h) : initiation aux techniques de tournage à la Médiathèque La Grande Nouvelle

      Le matin : école Prévert de 9h15-10h30 puis l'école Souvray de 10h30 à 11h45

      2 groupes en parallèle et en alternance : pendant qu'un groupe a suivi l'atelier mené par Daniela de Felice sur l'initiation à la réalisation, l'autre groupe a suivi un atelier participatif autour du thème "comment c'était avant" à partir d'albums sur des villes au début du 20éme siècle.

      L'après-midi : collège Jacques Brel (2h) avec 2h d'initiation à la réalisation pour les 9 participants

      - 3, 9 et 10 Janvier 2017 (3 jours - 21h) : tournages des projets.
      - 21 mars 2017 2017 (1 journée - 7h) : post-production (dérushage et démonstration de montage à la Médiathèque La Grande Nouvelle)

      Finalisation du montage à domicile par l'intervenante (1 journée - 7h).

      Restitution des films suivie d'un débat avec les élèves au cinéma Gérard Philipe le 16 mai 2017.

      ÉCOLE PRIMAIRE POPPA DE VALOIS D'HÉROUVILLE SAINT-CLAIR – 14 : jumelage Mondes singuliers animés

      Cette proposition de jumelage est née d'une volonté commune entre la structure culturelle et le conseiller pédagogique Éducation nationale, en charge du dispositif d'éducation à l'image École et cinéma. En effet, la Maison de l'Image souhaite depuis plusieurs années développer davantage d'actions à destination du 1er degré. Le nouveau poste de chargée de mission sur le temps scolaire, créé au sein du Pôle régional d'éducation à l'image en mars 2015, permet maintenant de travailler en ce sens. La Maison de l'Image est donc intervenue à l'occasion d'une journée de formation École et cinéma afin de présenter les actions qu'elle mène, suscitant l'intérêt de plusieurs établissements, dont l'école Poppa de Valois d'Hérouville Saint-Clair.

      OBJECTIFS

      • Permettre aux élèves de rencontrer des artistes de disciplines différentes
      • Découvrir ce qu'est l'art brut et la création par la récupération
      • Comprendre le fonctionnement du cinéma d'animation « image par image » et ses différentes techniques
      • Valoriser les élèves dans une création commune diffusée en salle de cinéma devant les familles et l'école

      PUBLIC

      64 élèves dont 12 élèves de la classe Ulis, 22 élèves CE1/CE2, 22 élèves CE2, 7 élèves de l'Institut d’Éducation Motrice

      INTERVENANTS

      Didier NIVAUT, plasticien, Yannick LECOEUR, réalisateur, Patrick MAHIER, intervenant de l'école de musique d'Hérouville Saint-Clair

      ÉQUIPE PÉDAGOGIQUE

      Anne-Marie LE HINGRAT, CE2, Samir HASSANI, CE2, Sandrine GOHIER, ULIS

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Découverte de l’univers et des conditions de réalisation du cinéma d’animation d’objets, en créant des objets à partir de matériaux recyclés : création des décors, des personnages et du scénario, composition de la bande sonore avec des instruments de musique en matières recyclées.

      Découverte du cinéma d'animation en volume et d'œuvres de l’art brut.

      Ce parcours artistique s’enrichira de lectures de contes et mythes ainsi que de documentaires liés à l’écologie. Un journal scolaire numérique conçu et réalisé par les élèves suivra l’avancée de ce projet qui aboutira à la réalisation d’une exposition présentant les différentes phases du projet ainsi qu’à une projection des réalisations filmiques au Café des Images.

      Cette démarche vise à prise de conscience de ce qu'implique un projet de cette dimension : importance de la coopération, du respect des consignes, fierté, accomplissement.

      Ce projet interdisciplinaire permettra de travailler à la fois le cinéma, la musique, les arts plastiques, l'écriture, la photographie.

      Afin de faire découvrir l'univers du sculpteur et d'inspirer les élèves, deux sculptures sont installées au sein de l'école depuis le mois de décembre.

      Interventions de janvier à juin avec des intersessions assurées par l'équipe pédagogique :

      - Vendredi 20 janvier : fabrication du 1er personnage
      Lors de cette première intervention, Didier Nivaut a installé dans des socles en fer avec un tasseau en bois d'environ 1m50. Après avoir enroulé le tasseau d'un fin grillage pour donner forme au personnage, les élèves ont ensuite commencé à l'habiller avec des bouchons plastiques qu'ils avaient récupéré au préalable. Didier Nivaut a vu les 3 groupes sur la journée : 1h30 par groupe.
      En intersession : début d'écriture et finalisation du personnage.

      - Mardi 31 janvier 2017 : découverte du cinéma d'animation et de ses techniques. Yannick Lecoeur est venu présenter son parcours et une partie de son travail aux élèves. Il a ensuite commencé à voir avec eux leurs idées concernant l'histoire du futur film.
      En intersession : écriture et début des décors

      - Vendredi 10 février : création du 2ème personnage avec Didier Nivaut.
      En intersession : écriture et fabrication des décors.

      - Vendredis 3 et 24 mars : finalisation 2ème personnage.
      En intersession : finalisation de l'écriture et fabrication des décors.

      - Du 27 au 31 mars 2017 : tournage du film d'animation avec Yannik Lecoeur et début des enregistrements sonores avec Patrick Mahier.

      - Dates à définir en avril : finalisation de la bande son avec Patrick Mahier.

      Montage pris en charge par Yannick Lecoeur

      2 séances de restitution à destination des familles et des élèves les 26 et 29 juin au cinéma Le Café des Images :
      - le matin : séance complétée par un programme de courts métrages en lien avec le travail mené
      - l'après-midi : séance ouverte au public et complétée par un film de la programmation du cinéma

      ÉCOLE BILL BAILLIE AUTHIE – 14 : Centre de vacances Houlgate CPCV Normandie

      La Maison de l'Image Basse-Normandie a été sollicitée par le centre de vacances d'Houlgate afin de proposer des ateliers de réalisation cinématographique à l'école Bill Baillie d'Authie qui durant son séjour au centre (semaine découverte du 27 au 31 mars), souhaite mixer des activités sportives et culturelles.

      OBJECTIFS

      • Réaliser un projet collectif
      • Comprendre les différents métiers du cinéma et les étapes de création d'un film
      • Comprendre le cinéma d'animation et ses principes : la persistance rétinienne, et la composition du mouvement

      PUBLIC

      1 classe de CE1 et 1 classe de CE2-CM1 pour un total de 50 élèves

      INTERVENANT

      Anthony GANDAIS, réalisateur

      ÉQUIPE PÉDAGOGIQUE

      Christine BOUCHEREAU, classe de CE1 et Angélique HYM, classe de CE2-CM1

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Après une découverte du cinéma d'animation et du parcours du réalisateur, les élèves vont écrire une histoire à partir de critères donnés par l'intervenant :

      - 1 décor par classe.
      - 3 à 5 personnages maximum à animer.
      - Animation en volume : personnages en pâte à modeler à créer sur place.
      - Personnages rampants ou sans jambe : escargots, fantôme (avec accessoires).
      - Éléments de décors possibles en papier découpé.
      - Ciel à préparer en amont.
      - Pas de dialogues mais des onomatopées ou une voix off narrateur (qui pourra être enregistrée sur place).

      Cette histoire sera écrite en amont du séjour, ce qui permettra de se concentrer sur l'animation. Les décors pourront également être préparés en classe. Ils pourront être complétés d'éléments naturels que les élèves ou l'intervenant récupéreront directement sur place (des coquillages, par exemple).

      Jeudi 2 mars 2017
      Rencontre avec Anthony Gandais : approche technique du cinéma d'animation et explication des contraintes et critères à suivre.

      Lundi 27 mars
      Initiation au cinéma d'animation et finalisation des personnages et des décors.

      Du mardi 28 au vendredi 31 mars
      animation par groupe et montage : 33 heures

      FILM
      Serpent et Bigorneau
    • ?>
     
  • ?>

    Depuis 2005, la Maison de l’Image Basse-Normandie conçoit et met en œuvre des stages de formation pour les enseignants, dans le cadre du Plan Académique de Formation de l’Académie de Caen.

    Deux formations annuelles pour les enseignants de cinéma des Enseignements et options Cinéma et Audiovisuel des lycées (ECAV et OCAV), financées par le Rectorat et la DRAC, sont notamment proposées. L’une porte sur le nouveau film au programme du baccalauréat, l’autre sur des thématiques renouvelées tous les ans : le scénario, le montage, le découpage technique, le son et la musique… Ces stages, animés par des artistes, techniciens du cinéma, critiques, historiens, enseignants-chercheurs, allient expérimentation, analyse d’œuvres et approche théorique. Ils permettent, outre de qualifier les enseignants sur les sujets abordés, de favoriser l’échange sur leurs pratiques pédagogiques et de leur donner de nouvelles pistes pour des interventions de professionnels auprès des élèves.

    Outre ces stages récurrents, le Rectorat sollicite la Maison de l’Image plus ponctuellement sur la conception et la mise en œuvre de stages thématiques destinés aux enseignants du second degré (toutes disciplines). Ces stages proposent la plupart du temps des approches interdisciplinaires : musique et cinéma, littérature et cinéma, danse et cinéma, etc.

    Stages thématiques destinés aux enseignants du cinéma

    Le Cinéma documentaire & Nostalgie de la lumière, documentaire de Patricio Guzman, nouveau film au programme du Baccalauréat
      (25, 26 février 2016 - 14 heures)

    PUBLIC

    12 enseignants du 2nd degré assurant l’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel en lycée (enseignements de spécialité et options facultatives)

    INTERVENANT

    Yves de PERETTI, réalisateur, chef opérateur

    OBJECTIFS

    Étudier le nouveau film au programme du Baccalauréat, Nostalgie de la lumière, documentaire de Patricio GUZMAN. Cerner les principaux enjeux du cinéma documentaire :

    • Analyser le film par séquences (langage cinématographique)
    • Engager une réflexion esthétique autour de ce film
    • Connaître l’œuvre du cinéaste Patricio Guzman
    • Appréhender plus spécifiquement le cinéma documentaire (repères esthétiques, point de vue des auteurs, etc.)
    • Éprouver par un atelier de pratique la réalisation d'une forme documentaire innovante, en lien avec le film
    LIEUX DE LA FORMATION

    Cinéma Café des Images, Collège Lycée Expérimental, Hérouville Saint-Clair

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    Le stage repose sur l’articulation entre une approche analytique, théorique et historique du film Nostalgie de la lumière de Patricio Guzman et un atelier de pratique consacré au cinéma documentaire.

    Jeudi 25 février :

    MATIN (Café des Images) :
    Projection de Nostalgie de la lumière de Patricio Guzman
    Échanges autour du film avec Yves de Peretti. Présentation du cinéma de Patricio Guzman et principaux repères.

    APRÈS-MIDI (Collège Lycée Expérimental) :
    5 analyses de séquence avec Yves de Peretti :
    Séquences d'introduction et de fin : les enjeux du film documentaire
    Séquence 1 : axe histoire, géopolitique : omerta au Chili et à l'International
    Séquence 2 : axe philosophie : le devoir de mémoire, métaphysique sur l'origine de l'homme, le temps, la mémoire, le souvenir
    Séquence 3 : axe linguistique : une langue poétique, l’espagnol

    Vendredi 26 février :

    Écriture et réalisation d'un « film objet », avec Yves de Peretti : création de plusieurs films (4 groupes de 3 stagiaires).
    Écrire, verbaliser et créer dans le cadre d'un travail collectif.
    Problématique : Comment filmer la parole ?
    Montage, projection et analyse des films réalisés par les stagiaires
    Bilan du stage : Comment mettre en place des ateliers documentaires en 2nde ou en 1ère ? Quel type de travail interdisciplinaire mener avec le cinéma documentaire ?

    Le cinéma au croisement des arts (29, 30 avril 2015 - 14 heures)

    PUBLIC

    10 enseignants du 2nd degré assurant l’enseignement cinéma et audiovisuel en lycée (enseignements de spécialité et options facultatives), sur les deux journées
    15 enseignants du 2nd degré ayant récemment obtenu la certification complémentaire cinéma, sur une journée

    INTERVENANTS

    Francisco FERREIRA, Maître de conférences en cinéma à l'Université de Poitiers, Laetitia TURA, photographe et réalisatrice, Daniela de FELICE, réalisatrice

    OBJECTIFS

    • Comprendre que le cinéma est en lien direct avec plusieurs arts tant dans ce qui le constitue à l'origine, qu'à travers plusieurs démarches de réalisateurs contemporains
    • Constituer plusieurs repères historiques et esthétiques
    • Analyser de manière innovante les films concernés par d'autres formes d'expressions artistiques
    • Sensibiliser, à travers les expériences d’artistes, professionnels du cinéma, les enseignants sur les interpénétrations entre les arts
    • Éprouver par un atelier de pratique les liens entre le cinéma et les autres arts

    LIEU DE LA FORMATION

    Collège Lycée Expérimental, Hérouville-Saint-Clair

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    Mercredi 29 avril :

    MATIN :
    Conférence Le cinéma au croisement des arts : repères esthétiques et historiques.
    Intervention de Francisco Ferreira : analyse d’extraits et étude de cas.

    APRÈS-MIDI :
    Rencontre avec Laetitia Tura : présentation de sa démarche de création à partir de travaux photographies et d'extraits de son film Les Messagers

    Jeudi 30 avril avec Daniela de Felice :

    Présentation de sa démarche de création à partir de travaux et d'extraits de films.
    Atelier Arts plastiques et cinéma.
    Échange sur des pistes pédagogiques pour le travail en classe sur les relations du cinéma avec d’autres arts.

    Le son au cinéma (2) : la musique (9, 10, 11 avril 2014 - 21 heures)

    Deuxième volet du stage « Le son au cinéma », lequel avait porté en 2013 sur la question de la voix, du bruitage et des ambiances.

    PUBLIC

    - 11 enseignants du 2nd degré assurant l’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel en lycée (enseignements de spécialité et options facultatives) sur les trois journées (9, 10 et 11 avril)
    - 25 enseignants du 2nd degré d'autres disciplines sur une journée (10 avril)

    INTERVENANTS

    Yan VOLSY, ingénieur du son, bruiteur et musicien, Thierry JOUSSE, critique de cinéma, réalisateur, producteur de l’émission Cinéma Song sur France Musique, Daven KELLER, compositeur de musiques de films

    OBJECTIFS

    Cerner les enjeux artistiques et techniques de la musique et du son au cinéma :

    • Comprendre que la création musicale induit le sens du film et le point de vue du spectateur
    • Faire découvrir aux enseignants la diversité des façons d’aborder la musique au cinéma, à travers les expériences d’artistes et de professionnels du cinéma
    • Réfléchir sur la collaboration entre le réalisateur et le compositeur d'une musique de film concernant les choix artistiques
    • Éprouver, par des ateliers de pratique artistique, le choix d'une musique de film et la création sonore
    LIEU DE LA FORMATION

    École Supérieure du Professorat et de l'Éducation de Basse-Normandie, Caen (ESPE)

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    La formation repose sur l’articulation entre une approche théorique et un atelier de pratique sur la question du son et de la musique au cinéma.

    1er jour : mercredi 9 avril / Salle de musique.

    MATIN :
    Intervention de Yan Volsy : sémiologie et esthétique du son au cinéma.
    Outils d'analyse (typologies), le son pensé et fabriqué, rôles particuliers de la musique, décrire la musique : quelques notions de base.

    APRÈS-MIDI :
    Atelier de création « bruitage / musique »(par groupes).

    2ème jour : jeudi 10 avril / Amphithéâtre.

    MATIN :
    Intervention de Thierry Jousse : conférence « Musique et cinéma, repères historiques et esthétiques », extraits et études de cas.

    APRÈS-MIDI :
    Rencontre avec Thierry Jousse et Daven Keller : processus de création d'une musique de film, étude de cas.

    3ème jour : vendredi 11 avril / Salle de musique.

    MATIN :
    Intervention de Yan Volsy sur une étude de cas : fabrication de la bande son d'un court métrage puis atelier autour de la création de différentes. ambiances musicales à insérer dans le même film.

    APRÈS-MIDI :
    Suite de l'atelier autour de la création d’ambiances musicales.
    Discussion autour de pistes pédagogiques pour le travail en classe sur la question de la musique au cinéma.

    Le son au cinéma (1) : voix, bruitages, ambiances (3, 4, 5 avril 2013 - 21 heures)

    Premier volet de la formation « Le Son au cinéma »

    PUBLIC

    11 enseignants du 2nd degré assurant l’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel en lycée (enseignements de spécialité et options facultatives)

    INTERVENANT

    Pascal RIBIER, ingénieur du son, notamment sur Conte d'été d’Éric Rohmer, film au programme du baccalauréat

    OBJECTIFS

    Cerner les enjeux artistiques et techniques du son au cinéma :

    • Comprendre que la création sonore induit le sens du film et le point de vue du spectateur
    • Faire découvrir aux enseignants la diversité des façons d’aborder le son au cinéma (prise de son directe, recréation en studio, bruitage, montage son, mixage, etc.), à travers les expériences d’artistes, professionnels du cinéma
    • Réfléchir sur la collaboration entre le réalisateur et l'ingénieur du son d’un film concernant les choix artistiques
    • Comprendre concrètement comment les choix artistiques impliquent des choix techniques pour le tournage et la post production
    LIEU DE LA FORMATION

    Collège Lycée Expérimental, Hérouville Saint-Clair

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    La formation repose sur l’articulation entre une approche théorique et un atelier de pratique :

    1er jour :

    MATIN :
    L’approche théorique du son au cinéma à partir des expériences de Pascal Ribier : analyse de cas concrets et d’extraits de films, notamment d'Éric Rohmer.
    - Qu'est-ce que le son ? (volume, amplitude, timbre, tessiture, etc.)
    - Petit historique du son au cinéma
    - Le processus de création sonore au cinéma : prise de son direct ou en studio (doublage, post-synchronisation, bruitage), le montage son, le mixage, etc.

    APRÈS-MIDI :
    Atelier prise de son direct avec plusieurs configurations artistiques et techniques (précédé d'un « repérage sonore »). Démonstration des différentes possibilités d'enregistrement du son sur un plateau. Travail sur la voix, nourrie d'extraits de films.

    2ème jour :

    MATIN :
    Début de l’atelier de pratique encadré par l'ingénieur du son qui s’est déroulé sur quatre demi-journées : les enseignants, répartis en deux groupes, ont tourné quelques séquences à partir du scénario de Conte d'été d'Éric Rohmer : un groupe a travaillé sur une proposition sonore naturaliste, l'autre sur une interprétation plus moderne et décalée.
    Contraintes : enregistrement de dialogues (2 à 3 personnages), de sons d'ambiances et de bruitages.

    APRÈS-MIDI :
    Suite de l’atelier de pratique encadré par l'ingénieur du son : fin du tournage, importation des rushes, organisation du chutier et début du montage son.

    3ème jour :

    MATIN :
    Suite de l’atelier de pratique encadré par l'ingénieur du son : fin du montage son et mixage.

    APRÈS-MIDI :
    Mixage son et fin de l’atelier de pratique.
    Analyse comparée des séquences réalisées par les deux groupes avec l’extrait du film préexistant.
    Réflexion sur les choix artistiques et techniques de prise de son, de montage, de bruitage et de mixage.
    Discussion autour de pistes pédagogiques pour le travail en classe sur la question du son au cinéma.

    Découpage technique et mise en scène (2, 3, 4 mai 2012 - 21 heures)

    Stage à destination des enseignants de cinéma des cinq Enseignements de spécialité et de l’option légère cinéma et audiovisuel.
    Objet : appréhender une étape-clé de la création cinématographique, le découpage technique, et plus globalement d’aborder la question de l’espace au cinéma.

    PUBLIC

    Professeurs de cinéma du 2nd degré

    INTERVENANTS

    Rafael LEWANDOWSKI, réalisateur, Pukyo RUIZ DE SOMOCURCIO, directeur de la photographie

    OBJECTIFS

    Cerner les enjeux artistiques et techniques d’une étape essentielle de la création cinématographique, le découpage technique :

    • Comprendre comment, à partir du scénario, le découpage technique matérialise les choix de mise en scène, comment il induit le sens du film et le point de vue du spectateur
    • Faire découvrir aux enseignants la diversité des façons d’aborder le découpage technique, suivant la nature des projets (découpage en fiction ou documentaire, réalisé en amont du tournage ou directement sur le plateau, découpage en vue d’un tournage en studio ou décor naturel, etc) à travers les expériences d’artistes, professionnels du cinéma
    • Réfléchir sur la collaboration entre le réalisateur et le chef opérateur concernant les choix de composition et de cadrage des plans au moment du tournage
    • Comprendre concrètement comment les choix artistiques effectués au moment du découpage impliquent des choix techniques pour le tournage : composition de l’équipe, machinerie, etc.
    • Eprouver par un atelier de pratique les conséquences des choix effectués au moment du découpage technique, sur le tournage (en particulier sur le jeu d’acteur), puis le montage (de quelle façon le découpage technique anticipe-t-il le montage ?)
    • Travailler concrètement sur la notion d’espace au cinéma (champs/hors champs, etc.), à travers la réflexion sur le découpage technique
    • Acquérir des connaissances conceptuelles et techniques, exploitables autant pour l’analyse des films que dans le cadre des ateliers de réalisation avec les élèves
    LIEUX DE LA FORMATION

    Collège Lycée Expérimental, cinéma Le Café des Images, Hérouville Saint-Clair

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    La formation repose sur l’articulation entre une approche théorique et un atelier de pratique :

    1er jour : intervention du réalisateur, fil rouge de la formation, et du chef opérateur.

    MATIN :
    Étude de cas concret à partir de l’analyse de documents de travail et d’extraits de films.
    Découpage technique collectif (réalisateur, chef opérateur, enseignants), à partir de séquences du scénario de La Dette, long métrage de fiction de Rafael Lewandowski.
    Analyse comparée du découpage collectif et de la séquence du film (plans des décors, schémas, dessins, etc.).

    APRÈS-MIDI :
    Début de l’atelier de pratique : à partir d’un scénario de fiction écrit par Rafael Lewandowski, réalisation collective de 2 courts métrages par les enseignants répartis en deux groupes (découpage technique).

    2ème jour :

    MATIN :
    Projection de La Dette de Rafael Lewandowski, suivie d’une analyse des choix de découpage et de mise en scène du réalisateur.

    APRÈS-MIDI :
    Suite de l’atelier de pratique encadré par le réalisateur (tournage).

    3ème jour :

    MATIN :
    Suite de l’atelier de pratique encadré par le réalisateur (montage).

    APRÈS-MIDI :
    Fin de l’atelier de pratique. Analyse comparée des séquences réalisées par les deux groupes.
    Réflexion sur l’évolution des choix de découpage à toutes les étapes.
    Discussion autour de pistes pédagogiques pour le travail en classe sur le découpage technique.

    Esthétique et pratique du montage  (28, 29, 30 mars 2011 - 21 heures)

    Stage à destination des enseignants de cinéma des cinq lycées proposant l’Enseignement de spécialité cinéma en lycée de l’Académie.
    Objet : appréhender les apports historiques et esthétiques du montage au cinéma et approche pratique des enjeux de création à l'œuvre dans le montage d’un film.

    PUBLIC

    Professeurs de cinéma du 2nd degré

    INTERVENANTS

    David VASSE, Maître de conférences en cinéma à l’Université de Caen et critique, Raphaël JACOULOT, réalisateur, Jean-Christophe HYM, monteur

    OBJECTIFS

    • Articuler approche théorique (apports esthétiques et historiques) et approche pratique
    • Appréhender concrètement les enjeux de création et d’écriture qui sont à l’œuvre à l’étape du montage
    • Comprendre la nature de la collaboration entre le monteur et le réalisateur
    • Aborder le montage dans le cinéma de fiction et dans le cinéma documentaire
    LIEUX DE LA FORMATION

    Collège Lycée Expérimental et cinéma Le Café des Images, Hérouville Saint-Clair

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    1er jour

    MATIN :
    Esthétique du montage : intervention de David Vasse sur l’historique et l’esthétique du montage au cinéma, nourrie d’extraits de films.

    APRÈS-MIDI :
    Enjeux artistiques et techniques du montage : rencontre avec Raphaël Jacoulot et Jean-Christophe Hym.
    A partir d’extraits de leurs films : les raccords, la coupe, l’ellipse, le rythme, le jeu des comédiens, etc.
    Méthodologie : organisation d’un chutier, dérushage, bout à bout.

    SOIR :
    Projection publique du film Avant l’aube de Raphaël Jacoulot, suivie d’une rencontre, au cinéma Le Café des Images.

    2ème jour

    MATIN :
    Atelier de pratique (4 groupes) encadré par Jean-Christophe Hym : montage d’une séquence de fiction à partir des rushes d’Avant l’aube (la gestuelle, la mise en scène du mouvement des corps, travail sur la continuité ou la discontinuité, sur le rythme, le traitement de l’espace).

    APRÈS-MIDI :
    Suite de l’atelier.
    Projection des séquences montées et discussion.

    3ème jour

    MATIN :
    Atelier de pratique encadré par Jean-Christophe Hym : montage d’un court métrage à partir d’images d’archives documentaires.
    A partir d’un corpus d’images d’archives documentaires mises à disposition par l’ARCIS (Agence Régionale de Conservation de l'Image et du Son), chaque groupe a écrit et monté un film d’environ 3 minutes et réalisé une bande sonore (écriture et enregistrement d’une voix off, musique, bruitages…) : travail sur la narration, la structure d’un film, le rapport texte/image, traitement du temps.
    Réflexion autour de la particularité du montage d’images d’archives dans le documentaire.

    APRÈS-MIDI :
    Suite de l’atelier
    Projection des films et analyse. Pistes pédagogiques.

    Le scénario : singularités des écritures du court métrage de fiction contemporain (25, 26 mars, 27 avril 2010 - 21 heures)

    PUBLIC

    Enseignants en cinéma de l’académie (enseignement de spécialité et/ou option) + enseignants participant à un dispositif de sensibilisation au cinéma

    INTERVENANTS

    Laurette POLMANSS, Martin DROUOT, scénaristes et réalisateurs

    OBJECTIFS

    • Pouvoir conduire des ateliers d’écriture de scénario, soit dans le cadre des enseignements cinéma et audiovisuel soit dans le cadre de l’accompagnement des dispositifs cinéma mis en place par l’action culturelle rectorale

    LIEU DE LA FORMATION

    Institut Mémoires de l'édition contemporaine (IMEC), Abbaye d'Ardenne, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    1ère session de 2 jours : approche technique et structurante du travail d’écriture de scénario, à partir de l’analyse de courts métrages choisis en fonction de la singularité de leur esthétique.
    Deux axes d’écriture abordés : la notion d’unité (décor unique, et/ou plan unique, et/ou unité de temps) et la question de la voix off qui n'est pas seulement descriptive ou narrative.

    Travail en ateliers, en binômes, à partir de ces deux axes d’écriture.

    Intersession : travail de correction et d’expertise des travaux des enseignants stagiaires par Laurette Polmanss.

    2ème session : rappel des règles dramatiques et retour sur les scénarios écrits par les stagiaires par Martin Drouot.

    Stages sur les nouveaux films au programme du baccalauréat cinéma

    Le Cinéma de Satyajit Ray (2, 13 janvier 2017 - 14 heures)

    PUBLIC

    12 enseignants du 2nd degré assurant l’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel en lycée (enseignements de spécialité et options facultatives)

    INTERVENANT

    Martin DROUOT, scénariste, réalisateur

    OBJECTIFS

    Étudier le nouveau film au programme du Baccalauréat, Charulata de Satyajit Ray, et mettre en perspective les principaux enjeux de mise en scène du film :

    • Analyser le film par séquences (langage cinématographique)
    • Engager une réflexion esthétique autour de ce film
    • Connaître l’œuvre du cinéaste Satyajit Ray
    • Lier analyse filmique et pratique artistique par la réalisation de deux séquences extraites de Charulata

    LIEU DE LA FORMATION

    Collège Lycée Expérimental, Hérouville-Saint-Clair

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    1ère journée : Comprendre l’œuvre filmique par des analyses de fragments et des thèmes transversaux.
    2ème journée : À partir des analyses de la veille, approfondir sa réflexion par une pratique audiovisuelle sous forme d’atelier de réalisation.

    A partir de 2 séquences du film de Satyajit Ray, un groupe réalise une proposition cinématographique épousant le point de vue et la mise en scène de Satyajit Ray, l’autre groupe tend à s’en affranchir par une autre proposition formelle. Écriture, découpage technique, mise en scène et montage des deux séquences dans la journée.

    De battre mon cœur s'est arrêté de Jacques Audiard (27 janvier 2015 - 7 heures)

    PUBLIC

    10 enseignants de cinéma des cinq lycées de l’Académie proposant l’Enseignement de spécialité cinéma et audiovisuel (ECAV)

    INTERVENANT

    Frédéric STRAUSS, critique de cinéma

    OBJECTIFS

    • Analyser le film par séquences (langage cinématographique)
    • Engager une réflexion esthétique autour de ce film
    • Connaître l’œuvre du cinéaste Jacques Audiard
    • Appréhender plus spécifiquement les questions de point de vue et de point d'écoute au cinéma

    LIEU DE LA FORMATION

    Collège Lycée Expérimental, Hérouville-Saint-Clair

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    Présentation du cinéma de Jacques Audiard : principaux repères.
    Introduction à l’esthétique du cinéma de Jacques Audiard.
    Étude concernant les filiations du film : réalisme poétique, film noir, etc.
    Analyse par groupes de plusieurs extraits du film.
    Restitution des travaux de chaque groupe et perspectives pédagogiques.

    L'Étrange affaire Angelica de Manoel De Oliveira (20 février 2014 - 7 heures)

    PUBLIC

    Enseignants de cinéma des cinq lycées de l’Académie proposant l’Enseignement de spécialité cinéma et audiovisuel (ECAV)

    INTERVENANT

    Jacques PARSI, auteur et scénariste

    OBJECTIFS

    • Analyser le film par séquences (langage cinématographique)
    • Engager une réflexion esthétique autour de ce film
    • Connaître l’œuvre du cinéaste Manoel De Oliveira et ses différentes périodes
    • Appréhender la singularité des liens entre littérature et cinéma

    LIEU DE LA FORMATION

    Collège Lycée Expérimental, Hérouville-Saint-Clair

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    Présentation du cinéma de Manoel De Oliveira : principaux repères.
    Introduction à l’esthétique de son.
    Histoire de L'Étrange affaire Angelica, film en gestation pendant près de 60 ans.
    Analyse cinématographique du film, nourrie de plusieurs extraits.

    To be or not to be d'Ernst Lubitsch (11 février 2013 - 7 heures)

    PUBLIC

    Enseignants de cinéma des cinq lycées de l’Académie proposant l’Enseignement de spécialité cinéma et audiovisuel (ECAV)

    INTERVENANT

    Marcos UZAL, critique, conférencier, programmateur, réalisateur

    OBJECTIFS
    • Analyser le film To be or not to be par séquences (langage cinématographique)
    • Appréhender un genre cinématographique : la comédie hollywoodienne
    LIEU DE LA FORMATION

    Maison de l’Image Basse-Normandie

    CONTENUS ET DEROULEMENT

    - Présentation du cinéma d’Ernst Lubitsch : principaux repères.
    - Introduction à l’esthétique de son cinéma.
    - Analyse cinématographique du film To be or not to be, nourrie de plusieurs extraits.
    - Atelier d'analyse de séquences du film (stagiaires répartis en 3 groupes) et mise en perspective des travaux de chaque groupe.

    Conte d’été d'Éric Rohmer (6 février 2012 - 7 heures)

    PUBLIC

    Enseignants de cinéma des cinq lycées de l’Académie proposant l’Enseignement de spécialité cinéma et audiovisuel (ECAV)

    INTERVENANT

    Jean DOUCHET, critique (en particulier aux Cahiers du cinéma au moment de la Nouvelle Vague, proche d’Éric Rohmer), conférencier, réalisateur

    OBJECTIFS

    • Analyser le film Conte d’été par séquences
    • Mener une réflexion esthétique autour de ce film
    • Mieux connaître l’œuvre du cinéaste Éric Rohmer
    • Appréhender le cinéma de la Nouvelle Vague

    LIEUX DE LA FORMATION

    Cinéma Café des Images (matin : projection et intervention), Maison de l’Image Basse-Normandie (après-midi : suite de l’intervention et analyse de séquences)

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    Présentation du cinéma d’Éric Rohmer : principaux repères.
    Introduction à l’esthétique de son cinéma.
    Analyse de séquences du film Conte d’été.
    Réflexion autour du processus de création propre au cinéma d’Éric Rohmer.

    A partir de l’étude de Conte d’été, Jean Douchet a abordé plus largement l’œuvre du cinéaste, en la situant dans l’histoire de l’art à travers ses influences picturales, littéraires et philosophiques, d’où une réflexion plus vaste sur le cinéma en tant qu’art de la représentation et de la mise en scène : analyses sur les personnages, la construction de l’espace, etc.

    Yeelen de Souleymane Cissé (18 janvier 2011 - 7 heures)

    INTERVENANT

    Michel AMARGER, critique et universitaire, programmateur, cinéaste

    PUBLIC

    Enseignants de cinéma des cinq lycées de l’Académie proposant l’Enseignement de spécialité cinéma et audiovisuel (ECAV)

    OBJECTIFS

    • Analyser le film Yeelen par séquences (langage cinématographique)
    • Engager une réflexion esthétique autour de ce film
    • Connaitre l’œuvre de Souleymane Cissé
    • Appréhender le cinéma africain

    LIEU DE LA FORMATION

    Centre Régional de Documentation Pédagogique (CRDP) de Caen Basse-Normandie

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    Présentation du cinéma africain : principaux repères.
    Introduction au cinéma de Souleymane Cissé.
    Analyse cinématographique du film Yeelen, nourrie de plusieurs extraits (séquences).
    Atelier d’analyse de Yeelen en 2 groupes.
    Restitution des ateliers par chacun des groupes.

    L’Homme à la caméra de Dziga Vertov (10 février 2010 - 7 heures)

    PUBLIC

    Enseignants de cinéma des cinq lycées de l’Académie proposant l’Enseignement de spécialité cinéma et audiovisuel (ECAV)

    INTERVENANT

    Bamchade POURVALI, universitaire, critique

    OBJECTIF
    • Fournir des pistes d’analyse filmique aux enseignants à mettre en œuvre avec des élèves
    LIEU DE LA FORMATION

    École Supérieure des Arts et Médias de Caen/Cherbourg (ésam)

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    Le travail proposé par l’intervenant consistait en une analyse participative du film L’Homme à la caméra à partir de nombreux extraits. Le film a été étudié dans son contexte historique et artistique, puis mis en perspective avec des œuvres contemporaines du cinéma (Jean-Luc Godard par exemple).

    La Mort aux trousses d’Alfred Hitchcock (7 janvier 2009 - 7 heures)

    PUBLIC

    Enseignants de cinéma des cinq lycées de l’Académie proposant l’Enseignement de spécialité cinéma et audiovisuel (ECAV)

    INTERVENANT

    Cédric ANGER, critique, réalisateur et scénariste

    OBJECTIFS

    • Acquérir plusieurs pistes d’analyses du film, à mettre en œuvre avec des élèves de terminale
    • Consolider les connaissances historiques et esthétiques liées au cinéaste Alfred Hitchcock
    • Appréhender la question de la mise en scène d’Alfred Hitchcock du point de vue d’un réalisateur 
    • Favoriser la mise en place d’ateliers pédagogiques sur l’analyse filmique avec des élèves

    LIEU DE LA FORMATION

    Centre Régional de Documentation Pédagogique (CRDP)

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    MATIN :
    Intervention de Cédric Anger à propos d’Alfred Hitchock (filmographie, évolution esthétique, etc.) et analyse d’extraits du film La Mort aux trousses.

    APRÈS-MIDI :
    Atelier d’analyse et de réflexion pédagogique autour de 3 thèmes : « Les transports du héros », « Des doubles et des triples »,« La haine du quotidien ».

    2046 de Wong Kar Waï (27 février 2007 - 7 heures)

    PUBLIC

    Enseignants de cinéma des cinq lycées de l’Académie proposant l’Enseignement de spécialité cinéma et audiovisuel (ECAV)

    INTERVENANT

    Bamchade POURVALI, universitaire, critique

    OBJECTIFS

    • Acquérir plusieurs pistes d’analyses du film 2046, à mettre en œuvre avec des élèves de terminale
    • Favoriser la mise place d’ateliers pédagogiques sur l’analyse filmique avec des élèves

    LIEUX DE LA FORMATION

    Cinéma Le Café des Images, Hérouville-saint-clair, IUFM de Caen

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    MATIN :
    Présentation de Wong Kar Waï et projection de 2046.

    APRÈS-MIDI :
    Analyse du film par Bamchade Pourvali.

    Stages destinés aux enseignants du second degré, de toutes disciplines

    Production filmique avec des Smartphones (27 avril 2016 - 7 heures)

    Stage mis en place avec le Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (CLEMI), la Délégation académique à l’action culturelle du rectorat, la Direction régionale des affaires culturelles de Normandie.

    PUBLIC

    20 enseignants du 2nd degré de l'Académie (toutes disciplines)

    INTERVENANTS

    Wilfried JUDE, formateur en cinéma-audiovisuel et en médiation culturelle, Eric SCHWEITZER, responsable national du Pôle web & audiovisuel du CLEMI.

    OBJECTIFS

    • Familiariser les enseignants avec le domaine artistique, culturel et médiatique, par les outils numériques dont les élèves sont usagers
    • Favoriser un usage différent des Smartphones au profit d'une pratique créative des élèves
    • Permettre de nouvelles pratiques pédagogiques dans et en dehors de la classe
    • Sensibiliser aux enjeux de production et de réception de l'image et du son dans le domaine artistique, culturel, et médiatique

    LIEU DE LA FORMATION

    Canopé, Caen

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    Articulation entre approche analytique et atelier de pratique consacré à la réflexion et à la création que permettent les Smartphones ou les tablettes tactiles numériques.

    État des lieux des usages, des pratiques, des relations aux images avec les Smartphones ou les tablettes tactiles numériques.

    Sensibilisation technique et diffusion d'exemples de films réalisés avec des Smartphones.

    Mise en place de deux groupes de 10 stagiaires (chaque groupe participe aux deux ateliers proposés) : Eric Schweitzer (pratique "reportage") / Wilfried Jude (pratique "créative").

    Projection des productions, débat argumenté, mise en perspectives.

    Parcours Éducatif Artistique et Culturel Cinéma - PEAC (9, 10 avril 2015 – 14 heures)

    PUBLIC

    15 enseignants du 2nd degré de toutes disciplines

    INTERVENANTS

    Agnès LELIÈVRE, IA-IPR d'Espagnol, Responsable académique Cinéma Audiovisuel, Françoise GUITARD, Déléguée Académique à l'Action Culturelle, et Christophe PIQUE, professeur relais académique cinéma
    Clarisse CALTÉ, chargée de mission action culturelle 2nd degré, coordinatrice Collège au cinéma Calvados pour la DSDEN14, et Pierre GALLO, conseiller pédagogique Arts Visuels, coordinateur École et cinéma pour la DSDEN14
    Jean-Marie VINCLAIR, responsable du Pôle régional d'éducation à l'image, Maison de l’Image Basse-Normandie, et Renaud PRIGENT, coordinateur régional de Lycéens et Apprentis au cinéma

    OBJECTIFS

    • Appréhender le PEAC (Parcours Éducatif Artistique et Culturel)
    • Devenir des relais auprès d'autres collègues enseignants
    • Travailler la question du cinéma au niveau du « voir » et du « faire »
    • Comprendre les prolongements possibles entre les dispositifs nationaux d'éducation à l'image (École, Collège, Lycéens et Apprentis au cinéma) et les ateliers à l'occasion de jumelages ou partenariats avec une ou plusieurs structures culturelles
    LIEU DE LA FORMATION

    Rectorat de Caen

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    Jeudi 9 avril :

    MATIN :
    Contextualisation et présentation du PEAC, par Agnès Lelièvre et Françoise Guitard.
    Présentation des trois dispositifs École, Collège, Lycéens et Apprentis au cinéma : spécificités et points communs, par Renaud Prigent et Clarisse Calté.
    Échanges sur les pratiques des enseignants concernant le cinéma :
    Ponts possibles entre les dispositifs : quels apports spécifiques (langagiers, regard, critique…), quelles plus-values pour les élèves, quelle évaluation sur la prise en compte d'expériences antérieures ?
    Quelles pratiques autour du cinéma ? Comment les préparer ?

    APRÈS-MIDI :
    Présentation du cinéma d’Abbas Kiarostami, par Christophe Pique, et projection du court métrage Le cœur.
    Ateliers par niveau : 3 groupes de 5 enseignants. Comment construire le regard du spectateur ? par Pierre Gallo.
    Comment se construit la pratique culturelle et comment se construit la parole de l'élève ? Projections d'extraits de documentaires sur des actions pédagogiques autour du cinéma, par Jean-Marie Vinclair.

    Vendredi 10 avril :

    MATIN :
    Atelier de pratique le tourné-monté, encadré par Jean-Marie Vinclair : Situation : « Un cireur de chaussure est témoin d'un événement insolite... »
    Présentation de l'atelier : Qu'est-ce qu'un tourné-monté ? Comment le mettre en œuvre avec une classe ? Écriture séquence, découpage technique, story-board, tournage.

    APRÈS-MIDI :
    Projection et échanges sur les choix de découpage, encadré par Jean-Marie Vinclair.
    Projection de films d'ateliers. Le binôme artiste - enseignant : Comment conjuguer les compétences de chacun ? Discussion autour de pistes pédagogiques pour le travail en classe sur la question du cinéma et des autres arts.
    La cohérence du parcours de l'élève : Quelle évaluation ? Quelle trace ? Quels paramètres à prendre en compte pour construire un « parcours » culturel en prenant appui sur les dispositifs et sur les pratiques autour du cinéma ?

    Identité musicale, identités espagnoles chez Almodovar – formation Histoire Des Arts (27 et 28 mars 2014 - 14 heures)

    PUBLIC

    Enseignants du 2nd degré (collèges, lycées), ouvert en priorité aux enseignants d'Espagnol et de musique

    INTERVENANT

    Frédéric STRAUSS, critique, spécialiste de l’œuvre de Pedro Almodovar

    ÉQUIPE PÉDAGOGIQUE

    Rachel DUVAL, Espagnol, et de Stéphane LEMUTRICY, musique

    OBJECTIFS

    • Etudier un des aspects de l’œuvre cinématographique de Pedro Almodovar pour en explorer les références culturelles, historiques et sociologiques de l’Espagne
    • Envisager le rôle de la musique dans la narration cinématographique de Pedro Almodovar
    • Favoriser l’enseignement partagé de l’histoire des arts en rapprochant les compétences, les pratiques langagières et les pratiques artistiques autour d’un même objet d’étude

    LIEU DE LA FORMATION

    Collège Lycée Expérimental, Hérouville Saint-Clair

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    1ère journée :

    Interventions des enseignants.
    Mise en pédagogie d'un travail transversal, faisant collaborer musique et discipline linguistique, le travail sur Almodovar formant une base de culture commune.

    2ème journée :

    Intervention de Frédéric Strauss, auteur de Conversations avec Pedro Almodovar (Ed. Cahiers du cinéma).

    Le son au cinéma : voix, bruitages, ambiances, musique – formation Histoire Des Arts
      (10 avril – mutualisée stage ECAV Musique et son au cinéma – et 27 mai 2014 - 14 heures)

    PUBLIC

    25 enseignants du 2nd degré (toutes disciplines)

    INTERVENANTS

    Thierry JOUSSE, critique de cinéma, réalisateur, producteur de l’émission Cinéma Song sur France Musique, Daven KELLER, compositeur de musiques de films, Marie-Christine LOUIS, formatrice musique ESPE

    OBJECTIFS

    • Comprendre que la création musicale induit le sens du film et le point de vue du spectateur
    • A travers les expériences d’artistes, professionnels du cinéma, montrer aux enseignants la diversité des façons d’aborder la musique au cinéma
    • A partir de cette étape de travail, réfléchir sur la collaboration entre le réalisateur et le compositeur d'une musique de film concernant les choix artistiques

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    Jeudi 10 avril (journée mutualisée stage ECAV Musique et son au cinéma).

    MATIN :
    Conférence « Musique et cinéma, repères historiques et esthétiques ». Intervention de Thierry Jousse.

    APRÈS-MIDI :
    Rencontre avec Thierry Jousse et Daven Keller. Processus de création d'une musique de film : études de cas à partir de films réalisés par Thierry Jousse.

    Mardi 27 mai
    Pistes pédagogiques et atelier, proposés par Marie-Christine Louis.

    Littérature et cinéma (12 avril 2011 - 7 heures)

    PUBLIC

    15 enseignants en Lettres (lycées et classes de 3ème)

    INTERVENANT

    Francisco FERREIRA, critique et universitaire

    OBJECTIFS

    • Aborder la question de l’adaptation d’un ouvrage au cinéma : Shining de Stephen King, réalisé par Stanley Kubrick
    • Analyser plusieurs séquences du film
    • Explorer de façon plus générale les liens entre littérature et cinéma
    • Permettre la mise en place d’exercices et d’ateliers avec les élèves

    LIEUX DE LA FORMATION

    Cinéma LUX et Centre Régional de Documentation Pédagogique (CRDP) de Caen

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    MATIN :
    Projection du film Shining de Stanley Kubrick au cinéma Lux.
    Intervention de Francisco Ferreira sur la question de l’adaptation.

    APRÈS-MIDI :
    Analyse de séquences de Shining.
    Exploration des liens littérature et cinéma au-delà de l’adaptation.

    Danse et cinéma, en partenariat avec le Centre Chorégraphique National de Caen Basse-Normandie (20, 21 mai 2010 - 14 heures)

    La Maison de l’Image a conçu et mis en œuvre cette formation en collaboration avec Françoise LHÉMERY, professeur relais académique danse, et le Centre Chorégraphique National de Caen Basse-Normandie.

    PUBLIC

    Tous les enseignants en candidature individuelle

    INTERVENANTES

    Héla FATTOUMI, danseuse, chorégraphe, co-directrice artistique du CCNCBN, Muriel LÜTZ, chef opératrice, réalisatrice

    OBJECTIFS

    • Comprendre les différentes étapes de création d’une chorégraphie simple pour le cinéma
    • Saisir les enjeux du langage cinématographique lors d’un spectacle de danse filmé

    LIEU DE LA FORMATION

    Centre Chorégraphique National de Caen Basse-Normandie, structure partenaire

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    Travail sur des extraits de partition dansée, filmée. Étude de la manière dont l’argument est traité au regard des intentions et au filtre des choix d’écriture ; du corps (règles de composition chorégraphiques) et des partis-pris d’images (règles de composition cinématographiques comme plans, espaces…) pour un projet commun d’étude.

    1ère journée :

    Encadrement d'une chorégraphie par Héla Fattoumi et intervention de Muriel Lütz sur des pistes de prises de vue à envisager, notamment autour du plan séquence.

    2ème journée :

    Analyse du cadre d’une captation d’un spectacle de danse sur laquelle Muriel Lütz a travaillé.
    Animation d'un atelier de prise de vue pour les enseignants alternativement à la danse et à la caméra.
    Analyse des prises de vues réalisées.

    Stage pour les enseignants d’Éducation Socioculturelle (ESC) des lycées agricoles (2008)

    Mis en place avec le soutien de la Direction régionale de l’agriculture et de la forêt et de la Direction régionale des affaires culturelles de Basse-Normandie, ce stage a pour but de former les enseignants d’Éducation Socioculturelle des lycées agricoles à la conception de projets de sensibilisation à la création cinématographique et audiovisuelle.

    PUBLIC

    11 enseignants d’Éducation Socioculturelle (ESC) des lycées agricoles de Basse-Normandie, porteurs d’un projet autour du cinéma à mettre en œuvre avec une classe

    INTERVENANTS

    Xavier LIEBARD, réalisateur, intervenant référent de la formation, Frédéric SABOURAUD, critique de cinéma et réalisateur, Philippe FAUCON, réalisateur, scénariste

    OBJECTIFS

    • Comprendre le processus de création d’un film
    • Appréhender les notions fondamentales et le vocabulaire utilisés pour la fabrication et l’analyse des films
    • Concevoir des actions associant le « faire » et le « voir »
    • Appréhender la dimension partenariale avec des institutions culturelles pour la conception, le financement et la mise en œuvre de ces actions
    • Comprendre le rôle des professionnels du cinéma (cinéastes, techniciens, programmateurs, critiques, etc.) dans des actions auprès des élèves

    CONTENUS ET DÉROULEMENT

    - Pédagogie de projet : accompagnement de la conception d’une action par chaque stagiaire pour son établissement, alimentée par des études de cas et témoignages d’expériences (ateliers de création sous diverses formes, ateliers d’analyse de film, etc.).

    - Ateliers courts permettant aux stagiaires d’appréhender concrètement les principaux enjeux d’actions culturelles et artistiques élaborées à partir du cinéma.

    - Analyse de travaux réalisés par les stagiaires en amont du stage et dans l’intersession.

    - Sensibilisation à la diversité des formes du cinéma et de l’audiovisuel par la confrontation des stagiaires tout au long du stage à la diffusion et à l’analyse d’œuvres.

    Commande avant le stage : A partir d’un public défini, chaque enseignant devait imaginer une action autour du cinéma où s’articuleraient la pratique artistique et la fréquentation d’œuvres. Ils devaient notamment réfléchir à la complémentarité entre l’intervention des professionnels du cinéma et celle des enseignants.

    Lundi 14 janvier : Intervention de Xavier Liebard :
    - Introduction aux notions et au vocabulaire du cinéma, analyse du processus de création, différences entre réalisation en fiction et en documentaire.
    - Atelier de pratique « tourné monté », à partir d’une scène extraite du dernier film de Philippe Faucon, Dans la vie.
    - Projection en soirée de Figure-toi, film-atelier de Frédéric Sabouraud, suivie d’un débat avec le réalisateur, à l’auditorium du Lycée Agricole de Vire.

    Mardi 15 janvier : Intervention de Frédéric Sabouraud :
    - Analyse des séquences de l’atelier « tourné monté ».
    - Projection d’extraits de films et analyse : le plan séquence, le champ contre-champ.

    Intervention de Xavier Liebard et de la Maison de l’Image autour des projets des enseignants :
    - Retour d’expériences d’ateliers menés par le réalisateur intervenant.
    - Méthodologie pour la construction de projets pédagogiques autour du cinéma.
    - Contenus possibles et place des intervenants professionnels dans les actions définies.

    A la fin de cette première partie, deux travaux d’intersession ont été demandés aux stagiaires : par groupe de 2 ou 3, écriture d’un synopsis, découpage et réalisation d’un « photo-roman ».

    Lundi 17 mars : Intervention de Xavier Liebard :
    - Présentation par chaque groupe de son synopsis, son découpage et son « photo-roman ».
    - Retour sur les projets de chaque enseignant.
    - Projection en soirée de Dans la vie, film de Philippe Faucon1, réalisateur, suivie d’un débat avec le réalisateur, au cinéma Le Basselin de Vire (ouvert au public)

    Mardi 18 mars : Intervention de Philippe Faucon :
    - A partir des films d’ateliers réalisés en « tourné monté » lors de la 1ère session, travail sur la mise en scène, la direction et le jeu d’acteurs au cinéma.
    - Évolution et perspectives des projets pédagogiques des enseignants.

    1Philippe Faucon est intervenu dans le cadre des obligations conventionnelles qui le lient à la Région Basse-Normandie au titre de l’Aide à l’écriture dont il a bénéficié en mars 2006 pour son projet de long métrage Amin (Istiqlal Films).

  • ?>

    La Maison de l’Image Basse-Normandie est partenaire de différents UFR et Départements de l’Université de Caen – Basse-Normandie.

    Les projets, développés avec les enseignants sur plusieurs années, visent à permettre la rencontre des étudiants avec des professionnels du cinéma, à favoriser la pratique artistique et la professionnalisation.


    • Département Arts du Spectacle-cinéma.

    • - Depuis 2007 des actions sont mises en place pour les étudiants en Licence (de la L1 à la L3).
    • - Depuis 2012 le Master 1 Professionnel « Métiers de la Production cinématographique et audiovisuelle » a été mis en place. Le Master 2 a ouvert en 2013. La Maison de l’Image Basse-Normandie, associée au projet dès sa conception, en est le principal partenaire professionnel.


    • Maison de la Recherche en Sciences Humaines (MRSH) & UFR de Géographie.

    • - De 2006 à 2009, la Maison de l’Image a accompagné des ateliers de réalisation documentaire proposés par l'UFR de Géographie aux étudiants de Licence Professionnelle Connaissance de la ville et des métiers de l’animation et de l’intervention sociale dans le cadre du projet tuteuré « Images et mémoires de la ville ».
    • - En 2013, le partenariat a été renoué dans le cadre du programme de recherche « Filmer la Recherche en Sciences Humaines et Sociales » (FRESH) qui propose de travailler les résonances entre cinéma documentaire et recherche en sciences sociales.
    • - Depuis 2014, des ateliers de création documentaire mêlant étudiants-chercheurs et réalisateurs en voie de professionnalisation se sont développés.


    • École Supérieure du Professorat et de l’Éducation de Normandie (ESPE, ex-IUFM).

    • - Depuis 2010, la Maison de l’Image est partenaire de l'ESPE, et organise avec le centre de Saint-Lô des interventions et ateliers autour de l’« Enseignement du cinéma et avec le cinéma en classe ». Ces actions sont destinées aux étudiants en Master 1 et 2 Métiers de l’Education, de l’Enseignement et de la Formation Spécialité 1 « enseignement primaire ».


    Certains projets sont soutenus dans le cadre de la convention DRAC, CROUS, Université, Rectorat, Région Normandie au titre des jumelages pour l’éducation artistique et culturelle.

  • ?>

    Le Département Arts du Spectacle et la Maison de l'Image Basse-Normandie développent des actions visant à enrichir l'enseignement des étudiants en cinéma par les interventions de professionnels du secteur de la création et de la production cinématographique et audiovisuelle. Des stages encadrés par des professionnels, notamment, permettent d’accompagner les étudiants dans l’écriture et la réalisation de leur film d’étude en Licence 3.

    Les interventions des professionnels s’appuient sur des études de cas et sur des films qu'ils ont réalisés ou auxquels ils ont collaboré du point de vue artistique, technique ou de production. La démarche de création et la méthode de travail propres à chaque invité sont au cœur des interventions.

    Des projections-rencontres autour des films des réalisateurs intervenant dans les cours peuvent être organisées en partenariat avec les salles de cinéma de l'agglomération caennaise et la Maison de l’Étudiant. Elles sont ouvertes à d’autres étudiants et d’autres publics.


    LICENCE 1 À LICENCE 3

    • ?>

      Poursuite du partenariat hors Jumelage d’éducation artistique et culturelle. Le projet se faisant uniquement avec le financement de l’Université, les actions se sont réduites (diminution de l’atelier d’écriture avec un scénariste, suppression de l’atelier montage, de l’intervention d’un producteur et des master-class).

      En Licence 1, en lien avec l’UE « Découverte des métiers du spectacle » de Barthélémy GUILLEMET (200 étudiants) :

      - Mercredi 5 novembre 2014 (2 heures) : intervention d’Erwan LEDUC, réalisateur de fiction, dans le cadre des obligations conventionnelles liées à l'aide à l'écriture/réécriture de long métrage de la Région Basse-Normandie en partenariat avec le CNC, pour son projet Yalta. Diffusion de son court métrage Le Commissaire Perdrix ne fait pas le voyage pour rien (25'), soutenu à la production par la région Basse-Normandie en 2010. Analyse et discussion avec les étudiants autour du processus de création.

      - Mercredi 26 novembre 2014 (2 heures) : présentation des missions de la Maison de l'Image Basse- Normandie par Fanny CHERAU, responsable Création/Production, et  Johanne PRAT, responsable du Bureau d'accueil de tournages.

      En Licence 3, en lien avec les films des étudiants dans le cadre des UE Écriture et mise en scène et le montage d’Éric JARNO (60 étudiants répartis en 5 groupes) :

      - Septembre-octobre 2014 (soit 5 x 1/2 journées d’interventions au total) :
      Écriture : expertise-atelier par Christophe MORAND, scénariste (1 demi-journée/groupe).

      - Novembre 2014 (1 journée d'intervention + atelier collectif réunissant les L3 cinéma) :
      Direction d'acteur au cinéma : rencontre-atelier avec Brahim FRITAH, réalisateur. Intervention dans le cadre des obligations conventionnelles liées à l'aide à l'écriture/réécriture de long métrage de la Région Basse- Normandie pour son film Chroniques d’une cour de récré : master-class et atelier sur la direction d'acteur au cinéma avec les étudiants à partir de leurs scénarios.

      - Novembre 2014 (intervention collective + atelier de 1h30/groupe) :
      Lumière et cadrage : rencontre-atelier avec Javier RUIZ-GOMEZ, directeur de la photographie. Intervention sur la lumière et le cadrage au cinéma, suivie d’ateliers avec les étudiants à partir de leurs scénarios.

    • ?>

      Jumelage d'éducation artistique, culturelle et numérique Filmer les corps en mouvement : un cinéaste et son équipe en résidence.

      Le projet a reposé sur l'intervention d’un cinéaste en résidence au sein du Département Arts du Spectacle pendant une semaine.

      OBJECTIFS

      • Permettre aux étudiants d'éprouver les enjeux de la création cinématographique par une pratique artistique confrontée à l'expérience de création et à l'expertise artistique de professionnels du cinéma
      • Développer chez les étudiants, de la Licence 1 jusqu’au Master Pro Métiers de la Production, les qualités de discernement et d’expertise de projets de films aux principales étapes de la création : écriture, mise en scène, image, son, montage
      • Ouvrir certains moments de l’action (master-classe professionnels du cinéma, projections-rencontres) à d’autres étudiants et d’autres publics

      PUBLIC

      295 étudiants de cinéma de l’Université de Caen : Licence 1 : 200 étudiants, Licence 3 : 65 étudiants, Master Pro 1 et 2 : 30 étudiants

      INTERVENANTS

      Licence 3 : 4 intervenants professionnels au moment de la résidence

      Simon LECLÈRE, réalisateur (master-class, ateliers direction d'acteur au cinéma, découpage, tournage et montage : 4 jours + soirée Les Révoltés)
      Pascale MARIN, directrice de la photographie (master-class, ateliers découpage et tournage : 3 jours + soirée Les Révoltés)
      Avril BESSON et Julie LÉNA, monteuses (atelier montage : 2 x 1 jour)

      Licence 1 : les 3 responsables de secteurs de la Maison de l'Image Basse-Normandie : Fanny CHÉREAU, Service Création Production, Johanne PRAT, Bureau d'accueil de tournages, Jean-Marie VINCLAIR, Pôle régional d'éducation à l'image.

      ENSEIGNANT

      Éric JARNO, écriture et mise en scène en Licence Arts du Spectacle

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Simon Leclère a été accompagné de plusieurs de ses partenaires de création et de techniciens ayant travaillé sur son premier long métrage de fiction Les Révoltés : Pascale Marin, chef opératrice, Avril Besson et Julie Léna, monteuses. Le projet avait bénéficié en 2007 d’une aide à l’écriture de long métrage de la Région Basse-Normandie en partenariat avec le CNC et en collaboration avec la Maison de l’Image Basse-Normandie.

      Ils sont intervenus auprès des étudiants en Licence 3 Cinéma sous la forme de deux master-class autour du « Découpage technique et de la mise en scène » (master-class ouvertes à tous), temps qui s'est articulé avec un atelier d’initiation à la réalisation, en utilisant l’ensemble de la chaîne de création vidéo numérique. L’atelier d’initiation a permis aux étudiants d’expérimenter le passage du scénario au découpage, puis au tournage et enfin au montage sur un temps court, à partir de séquences des scénarios qu’ils avaient préalablement écrits.

      En Licence 3, mise en place de la résidence dès la première semaine de rentrée, du lundi 28 septembre au vendredi 2 octobre 2015, en lien avec les films des étudiants dans le cadre des UE Écriture et mise en scène et Montage d’Éric Jarno (65 étudiants répartis en 5 groupes).

      Lundi 28 septembre

      MATIN : master-class : Réaliser un film encadré par Simon Leclère et Pascale Marin
      Appréhender le processus de création d'un film, de son écriture jusqu'à sa diffusion à partir d'extraits de films réalisés par Simon LECLÈRE, d’extraits du scénario, de documents de travail, ce temps était ouvert au Master Pro Métiers de la production et à d’autres publics.

      APRES-MIDI: atelier Incarner le personnage encadré par Simon Leclère et Pascale Marin
      Travail sur le jeu d’acteur : répétitions, exercices de cadrage (à partir d'une séquence de chacun des 5 groupes).

      Mardi 29 septembre

      MATIN
      Suite de l'atelier Incarner le personnage

      APRES-MIDI : master-class Filmer les corps encadré par Pascale Marin
      A partir d'extraits de films dont Pascale Marin a fait l'image, de préparatifs, d'essais lumières et de repérages de décors, cette intervention était centrée sur la façon de filmer les corps (mise en scène, lumière et cadrage). Ce temps était ouvert au Master Pro Métiers de la production et à d’autres publics.

      SOIREE
      Projection-rencontre publique à l’Amphi Pierre Daure autour du film de Simon Leclère, en sa présence et celle de Pascale Marin.

      Mercredi 30 septembre : atelier Découpage et tournage (5 groupes) encadré par Simon Leclère et Pascale Marin.

      Les objectifs étaient que chaque groupe réalise une esquisse de son film et puisse ainsi éprouver concrètement les enjeux de la mise en scène au cinéma.

      Jeudi 1er octobre : atelier : Montage (5 groupes) encadré par Simon Leclère, Avril Besson et Julia Léna.
      Travail sur la structure, le rythme de chaque esquisse de film. Projection et analyse des esquisses réalisées par les étudiants.

      En Licence 1, en lien avec l’UE Découverte des métiers du spectacle de Barthélémy Guillemet (200 étudiants de L1) :

      Mercredi 25 novembre 2015 : Présentation des missions de la Maison de l'Image Basse-Normandie, diffusion de documents et d'extraits de films soutenus et accueillis et de films d'ateliers.

      Interventions des responsables de secteurs de la Maison de l'Image Basse-Normandie.

    • ?>

      Partenariat : Le Fantastique du regard

      Le projet a notamment reposé sur l'intervention d’un cinéaste en résidence et d’une partie de son équipe au sein du Département Arts du Spectacle pendant trois jours.

      OBJECTIFS

      A travers le cinéma fantastique, l’objectif a été d’explorer la manière dont le cinéma permet de « dérégler le regard » :

      • Revenir à la base du cinéma fantastique, c'est-à-dire à un mode de perception du réel dès les origines du cinéma
      • Etudier le fantastique comme façon d'étudier l'Histoire du cinéma : ce qu'on montre, ce qu'on ne montre pas, le visible / l'invisible, le champ / le hors champ, l'imaginaire
      • Permettre aux étudiants d'éprouver les enjeux de la création cinématographique par une pratique artistique confrontée à l'expérience et à l'expertise artistique de professionnels du cinéma
      PUBLIC

      309 étudiants de cinéma de l’Université de Caen : Licence 1 : 200 étudiants, Licence 3 : 79 étudiants, Master Pro 1 et 2 : 30 étudiants

      INTERVENANTS

      Licence 3 : 4 intervenants professionnels au moment de la résidence

      Antoine BARRAUD, réalisateur (rencontres, master-class, atelier sur la direction d'acteur au cine´ma, le de´coupage, le tournage et le montage) : 3 jours Gordon SPOONER, directeur de la photographie (rencontres, master-class, atelier sur les projets des e´tudiants) : 2 jours Fred PIET et Maxime LETISSIER, monteurs (atelier sur les projets des e´tudiants) : 2 x 1 jour

      Licence 1 : Antoine BARRAUD, re´alisateur, Fanny CHEREAU, responsable Service Création Production, Jean-Marie VINCLAIR, responsable Pôle régional d'éducation à l'image.

      ÉQUIPE PÉDAGOGIQUE

      Eric JARNO (UE Atelier d’écriture et de mise en scène), David VASSE (Le Fantastique français), Hélène FRAZIK (UE Découverte des métiers du spectacle).

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      En Licence 3  : La résidence d'un cinéaste, et de ses partenaires de création, était en lien direct avec plusieurs programmes d'enseignement. Elle s’est déroulée à l'Université de Caen-Normandie sur 3 journées consécutives : les mardi 27, mercredi 28 et jeudi 29 septembre 2016.

      La résidence s’est articulée autour de deux axes :

      - Une master class à destination des étudiants en Arts du spectacle et ouverte au public
      - Un atelier de pratique artistique : 79 étudiants de Licence 3 cinéma

      Mardi 27 septembre, à la Maison de l'Etudiant :

      MATIN :
      Master-class avec Antoine BARRAUD et Gordon SPOONER : le processus de création cinématographique et la fabrication des images au cinéma, à partir d’extraits de films fantastiques.

      APRES-MIDI :
      Atelier avec Antoine BARRAUD et Gordon SPOONER : les étudiants présentent leurs projets de films dont ils tourneront le brouillon d’une scène le lendemain sur le campus. Le but est qu’ils préparent leurs tournages à venir (image, son, jeu d’acteur, etc.).

      Mercredi 28 septembre : Atelier Esquisse d’une scène

      Intervenants : Antoine BARRAUD et Gordon SPOONER. Travail sur le jeu d’acteur, répétitions, essais de cadrage (à partir d'une séquence de chacun des 5 groupes).

      Jeudi 29 septembre : Atelier Montage (5 groupes)

      Intervenants : Antoine BARRAUD, réalisateur, Fred PIET et Maxime LETISSIER, monteurs. Travail sur la structure, le rythme de chaque esquisse de film, projection et analyse.

      En Licence 1, en lien avec l’UE Découverte des métiers du spectacle d’Hélène Frazik :

      Mercredi 20 octobre 2016 : Présentation des missions de la Maison de l'Image Basse-Normandie et panorama général de la production cinématographique.

      Intervention de Fanny CHEREAU, responsable Service Création Production à la Maison de l'Image Basse-Normandie.

      Mercredi 24 novembre 2016 : Le cinéma fantastique par Antoine Barraud & Présentation de la mission de Pôle régional d’éducation à l’image.

      Intervention d’Antoine BARRAUD* sur l’écriture et la mise en scène fantastique. Les étudiants avaient préalablement vus son premier long métrage Les Gouffres. Présentation des missions du Pôle régional d’éducation à l’Image par Jean-Marie VINCLAIR.

      * Antoine BARRAUD est intervenu dans le cadre de ses obligations conventionnelles suite à l’aide à l’écriture de son projet de long métrage Monument Valley (aide de la Région Normandie en partenariat avec le CNC et en collaboration avec la Maison de l’Image Basse-Normandie, en 2015).

    • ?>
  • ?>

    La Maison de l’Image Basse-Normandie est partenaire de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l'Université de Caen (MRSH) dans le cadre du jumelage d'éducation artistique et culturelle. Des précédents partenariats avaient été mis en place de 2006 à 2009 dans le cadre de la Licence Professionnelle « Connaissance de la Ville et des Métiers de l’Animation et de l’Intervention Sociale » (ateliers de création documentaire, au sein du projet tuteuré « Images et mémoires de la ville »). Un nouveau partenariat a été engagé en 2013, en lien avec le programme de recherche « Filmer la Recherche en Sciences Humaines et Sociales (FRESH) », coordonné par Benoît Raoulx (MRSH Caen) et Yvon Guillon (MSHB Rennes). Depuis 2014, des ateliers de création documentaire mêlant étudiants-chercheurs et réalisateurs en voie de professionnalisation se sont développés.

    Extraits des ateliers 2014/2015 et 2015/2016

    • ?>

      Projet : « Cinéma documentaire, création et recherche : le territoire à l’épreuve des regards »

      OBJECTIFS GÉNÉRAUX

      • Développer les relations entre le documentaire de création et la recherche en sciences humaines et sociales
      • Initier à la création et à la pratique du cinéma documentaire en mixant différents publics : étudiants en Master et Doctorat, chercheurs et réalisateurs documentaristes et porteurs de projets (premiers films)
      • Inscrire dans le projet une dimension historique sur les relations entre création cinématographique et recherche en sciences humaines et sociales
      • Diffuser la réflexion et les ressources produites au sein du projet vers des publics plus larges sur différents supports et dans différents lieux : partenariats Mission Culture-Maison de l’Etudiant, à l’occasion du Mois du Film Documentaire notamment.
      • Faire rayonner le projet au niveau national et international en s’appuyant sur les partenariats du programme de recherches FRESH (Filmer la Recherche en Sciences Humaines et Sociales) qui associe la MRSH Caen et la MSHB Rennes, Festival du film de chercheurs du CNRS (Nancy), Université et Institut Français de Pondichéry (Inde), Université de Sousse (Tunisie).

      OBJECTIFS SPÉCIFIQUES

      • Créer la rencontre entre futurs chercheurs et futurs créateurs et favoriser l’émergence de projet en collaboration
      • Réaffirmer la place du cinéma documentaire au sein de la recherche et dans la formation à la recherche
      • Permettre, à travers la pratique artistique, de renouveler le regard des étudiants sur les territoires et les enjeux qui y sont associés
      • Favoriser l’interdisciplinarité dans l’enseignement supérieur et la recherche, à travers des projets communs : l’action sera ouverte aux étudiants et jeunes chercheurs de différentes composantes de l’université en sciences humaines et sociales (la MRSH, composante de l’Université et du CNRS, a pour objectif de favoriser l’interdisciplinarité ; la plupart des équipes y sont rattachées ; l’une de ses missions est de développer des partenariats en région avec différentes institutions et milieux professionnels)

      PUBLIC

      12 stagiaires sur la base du volontariat :
      8 étudiants en Master ou Doctorat ou jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales : géographie sociale, sociologie, sociolinguistique urbaine, psychologie, histoire, etc. et 4 auteurs-réalisateurs en voie de professionnalisation.

      INTERVENANTS

      Chantal RICHARD, réalisatrice (fil rouge de l'action : 10 jours), Daniela de FELICE, réalisatrice, monteuse (2 jours), Maxime LETISSIER, monteur (2 jours)
      Autres réalisateurs pressentis dans le cadre des projections/rencontres : Céline DRAN, Christophe BISSON, etc.

      ENSEIGNANT

      Benoît RAOULX, Maître de Conférence HDR en Géographie Sociale (équipe EsoCaen, UMR 6590 CNRS)

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Le projet articulera cinéma documentaire de création et recherche en sciences humaines et sociales.

      Il a alterné théorie et pratique sous forme de séminaires et d’un atelier de réalisation (de l’idée à la restitution) de 4 films (participants répartis en 4 groupes de 3). 8 projections-rencontres autour de la thématique du projet ont permis de toucher un public plus large (autres étudiants, tout public), projections en partie à la Maison de l’Etudiant (Université de Caen).

      Le projet s’est articulé en trois temps, alternant théorie et pratique :

      1. Fondamentaux de la démarche de création documentaire
      Accompagné par Chantal Richard, réalisatrice, un enseignant-chercheur et d’autres intervenants

      Lundi 3 et mardi 4 Novembre :

      - Formation commune aux enjeux de la recherche en sciences humaines avec l’image, dans une perspective historique.
      - Initiation à la création et à la pratique du cinéma documentaire sous forme d’ateliers.

      Soirée le lundi 3 novembre :

      - Projection/débat ouverte au public dans le cadre du Mois du Film Documentaire consacrée aux films documentaires de - Mario Ruspoli Les Oubliés de la Terre, et à Traces, réalisé par Jean-Christophe Monferran et Martin de la Soudière, en leur présence.


      2. Atelier d’écriture et réalisation documentaire autour de la notion de « Territoire » sur les thématiques : « Lieux, corps, langage » (4 groupes de 3) :
      Accompagné par un ou plusieurs enseignants-chercheurs, Chantal Richard, réalisatrice, Daniela de Felice, réalisatrice et monteuse, Maxime Letissier, monteur, d’autres intervenants en complément

      6 étapes réparties sur une période de 4 mois :

      Étapes 1 et 2 : novembre (2 journées) - De l’idée à l’écriture
      - Approche thématique 1 : « La rencontre/Le désir du film ». Présentation du projet de chaque groupe : directions pour la recherche et l’écriture.
      - Approche thématique 2 : Écriture et exercices autour de « Filmer la parole ».

      En soirée à la Maison de l'étudiant : projection de Mes parents n'avaient pas d'appareil photo de Chantal Richard et débat (soirée ouverte au public).

      Étape 3 : janvier (2 journées)
      - Entretiens, repérages, écriture / Le triangle filmeur, filmé, spectateur.
      - Réflexion sur les dispositifs de tournages des groupes.
      - Analyse de repérages sur le terrain et retour sur l’écriture en cours des projets.
      - Préparation/accompagnement des tournages
      - Approche thématique 3 : « De la personne au personnage »

      Étape 4 : mars (2 journées)
      - Préparation des montages et visionnage des rushes réalisés par les étudiants encadrés par Daniela de Felice et Maxime Letissier.
      - Approche thématique 4 : « La réécriture au montage »

      Étape 5 : mars (2 journées)
      - Analyse de la structure de chacun des montages (« ours ») proposés.
      - Montage des films encadré par Daniela de Felice et Maxime Letissier.
      - Visionnage des premières versions de montage des étudiants.


      3. Étape réflexive :
      - Mise en partage des films et des expériences sur les territoires et avec les protagonistes pour un débat (avec compte-rendu de ces temps d’échanges) :
      - Mardi 26 mai : Séminaire FRESH organisé par la MRSH en partenariat avec la MSHB : Présentation du projet dans le cadre d’un séminaire articulé avec le programme de recherche FRESH (Filmer la Recherche en Sciences Humaines et Sociales). Dans le prolongement de ce séminaire : projection-rencontre à la Maison de l’Etudiant.
      - Juin / Juillet 2015 : Edition d'un DVD et d'un livret récapitulant l'ensemble du projet.
      - Mise en ligne des documents liés au projet (films, textes, captation de débats), sur le site de la Forge Numérique (MRSH Caen), le Centre de Ressources Multimédia de l’Enseignement Supérieur (Cerimes Vanves), Canal U, le site de la Maison de l’Image Basse-Normandie.

    • ?>

      Projet : « Trous de mémoire : le cinéma documentaire, regards contemporains sur l'immigration en Normandie »

      OBJECTIFS GÉNÉRAUX

      • Renforcer les relations entre le documentaire de création, la recherche en sciences humaines et sociales et les pratiques artistiques contemporaines
      • Initier à la création et à la pratique du cinéma documentaire en mixant différents publics : étudiants en Master et Doctorat, étudiants en Art et médias, chercheurs, et réalisateurs documentaristes
      • Innover dans le champ de la création documentaire en travaillant particulièrement images et documents d'archives, et en interrogeant des situations contemporaines méconnues
      • Diffuser les expériences artistiques vers des publics plus larges à plusieurs étapes de leur création puis une fois finalisées au sein de l'Université et des cinémas de l'agglomération caennaise
      • Établir une programmation mettant en regard films documentaires et vidéos de création à l'occasion d'un « mini festival » préfigurant des rencontres annuelles : pour cette manifestation, un partenariat est envisagé avec l'ésam (École supérieure des arts et médias de Caen/Cherbourg)
      • Faire rayonner le projet au niveau national et international en s’appuyant sur les partenariats français et étrangers du programme de recherches interdisciplinaire FRESH (Filmer la Recherche en Sciences Humaines et Sociales) qui associe plusieurs structures de recherche et institutions. Les films réalisés dans le cadre de l'atelier seront par exemple projetés en Novembre 2016 à l'occasion du Mois du film documentaire organisé par l'Institut Français de Sousse et l'Université de Sousse (Tunisie)

      OBJECTIFS SPÉCIFIQUES

      • Favoriser l’émergence de projets artistiques et de recherches interdisciplinaires en collaboration, pour des publics qui ne travaillent pas ensemble
      • Investir le cinéma documentaire comme champ de création et d'expérimentation au sein de la recherche et de la formation
      • Diffuser une culture de cinéma documentaire auprès de différents publics
      • Interroger les enjeux mémoriels dans la société contemporaine et les territoires en Normandie
      • Développer les liens entre les professionnels, les étudiants en art et en recherche et les structures impliquées
      • Inscrire ce projet à l'échelle de la future région Normandie en développant des collaborations sur plusieurs sites, notamment dans le cadre de l'extension de la MRSH de Caen au Havre

      PUBLIC

      12 stagiaires sur la base du volontariat :
      8 étudiants en Master ou Doctorat ou jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales : géographie sociale, sociologie, sociolinguistique urbaine, psychologie, histoire, etc. et 4 auteurs-réalisateurs en voie de professionnalisation.

      INTERVENANTS

      Chantal RICHARD, réalisatrice (fil rouge de l'action 10,5 jours), Daniela de FELICE, réalisatrice, monteuse (3 jours), Maxime LETISSIER, monteur (3 jours)
      Plusieurs réalisateurs dans le cadre d'un mini-festival mis en œuvre en partenariat avec une salle de l'agglomération caennaise et/ou l'ésam

      ENSEIGNANT

      Benoît RAOULX, Maître de Conférence HDR en Géographie Sociale (équipe EsoCaen, UMR 6590 CNRS)

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      En complément de l'histoire ouvrière déjà étudiée en Normandie, nous nous intéressons à d'autres mémoires de l'immigration moins connues, parfois contemporaines et en voie de constitution. Plusieurs lieux ou communautés de la région n'ont à ce jour que très peu d'expression mémorielle. Il s'agit pour les 12 participants de s'emparer du cinéma documentaire afin d'interroger cette « mémoire oubliée » à travers la réalisation de 4 films. Les groupes questionneront ainsi la relation entre images et construction de la mémoire collective.

      Ces ateliers alterneront théorie et pratique sur la base de différentes rencontres et études de cas. Les films réalisés feront l'objet de plusieurs débats avec les protagonistes, des intervenants du monde de la recherche et de l'art, et différents publics :

      1. Fondamentaux de la démarche de création documentaire
      Accompagné par Chantal Richard, et Benoît Raoulx.

      Lundi 9 et mardi 10 Novembre :
      - Formation commune aux enjeux de la recherche en sciences humaines avec l’image, dans une perspective historique.
      - Initiation à la création et à la pratique du cinéma documentaire sous forme d’ateliers.


      2. Atelier d’écriture et réalisation documentaire autour de la notion de « Trous de mémoire » sur la thématique : « Regards contemporains sur l'immigration en Normandie » (4 groupes de 3) :
      Accompagné par Chantal Richard, Daniela De Felice, Maxime Letissier.

      6 étapes réparties sur une période de 4 mois :

      Étapes 1 et 2 : novembre (2 journées) - De l’idée à l’écriture
      - Approche thématique 1 : « La rencontre/Le désir du film ». Présentation du projet de chaque groupe : directions pour la recherche et l’écriture.
      - Approche thématique 2 : Écriture et exercices autour de « Filmer la parole ».

      En soirée les quatre groupes poursuivent leurs réflexions et leurs travaux d'écriture.

      Étape 3 : janvier (2 journées)
      - Entretiens, repérages, écriture / Le triangle filmeur, filmé, spectateur.
      - Réflexion sur les dispositifs de tournages des groupes.
      - Analyse de repérages sur le terrain et retour sur l’écriture en cours des projets.
      - Préparation/accompagnement des tournage.s
      - Approche thématique 3 : « De la personne au personnage ».

      Étape 4 : février/mars (2 journées)
      - Visionnage des rushes réalisés par les étudiants, encadrés par Chantal Richard.
      - Préparation au montage.
      - Approche thématique 4 : « La réécriture au montage ».

      Étape 5 : mars/avril (3 journées)
      - Montage des films et analyse de la structure de chacun des montages (« ours ») proposés, avec Daniela de Felice et Maxime Letissier.
      - Visionnage des premières versions de montage encadré par Chantal Richard, Daniela de Felice et Maxime Letissier.
      - Séance de montage avec Daniela de Felice et Maxime Letissier.


      3. Étape réflexive :
      - Mise en partage des films et des expériences sur les territoires et avec les protagonistes pour un débat (avec compte-rendu de ces temps d’échanges)
      - Mai : Mini-Festival documentaire organisé par la MRSH et la Maison de l'Image Basse-Normandie.
      - Juin/Juillet 2016 : Édition d'un DVD et d'un livret récapitulant l'ensemble du projet. - Mise en ligne des documents liés au projet (films, textes, captation de débats), sur le site de la Forge Numérique (MRSH Caen), le Centre de Ressources Multimédia de l’Enseignement Supérieur (Cerimes Vanves), Canal U, le site de la Maison de l’Image Basse-Normandie.

    • ?>

      Atelier de réalisation documentaire, création et recherche : « Expériences réelles VS Expériences virtuelles : regards du cinéma documentaire »

      Nouveau jumelage dans le cadre de l’appel à projets « Résidence d’artistes en éducation artistique, culturelle et numérique », ce partenariat, comme l’année passée, aboutira à la mise en place de la deuxième édition du festival Entre d’Eux et poursuivra davantage la valorisation de l’atelier en région et au-delà.

      OBJECTIFS SPÉCIFIQUES

      • Travailler sur l’évolution du rapport des individus et des sociétés à l’espace et au temps, liée au développement du numérique, à travers une approche innovante de la création audiovisuelle documentaire
      • Produire et diffuser des œuvres documentaires qui pourront servir de support à une réflexion sur les potentialités du numérique au sein des universités, mais également auprès de publics plus larges, grâce à la diffusion en salle de cinéma, sur Internet (Maison de l'Image, Canal U, La Forge Numérique de la MRSH, etc.), et à travers des contributions écrites de chercheurs et d'artistes, le tout pouvant donner lieu à l’édition d’un ouvrage
      • Valoriser l'action à l'occasion de la deuxième édition du festival Entre d’Eux autour du thème « Réel et virtuel », idéalement en lien avec le festival Interstices en mai 2017 sur Caen. Partenariats envisagés  : l'ésam (École supérieure des arts et médias de Caen/Cherbourg, porteur du festival Interstices), la Maison de la Recherche et de l’Imagination (Relais d'sciences). Cette manifestation sera intégrée au programme FRESH (Film et Recherche en Sciences Humaines) porté par la MRSH Caen, la MSHB Rennes et l'Université de Sousse (Tunisie). Ces derniers accueilleront d'ailleurs à Sousse une déclinaison de ce « mini festival » avec l'appui de l'Institut Franc¸ais et du Centre d'Anthropologie de l'Université. Par ailleurs, l'action sera visible à l'occasion d'autres manifestations culturelles et scientifiques : Mois du Film Documentaire, Festival du film de chercheur de Nancy, etc.

      PUBLIC

      12 stagiaires volontaires :
      6 étudiants en Master ou Doctorat ou jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales : géographie sociale, sociologie, sociolinguistique urbaine, psychologie, histoire, etc.
      6 auteurs-réalisateurs en voie de professionnalisation.

      INTERVENANTS

      Chantal RICHARD, réalisatrice (fil rouge de l'action : 10 jours) , Daniela de FELICE, réalisatrice, monteuse (3 jours), Maxime LETISSIER, monteur (3 jours), Jean-Marie VINCLAIR, responsable du Pôle régional d’éducation à l’image, Maison de l’Image Basse-Normandie.
      Plusieurs réalisateurs dans le cadre du festival Entre d’Eux mis en œuvre en partenariat avec le cinéma Café des Images.

      ENSEIGNANT

      Benoît RAOULX, Maître de Conférence HDR en Géographie Sociale (équipe EsoCaen, UMR 6590 CNRS)

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Les rapports à l'espace, au temps, dans la société, sont de plus en plus construits à l'interface du réel et du virtuel : ce qui est entendu comme « réel » peut dorénavant devenir « virtuel » et vice versa. L'expérience du corps, le rapport à autrui, aux lieux, sont transformés par les nouvelles technologies : réalité virtuelle, réalité augmentée, réseaux sociaux, etc.

      Or, les mots ont trop tendance encore aujourd’hui à opposer le virtuel et le réel comme deux formes d’expériences dissociées, alors qu’il est nécessaire de les englober pour les considérer comme des pratiques et des relations sociales. La réflexion en sciences humaines et sociales et la création documentaire permettent de creuser ces thématiques, grâce à de nouveaux regards.

      C’est pourquoi nous souhaitons mettre en regard des tendances très contemporaines de la création documentaire et ses modes d'expression et d'exploration les plus innovants : la forme des films, le urs esthétiques, leurs points de vue, seront au cœur d'une réflexion à la confluence de la technologie, de l'art, et des enjeux sociaux et citoyens.

      Il s'agira pour les 12 participants de s'emparer de la création documentaire pour questionner ces nouveaux usages, mettant l'accent sur des recherches esthétiques fortes, explorant ainsi l'usage des nouvelles images dans la société. A l'occasion de ces ateliers, nous souhaitons créer des liens avec plusieurs structures ressources qui travaillent les liens entre art, numérique, publics et recherche.

      1. Fondamentaux de la démarche de création documentaire
      Accompagné par Chantal Richard

      Mardi 8 et mercredi 9 novembre 2016 :
      - Formation commune aux enjeux de la recherche en sciences humaines avec l’image, dans une perspective esthétique et historique (2 demi-journées).
      - Initiation à la création et à la pratique du cinéma documentaire sous forme d’ateliers : « le film objet » (2 demi- journées).


      2. Atelier d’écriture et réalisation documentaire
      Accompagné par Chantal Richard, Daniela de Felice, Maxime Letissier, Benoît Raoulx, Jean-Marie Vinclair

      Autour de la thématique : « Expériences réelles VS Expériences virtuelles - Regards du cinéma documentaire », constitution de 4 groupes de 3.

      5 étapes réparties sur une période de 6 mois :

      Étapes 1 et 2 : décembre (3 journées) - De l’idée à l’écriture
      - Approche thématique - « La rencontre/Le désir du film ».
      - Présentation du projet de chaque groupe : directions pour la recherche et l’écriture.
      - Poursuite des réflexions et travaux d'écriture en soirée.
      - Relecture des projets par Chantal Richard.

      Étape 3 : janvier/février (3 journées) - Le triangle filmeur, filmé, spectateur.
      - Entretiens, repérages, écriture. - Approche thématique : « De la personne au personnage ».
      - Réflexion sur les dispositifs de tournages des groupes.
      - Analyse de repérages sur le terrain et retour sur l’écriture en cours des projets.
      - Préparation/accompagnement des tournages

      Étape 4 : mars (2 journées) - Orientations narratives encadrées par Chantal Richard.
      - Consultations sur la structure narrative des films.
      - Réécriture au montage : visionnage des rushes réalisés par les étudiants.

      Étape 5 : avril/mai - Montage.
      - Préparation au montage encadré par Chantal Richard.
      - Montage et analyse de la structure de chacun des montages proposés, avec Daniela de Felice et Maxime Letissier.
      - Visionnage des premières versions de montage, échanges. Encadré par Chantal Richard, Daniela de Felice et Maxime Letissier.
      - Séance de montage avec Daniela de Felice et Maxime Letissier.

      3 . Valorisation et étapes réflexives

      Début juin 2017 : 2ème édition du festival documentaire Entre d’Eux organisé par la MRSH et la Maison de l'Image Basse-Normandie, au cinéma Café des Images. À l’issue de l’atelier, les films font l’objet d’une avant-première, préfigurant une édition ouverte à un plus large public.

    • ?>
     
  • ?>
    ÉCOLE SUPÉRIEURE DU PROFESSORAT ET DE L’ÉDUCATION - NORMANDIE - SAINT-LÔ

    En 2009/2010, l’IUFM de Basse-Normandie et la Maison de l’Image Basse-Normandie ont engagé un premier partenariat. Le partenariat s’est poursuivi dans le cadre de l’ESPE de Normandie.

    Le projet s’articule autour de deux modules complémentaires, Cinéma et Histoire et Cinéma et Musique, qui permettent aux étudiants de travailler sur les relations du cinéma avec d’autres disciplines. Les formations mêlent approche théorique, pratique artistique et transmission d’une pédagogie de l’enseignement des arts et de l’Histoire des arts.

    Les actions reposent sur l’intervention d’artistes et de professionnels de la culture et mobilisent plusieurs partenaires sur le plan local, départemental, régional et national et notamment l’association cinéphile saint-loise L’Ecume des Films, le cinéma CinéMoViking de Saint-Lô, les Archives Départementales de la Manche, et sur certains exercices, les Archives Françaises du Film-CNC.

    PUBLIC

    Master 1 et Master 2 Métiers de l’Education, de l’Enseignement et de la Formation – MEEF Spécialité 1 enseignement primaire. Autres publics dans le cadre de journées d’étude et projections.

    ENSEIGNANTS

    Dominique BRIAND, formateur en Histoire-Géographie à l’ESPE Normandie, chargé de cours Master Pro à l’Université de Caen Basse-Normandie, Marie-Christine LOUIS, formatrice en Musique à l’ESPE Normandie.


    • ?>

      Deux actions ont été mises en place : une journée d’étude ainsi qu’un projet autour des archives filmiques amateurs.

      Journée d’étude Cinéastes et publics scolaires : Quels apports ? Quelles ressources ?

      OBJECTIFS

      • Réfléchir sur les différentes médiations du cinéma avec des réalisateurs
      • Découvrir les multiples façons de transmettre l’art cinématographique et notamment les ateliers de pratique artistique
      • Evaluer les formes de médiation du cinéma

      INTERVENANTS

      Chantal BRIET, réalisatrice de films documentaires, Anthony GANDAIS, réalisateur de films d’animation, Bruno BOUCHARD, spécialiste du pré-cinéma, Samuel MOUTEL, producteur - Keren Production, Marie-Christine LOUIS, formatrice à l’ESPE

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      « La venue d'un cinéaste dans la classe n'a rien d'anodin. Le réalisateur demeure un acteur qui doit bien sûr répondre aux exigences techniques et matérielles d'un projet dont les élèves et le professeur ne mesurent pas l'ampleur. Mais il est là, dans la classe, pour transmettre l'acte créatif à hauteur d'élève, pour transmettre le cinéma ». Alain BERGALA, 2006.

      Cette question a été au centre des débats de cette journée d'étude qui a comporté trois temps.

      MATIN :
      au cinéma CineMoViking de Saint-Lô 40 spectateurs. Projection de La Leucémie de Mika de Bruno Romy, court métrage documentaire. Echange avec Samuel Moutel sur les enjeux d'une diffusion d'un film sur un sujet sensible, la maladie d'une enfant, auprès d'un public jeune.
      Marie-Christine Louis est intervenue sur les interactions images/sons : de l'analyse filmique à la didactisation : quels enjeux ?

      APRÈS-MIDI :
      à l’ESPE de Saint-Lô (amphithéâtre) 38 spectateurs. Table ronde portant sur les apports du travail d'un réalisateur avec une classe.
      Chantal Briet a présenté deux types de travaux qui ont donné lieu à des échanges : des ateliers Cinéma et conte, mis en place dans une école primaire de Paris, et un extrait de son prochain film documentaire (en cours de réalisation) sur l'apprentissage de la lecture en CP. Anthony Gandais a partagé sa pratique d’atelier de films d’animation en classe en s’appuyant sur plusieurs exemples d’interventions en école primaire. Bruno Bouchard a détaillé plusieurs de ses interventions autour du pré-cinéma (jouets optiques, musée du cinéma, chronophotographie), et de grattage sur pellicule avec des enfants.

      En fin d’après-midi des étudiants de l’ESPE ont présenté un état des lieux de leurs recherches.

      SOIRÉE : aux Archives Départementales de la Manche. 35 spectateurs
      En partenariat avec l'association L’Ecume des films, projection de deux films qui abordent la transmission du cinéma : Sous le vent de Robert Kramer, Le Temps du regard de Jean-Marie Vinclair.

      Projet Archives filmiques des écoles en Normandie

      Désireuse de créer du lien entre les actions menées à l’antenne de Saint-Lô de l’ESPE et le festival La Normandie à l’écran organisé à Saint-Lô, du 15 au 22 mars 2016, la Maison de l’Image a proposé à l’association L’Ecume des films de Saint-Lô de réfléchir ensemble à un projet d’action partenariale permettant la programmation de films d’archives autour du thème : Archives filmiques des écoles en Normandie, de la reconstruction aux années soixante.

      La Maison de l’Image Basse-Normandie et L’Ecume des films ont sollicité trois institutions normandes chargées de la conservation et de la valorisation du patrimoine cinématographique et audiovisuel : les Archives Départementales de la Manche, la Fabrique de patrimoines en Normandie et le Pôle Image Haute-Normandie.

      La Maison de l’Image a édité un document pédagogique à destination des élèves.

      Une programmation a été constituée, donnant lieu à deux séances-rencontres aux Archives Départementales de la Manche le Vendredi 18 mars 2016.

      PUBLIC

      Séance matin : 12 étudiants de l’ESPE-Saint-Lô, 26 élèves de l’école primaire de Saint-George Montcoq, 27 élèves de l’école Jules Ferry de Saint-Lô. Soit 65 personnes. Séance après-midi : 48 personnes (tout public).

      INTERVENANTS

      Agnès DELEFORGE, responsable Mémoire audiovisuelle au Pôle Image Haute-Normandie, Domnine PLUME, responsable du service des archives sonores et audiovisuelles aux Archives Départemantales de la Manche, Guillaume DEBOUT, responsable du service restauration du patrimoine et mémoire audiovisuelle à La fabrique de patrimoines en Normandie.

      PROGRAMME

      « Les archives filmiques offrent une opportunité didactique pour accéder à la connaissance du passé. Pas d'histoire des XXe et XXIe siècle sans recours à ces images. Restent les filtres issus des recadrages, colorisation et autres lessivages de ces sources comme nombre de documentaires le proposent. Voir ces archives, voir ainsi le passé doit permettre à tous les publics de se questionner sur celui-ci sans être sous le contrôle d'un réemploi orienté des images. Les plus jeunes découvriront un monde qu'ils ne peuvent avoir vécu et dont ils ont peut-être entendu parlé par leurs grands-parents. Leurs interrogations légitimes leur permettront de poser de vraies questions d'histoire. Cette journée en partenariat avec des institutions en charge des archives filmiques et de l'éducation aux images propose, et ce n'est pas rien, de faire entrer des enfants, des adultes, dans une vision de l'histoire, celle de l'école depuis 1945. » Dominique BRIAND, historien et formateur à l’ESPE-Université de Caen

      La programmation a été thématisée en trois parties :

      1. Les écoles après la guerre, au temps de la reconstruction
      - Ecole maternelle du Vaugueux, Caen (Calvados)
      - Inauguration de l’école publique de Moyon (Manche)

      2. Vie quotidienne à l’école
      - Cours d’école primaire, Caen (Calvados)
      - Vie de l’école de Neufchâtel (Seine-Maritime)
      - Cours d’école primaire, Caen (Calvados)
      - Commune de Lammerville en 1963 (Seine-Maritime)
      - Ecole primaire d’Eslettes (Seine-Maritime)
      - Ecole à Chausey (Manche)

      3. L’école au cœur du village ou de la ville
      - Remise des prix aux écoliers de Chausey (Manche)
      - Fête fédérale école laïque à Saint-Lô (Manche) - La Couture-Boussey (Eure)

    • ?>

      Le partenariat entre l’ESPE de Caen Normandie – Centre de Saint-Lô et la Maison de l’Image Basse-Normandie se poursuit pour l’année universitaire 2016/2017. La Maison de l’Image collabore à la conception et à la mise en œuvre d’actions relatives au projet culturel de l’ESPE – Centre de Saint-Lô « Eduquer aux écrans » qui a donné lieu à la signature d’une convention.

      Partenariat « Éduquer aux écrans »

      Le partenariat qui lie la Maison de l’Image Basse-Normandie et l’ESPE de Caen Normandie – Centre de Saint-Lô porte sur trois axes :

      - Axe 1 : s’exprimer, au travers d’un atelier de pratique artistique, « Le son au cinéma et ses interactions »
      - Axe 2 : éduquer, en articulant plusieurs contenus du DU avec l’enseignement au cinéma à l’occasion d’une rencontre-débat avec les étudiants.
      - Axe 3 : rechercher / échanger, lors d’une journée d’étude intitulée « Le dispositif Ecole et Cinéma : quelle transmission du cinéma pour quels apprentissages ? »

      OBJECTIFS

      Axe 1 : S’exprimer :

      • Appréhender concrètement les enjeux de la création sonore au cinéma par l’intermédiaire d’un atelier de pratique, en phase avec le Parcours éducatif artistique et culturel (PEAC)
      • Rencontrer un artiste, échanger et participer avec lui à une expérience de création
      • Découvrir plusieurs œuvres cinématographiques
      • Développer des connaissances et des apports méthodologiques à réinvestir
      • Contribuer à une démarche réflexive sur l’importance d’une éducation aux écrans et aux images aujourd’hui

      Axes 2 et 3 : Eduquer, rechercher, échanger :

      • Articuler les contenus du DU (module PEAC) avec les questions de l’enseignement du cinéma à l’école
      • Réfléchir sur les différentes médiations du cinéma que permet un dispositif comme Ecole et cinéma
      • Découvrir les multiples façons de transmettre l’art cinématographique et les apprentissages qu’elles permettent
      • Evaluer les formes de médiation du cinéma
      PUBLIC

      9 étudiants en M2NA (Master 2 non alternant) sur l’Axe 1 ; tous les étudiants sur les Axes 2 et 3

      INTERVENANTS

      Perrine BOUTIN, IRCAV, Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Dominique BRIAND et Marie-Christine LOUIS, formateurs à l’ESPE Normandie.

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      L’axe 1 (s’exprimer) s’incarne à travers un atelier de pratique artistique intitulé : « Le son au cinéma et ses interactions ». Il se déroule les 9 et 10 mars 2017 dans les locaux de l’ESPE – Centre de Saint-Lô et est encadré par Lorenzo RECIO, réalisateur. À partir de la pratique artistique, l’atelier permet de mettre en perspectives une approche analytique et esthétique du son au cinéma : doublage, bruitage, création musicale.

      Si l’axe 2 : (éduquer) est principalement mis en œuvre par les formateurs de l’ESPE Marie-Christine Louis et Dominique Briand tout au long de l’année universitaire 2016/2017, un débat avec les étudiants est organisé dans les locaux de l’ESPE – Centre de Saint-Lô. Ce débat a pour objectif d’enrichir le projet et de préciser plus spécifiquement les pédagogies possibles à travers les dispositifs nationaux d’éducation à l’image et à travers l’expérience de la pratique artistique. Il est organisé sur une demi-journée et réunit un ou plusieurs permanents de la Maison de l’Image Basse-Normandie ainsi que la coordination départementale d’Ecole et Cinéma Manche.

      L’axe 3 : (rechercher, échanger) consiste en la mise en place d’une journée d’étude le mercredi 15 mars 2017 dans l’amphithéâtre de l’ESPE – Centre de Saint-Lô. Cette journée s’intitule : « Le dispositif Ecole et Cinéma : quelle transmission du cinéma pour quels apprentissages ? »

      Projet L’Ailleurs, deux programmes d’archives filmiques amateurs

      Dans le cadre du festival Cinéma et territoire de Saint-Lô, la Maison de l’Image Basse-Normandie et L’Ecume des films poursuivent leur collaboration avec trois institutions normandes chargées de la conservation et de la valorisation du patrimoine cinématographique et audiovisuel : les Archives Départementales de la Manche, la Fabrique des patrimoines en Normandie et le Pôle Image Haute-Normandie. L’action a pour thème cette année : L’Ailleurs.

      Deux séances-rencontres dans les locaux de l’ESPE de Saint-Lô et aux Archives Départementales de la Manche, le vendredi 17 mars 2017.

    • ?>
     
  • ?>
    Hors temps scolaire, le dispositif Passeurs d’images permet de mettre en place des projets d’action culturelle cinématographique et audiovisuelle en direction des publics, notamment les jeunes, qui, pour des raisons sociales ou géographiques, sont éloignés d’un environnement, de pratiques et d’une offre culturelle.

    Il allie deux actions complémentaires : le voir et le faire, la diffusion et la pratique.

    Les projets Passeurs d’images répondent aux objectifs suivants :
    • meilleur accès aux pratiques cinématographiques
    • éducation à l’image
    • sensibilisation à la diversité culturelle
    • lutte contre les discriminations
    Coordinateur : Patrice Mabire
    Passeurs d’images en Basse-Normandie en
    • 38 actions mises en place pour 1700 personnes
    • 15 communes concernées
    • + de 60 partenaires
    • 16 ateliers d’initiation à la création cinématographique (172 pers.)
    • 11 séances en salle (886 pers.)
    • 4 séances de projection de films d'ateliers (205 pers.)
    • 1 projection de film en plein air (200 pers.)
    • 6 autre actions -formation, rencontre, Living Lab, exposition, conférence - (237 pers.)

    PASSEURS D’IMAGES ET LES QUARTIERS

    • 4 Quartiers Prioritaires* bénéficient d’actions Passeurs d’images: Grande Delle (Hérouville-Saint-Clair), Saint Sauveur (Flers), Trufaudière-Mermoz (Avranches), Quartiers est (Cherbourg en Cotentin)
    • 8 actions ont eu lieu dans 4 communes, sur le territoire desquelles se trouve un Quartier Prioritaire (21% des actions - 693 pers.)

    *Les Quartiers Prioritaires (QP) ont remplacé les anciens zonages contractuels et réglementaires ZUS ET CUCS depuis la loi de programmation pour la ville et la cohésion sociale du 21 février 2014.

    PASSEURS D’IMAGES EN MILIEU RURAL

    • 8 actions en milieu rural (21% des actions - 300 pers.)

    PASSEURS D’IMAGES ET LES MILIEUX SPÉCIFIQUES

    • 7 actions en lien avec le milieu hospitalier : (ciné-concert, projections, ateliers) : Centre Hospitalier (Bayeux), CHS (Saint-Lô)
    • 7 actions avec le milieu pénitentiaire et la protection judiciaire de la jeunesse (ateliers, projections, formation) : Maison d’arrêt (Caen), Centre de détention (Caen), SPIP du Calvados, STEMO (Caen), UEAJ (Hérouville Saint-Clair)
    • La Maison de l’Image Basse-Normandie est impliquée dans l’organisation de l’opération « Des cinés, la vie ! » comme « RELAIS régional »

    Cette année une action a permis l'articulation entre des ateliers de pratiques et le dispositif Collège au Cinéma dans le Calvados.

    La Maison de l’Image Basse-Normandie est impliquée dans l’organisation de l’opération « Des cinés, la vie ! » comme « RELAIS régional »

    Bilan détaillé : PDF

    LE DISPOSITIF

    Ce dispositif est mis en place dans le cadre de la politique de la ville et inscrit dans les conventions de développement cinématographique et audiovisuel conclues entre l’État et les régions. Il est défini dans le « Protocole interministériel relatif au dispositif Passeurs d’images », signé en 2009 par le ministère de la Culture et de la Communication, le ministère de la Ville, le CNC, le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale.

    Le comité de pilotage de Passeurs d’images en Basse-Normandie est composé de la Drac, du CNC (service de la diffusion culturelle, développement des publics), de la Région Normandie, de la DRJSCS, de Kyrnéa International (coordination nationale de Passeurs d’images) et de la Chambre syndicale des cinémas de Normandie.

    OBJECTIFS DE LA MAISON DE L'IMAGE

    • Renforcer les dimensions d’action artistique et culturelle et d’éducation à l’image des projets
    • Diversifier la nature et les contenus des actions
    • Favoriser l’intervention d’artistes, professionnels du cinéma et de l’audiovisuel
    • Permettre un accès prioritaire des personnes en difficultés sociales aux actions proposées, tout en veillant à une mixité des publics
    • Permettre aux publics concernés de participer à la définition des actions
    • Contribuer au développement et à la structuration de partenariats locaux autour du dispositif
    • Favoriser et accompagner le développement territorial par la mobilisation de nouveaux sites, et affirmer ainsi la dimension régionale du dispositif
    • Poursuivre et développer les partenariats engagés avec d’autres dispositifs interministériels : culture/justice, culture/Santé, Des cinés, la Vie !
    • Tisser les partenariats institutionnels nécessaires à la pérennisation, à la structuration et au développement du dispositif
    • Sensibiliser et former les acteurs et relais locaux à l’action culturelle cinématographique et l’éducation à l’image
    • Faciliter l’échange d’expériences à l’échelon régional entre les acteurs locaux du dispositif

    PUBLICS ET PARTENAIRES

    • Public jeune des quartiers (enfants, adolescents, jeunes adultes)
    • Publics dits « empêchés » : personnes hospitalisées dans le cadre de culture/Santé (partenariat entre la Drac, l’ARS et la Région Normandie), personnes placées sous main de justice dans le cadre de culture/justice (partenariat entre la Drac, l’administration pénitentiaire, les SPIP et la Région Normandie)
    • Publics du dispositif Elan’S (financé par la Région Basse-Normandie) : jeunes adultes en voie d’insertion sociale et professionnelle et d’adultes plus âgés en réinsertion
  • ?>
    Les projets se développent sur plusieurs territoires en recherchant une forme singulière pour chaque site.
    Les actions sont définies en fonction des publics visés et des objectifs des partenaires locaux.
    Les projets doivent avoir une réelle ambition de sensibilisation et d’éducation artistique des publics et de développement culturel du territoire.
    Passeurs d’images repose sur la rencontre des œuvres dans leur diversité et des artistes avec des publics ayant des difficultés d’accès aux activités culturelles.
    Les actions sont animées par des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel choisis par la Maison de l’Image en fonction de la spécificité des projets : réalisateurs, techniciens, scénaristes, critiques, etc.
    Le choix des intervenants se fait autant en fonction de leur valeur artistique que de leurs compétences pédagogiques, de leur goût de la transmission aux publics dans des contextes parfois difficiles.
    En 2016, 30 actions mises en place ont bénéficié à 852 personnes.
    La Maison de l’Image Basse-Normandie coordonne des projets en lien avec des organismes sur une vingtaine de sites. Ces projets s’inscrivent dans Passeurs d’images, Culture/Justice, Culture/Santé ou le dispositif Elan’S, en lien parfois avec d’autres opérations (par exemple le Mois du Film Documentaire).

    • ?>

      FORMATION RÉGIONALE ANNUELLE GRATUITE DESTINÉE AUX ACTEURS

      Formation régionale 2012 « Projections-rencontres & ateliers » - 25, 26 et 27 avril 2012 à Cherbourg-Octeville, en partenariat avec la MJC de Cherbourg-Octeville (MJC Centre et La Brèche) et La Brèche (Pôle National des Arts du Cirque).

      Les actions régionales contribuent à impliquer de nouveaux territoires et de nouveaux publics et à renouveler les contenus artistiques des projets Passeurs d’images.

      Elles permettent également les échanges à l’échelon régional entre des acteurs des secteurs socioéducatifs et culturels.

      Destinée aux acteurs locaux du dispositif, dans leur diversité (structures socioéducatives et culturelles, collectivités locales), la formation est aussi l’occasion d’impliquer les acteurs locaux dans la définition du projet régional. PDF PLAQUETTE + VIDEOS?

      Depuis 2006, cette formation régionale est proposée chaque année aux acteurs locaux de Passeurs d’images en Basse-Normandie : personnels des collectivités locales (notamment services culture, jeunesse, éducation, développement social urbain), des structures socioéducatives (MJC, Maisons de Quartiers, centres CAF, associations) et des structures culturelles (salles de cinéma, médiathèques, centres culturels, etc.) déjà impliquées dans le dispositif ou souhaitant y participer.

      Cette formation, gratuite pour les stagiaires, leur permet sur 3 jours d’acquérir des compétences, pour mettre en place et accompagner des actions de diffusion et de pratique artistique pour leur public, en lien avec des lieux de diffusion, des artistes et professionnels du cinéma.
      La formation est aussi l’occasion de réfléchir et de construire avec les stagiaires d’autres pistes de travail prenant en compte les problématiques de chaque structure : lutte contre l’exclusion et les discriminations, éducation à la citoyenneté, valorisation de l’image de soi, utilisation de l’action culturelle comme outil éducatif.

      2010 : atelier régional d’écriture Ciné-Slam PDF PLAQUETTE
      2011 : atelier régional de création documentaire Vues Lumière PDF PLAQUETTE
      2012 : Projections-rencontres & ateliers PDF PLAQUETTE

      ELAN’S « CINÉ’ACTION » : COMMENT ON RACONTE DES HISTOIRES

      CADRE

      Ateliers de programmation et de réalisation dans le cadre du projet ELAN’S (Espaces Locaux d’Activités Novatrices) « Ciné’Action », coordonné par le Ceméa d’Argentan (Centre d'entraînement aux méthodes d'éducation active).

      PARTENAIRES

      Maison de l’Image Basse-Normandie, Médiathèque du Pays du Camembert, Maison des Jeunes et de la Culture de Vimoutiers

      PUBLIC

      12 jeunes adultes en insertion et adultes en réinsertion professionnelle

      INTERVENANTS

      Xavier LIEBARD, réalisateur, Paola ORTIZ, réalisatrice, Benoît CHOQUART, conteur (association Musiconte)

      OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES
      • S’ouvrir sur des nouveaux modes d’expression et des moyens de communication
      • Acquérir des techniques informatiques et multimédia
      • Acquérir des compétences techniques de communication, d’entretien et de synthèse
      • Être mobile (prendre contact et se déplacer dans différentes structures)
      • Être dans la rencontre avec des professionnels, des bénévoles et des habitants
      • Être en situation d’organiser des événements ou mener des projets
      • Être en situation de transmettre à d’autres, d’animer et de se responsabiliser
      • Mieux connaître son environnement
      OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE L’ATELIER DE RÉALISATION
      • Développer le sens critique des stagiaires et leur capacité d’expression par le biais du langage cinématographique
      • Accompagner les stagiaires dans toutes les étapes de la création et de la fabrication d’un film en lien avec le thème général de l’ELAN’S
      • Participer à une activité collective ; travailler en équipe
      • Engager un processus d’échange par la parole autour de l’activité de création (débattre du projet au moment de l’écriture, mener un entretien sur un sujet donné, présenter le film à un public)
      • Travailler sur l’image de soi et la confiance en soi
      LIEUX

      Espace Redmann, Médiathèque du Pays du Camembert, Salle des fêtes Armontel + déplacements dans d’autres villes pour le Mois du Film Documentaire.

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Le Ceméa a sollicité la Maison de l’Image Basse-Normandie pour la mise en place d’un projet Elan’S à Vimoutiers, reliant travail de programmation et diffusion et atelier de création audiovisuelle. Plusieurs actions autour du cinéma ont été proposées, en lien avec le cinéma documentaire et le court métrage, jusqu’à la réalisation d’un film par les stagiaires accompagnés d’un réalisateur.

      DURÉE ET DATES

      15 semaines de septembre 2012 à janvier 2013 (525 heures)

      MOIS DU FILM DOCUMENTAIRE ET JOUR LE PLUS COURT

      La médiathèque de Vimoutiers a participé pour la première année au Mois du Film Documentaire. Les stagiaires en accord avec la médiathèque se sont occupés de la communication de cet événement ainsi que de l’accueil lors de la projection. Ils ont organisé deux projections de la série documentaire Jeunes Pousses de Xavier Liébard (film ayant bénéficié du soutien à la production de documentaire de création de la Région Basse-Normandie en partenariat avec le CNC en 2008).

      Concernant le « Jour le plus court », les stagiaires se sont occupés de l’ensemble de la mise en place de l’événement :
      • Sélection des courts métrages* (en lien avec un collectif de programmation composé des responsables des lieux de diffusion) accompagné par Paola Ortiz
      • Recherche de lieux de diffusion dans la ville
      • Programmation
      • Communication
      • Mise en place et coordination de la soirée de projection, en présence de Benoît Choquart
      * Pour la sélection des courts métrages les stagiaires ont été en lien avec l’Agence du court métrage
      CRÉATION D’UN COURT MÉTRAGE

      Les stagiaires ont réalisé un court métrage documentaire racontant leur ville aujourd’hui. Ils se sont attachés à explorer la question de leur devenir professionnel sur ce territoire, en allant à la rencontre des habitants et en sollicitant les points de vue des uns et des autres. Ils ont été accompagnés du réalisateur et monteur Xavier Liébard.

      Le film La Vie s’écoule, ici (documentaire – 23’) a été projeté le 11 janvier 2013 devant près de 100 personnes dont des élus locaux et régionaux.

    • ?>

      QUARTIER MINEUR - PORTRAITS DOCUMENTAIRES

      CADRE

      Culture/Justice-PJJ
      Mise en place d’un atelier de pratique artistique en lien avec les autres activités au quartier mineur de la Maison d’Arrêt de Caen.

      PARTENAIRES

      STEMO de Caen

      PUBLIC

      10 mineurs incarcérés de 15 à 17 ans

      INTERVENANTS

      Benjamin SERERO, chef opérateur et réalisateur, William REWEL, dessinateur, Ted ZAHMAL slameur, musicien, Lino ISMAEL, danseur, chorégraphe et Thomas SENK, coordinateur Passeurs d’images

      OBJECTIFS

      • Permettre aux jeunes de s’approprier le langage cinématographique afin de mieux comprendre comment les films sont fabriqués
      • Permettre l’expression des jeunes au travers de l’outil cinéma
      • Faire un travail plastique sur l’image de soi
      • Développer des apprentissages : technique d’animation, prise de vue
      • S’organiser : planifier son travail, travailler avec les autres

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Réalisation d'un film composé de portraits documentaires courts s’inspirant de la vie et de textes de Slam écrits dans le cadre d’un atelier mené par Ted Zahmal Cie. L’idée consistait à créer des plans cinématographiques courts faisant écho aux textes écrits par les jeunes et à ce qu’ils vivent en détention

      L’ensemble des portraits réalisés a fait l’objet d’un montage en dehors des interventions auprès des jeunes, ainsi que la réalisation d’un DVD remis ensuite aux participants.

      Travail documentaire autour de l’atelier Hip hop encadré par Lino Ismaël.

      Conception, articulation des différentes actions et mise en œuvre par William Rewel, Ted Zahmal et Lino Ismaël.

      DURÉE ET DATES

      De juillet à août 2013 à raison de 9 interventions : atelier portraits documentaires
      22 et 23 octobre 2013 : atelier Hip-Hop
      28 novembre : projection du documentaire réalisé dans les locaux de la Direction Régionale de la PJJ

      CENTRE DE DÉTENTION DE CAEN - 14 - RELANCE ET ANIMATION DU CANAL VIDÉO INTERNE

      En 2012, la Maison de l’Image Basse-Normandie a été sollicitée par la Ligue de l’enseignement de Basse-Normandie (coordinateur Culture/Justice) et le SPIP14 pour participer à la relance du canal vidéo interne du Centre de détention de Caen, en lien avec le comité de pilotage et ses membres – Direction de l’Etablissement, Direction du SPIP, l’Officier en charge du bâtiment culturel, le Responsable Local de l’Enseignement, les représentants de l’association « 6/7 vidéo » et le coordinateur de la Mission Culture/Justice.

      CADRE

      Culture/Justice

      PUBLIC

      Une vingtaine de personnes incarcérées au Centre pénitentiaire ont assisté par petits groupes aux différentes interventions.

      INTERVENANTS

      Philippe LUBLINER, réalisateur et chef opérateur, Gérald LEROUX, ingénieur du son, Bruno ESQUIROL, monteur, Joël LE TENSORER, journaliste radio, Thomas SENK, coordinateur de Passeurs d’images et Philippe DAUTY, directeur adjoint de la Maison de l'Image Basse-Normandie

      OBJECTIFS

      • Animation du canal vidéo interne du Centre de Détention de Caen
      • Formation technique des détenus à la prise de vue, de son et au montage
      • Formation audiovisuelle généraliste d’un groupe de détenus en vue de la réalisation de sujets vidéo pour le canal interne (reportages, magazine d’informations internes, magazine culturel, captations de spectacles invités, etc.)
      • Animation d’un comité de programmation du canal vidéo interne
      • Mise en place d’actions culturelles en direction de l’ensemble de la détention (projections-rencontres, sensibilisation à la création cinématographique et audiovisuelle)

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Fin de l’installation du matériel de production audiovisuelle du canal vidéo interne.

      Suite du programme de formation du groupe « Canal vidéo interne » :
      - Assistance technique à la réalisation vidéo, interventions régulières de Thomas Senk : cadrage, lumière, prise de son, montage
      - Atelier de réalisation autour du thème du travail en centre de détention encadré par Philippe Lubliner
      - Initiation autour de la prise de son encadré par Gérald Leroux
      - Élaboration d’une grille de programmation encadré Joël Le Tensorer : participation au comité éditorial du canal vidéo interne, constitué du comité de suivi et du groupe de détenus.
      - Accompagnement de la programmation sur le Canal vidéo interne de contenus audiovisuels en lien avec le thème du travail : projection rencontre du film Trois frères pour une vie de Gilles Perret.

      DURÉE ET DATES

      Interventions ponctuelles de janvier à décembre 2013.

      ELAN’S L’ELAN MOBILE

      CADRE

      Atelier de création multimédia dans le cadre du projet ELAN’S « L’Elan mobile », coordonné par l’association AIILES (Accompagnement des Initiatives par l’Insertion Locale Economique et Sociale) et l’ASACE à Condé-sur-Noireau / Thury-Harcourt (14).

      Dans le cadre de la thématique de la mobilité suggérée par le Conseil Régional, réalisation un outil multimédia permettant à la fois de faire une expertise du territoire mais aussi de proposer des solutions en s’appuyant sur des cas concrets, comme les prochains championnats du monde de Kayak polo.

      PARTENAIRES

      Association Asace, M. Chandelier, Maire de Thury-Harcourt et Président de la CDC de la Suisse Normande, Médiathèque de Condé sur Noireau, M. Frappy, Maire adjoint de la Mairie de Condé-sur-Noireau, mission Locale Falaise / Condé, EPN de Thury-Harcourt

      PUBLIC

      12 jeunes et adultes, entre 17 et 50 ans, ciblés par la Région, pour lesquels la mise en situation d’activité collective est une étape nécessaire dans leur trajectoire sociale et professionnelle.

      INTERVENANTS

      Jean-Christophe PERRIER, concepteur multimédia, Olivier SERROR, comédien et réalisateur, Thomas SENK, coordinateur Passeurs d’images

      OBJECTIFS

      • S'impliquer dans un projet collectif, s'ouvrir vers l'extérieur, prendre confiance en soi
      • Valoriser le travail des stagiaires et proposer des solutions répondant aux attentes de chacun (individus, structures, communes...)
      • Permettre aux stagiaires d’appréhender différentes formes d’expressions, de les articuler afin de construire un objet multimédia, témoignant de manière ludique et pédagogique de leur travail d’expertise du territoire sur la question de la mobilité
      • Appréhender le graphisme, les notions de communication, d’expression écrite, de récit, de mise en scène, de jeu d’acteur, de point de vue documentaire, d’architecture de site, d’organisation des idées et des contenus...
      • Pour la Maison de l’Image : travailler le champ de l’éducation à l’image au travers d’un projet multimédia dans la transversalité des arts (vidéo, graphiques, littéraires, musicaux...)

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Le projet s’articule autour de l’expertise et la prise de connaissance de l’existant et des problématiques liées à la mobilité sur le territoire, de travailler ensuite à l’élaboration d’un outil multimédia incluant différents médiums (vidéo, animation, dessin, logo, charte graphique, articles...). Il se décline sur le web, est autonome sur clé USB et certaines parties sont imprimables ou exportables sous forme de documents.

      Mettre les stagiaires en situation d'expertise leur permettant :
      - d’aller à la rencontre de l’existant, des pratiques, des personnes ressources sur la question de la mobilité
      - d'effectuer un travail de synthèse (écriture, rédaction, présentation)
      - de proposer des amélioration de l’existant et de créer des outils permettant de répondre aux attentes

      Familiarisation aux outils multimédias et logiciels, à la mise en page, sur des ateliers d’écriture, de connaissance du web, de culture de l’image, d’apprentissage du langage cinématographique et de manipulation des outils vidéo à travers :
      - un atelier d’initiation à la manipulation de la caméra à travers différents exercices, micro trottoir, interviews...
      - un atelier sur la réalisation d’une série documentaire traitant du covoiturage sur la ville de Condé-sur-Noireau
      - un atelier de réalisation de petits sketchs burlesques autour du thème de la rencontre

      DURÉE ET DATES

      De mars à juin :
      - 8 jours interventions d’un concepteur multimédia
      - 10 interventions de la Maison de l’Image : réalisation d’un conte audio, d’une web-série documentaire et 4 sketchs de fiction
      - 8 interventions du coordinateur Passeurs d’images pour le suivi du projet

      22 avril et 17 juin :
      - Présentation de l'outil en cours de fabrication aux différents partenaires : élus de Condé-sur-Noireau et Thury-Harcourt et autres partenaires de la région

      25 juin et 27 juin :
      - Présentation au public à la salle Blincow de la Mairie de Thury-Harcourt et à la Médiathèque de Condé-sur-Noireau.

      4 juillet :
      - Présentation du travail et de l’outil à l’ensemble des partenaires du CLEF du Bocage Virois (Comité Local Emploi Formation).

      CULTURE/SANTE - PORTRAITS DE CHEFS

      En partenariat avec la Maison de l’Image Basse-Normandie, le Centre hospitalier spécialisé de Saint-Lô envisageait en 2013 de sensibiliser son public (personnels et patients) à l’éducation à l’image et à la santé à travers la réalisation de 6 portraits de chefs cuisiniers bas-normands et à l’implication de 4 autres sites hospitaliers.

      PORTRAITS DE CHEFS
      CADRE

      Centre hospitalier spécialisé (CHS) de Saint-Lô (50), Centre hospitalier de Lisieux (14), Centre hospitalier de Pontorson (50), Centre hospitalier intercommunal d’Alençon-Mamers (61), Centre de médecine physique et de réadaptation La Clairière de La Ferté-Macé (61).

      PARTENAIRES

      Association l’Écume des films, cinéma CinéMoViking de Saint-Lô

      PUBLIC

      4 groupes patients/soignants constitués de 6 personnes maximum des sites hospitaliers partenaires et 1 groupe patients/soignants de 10 personnes du service d’alcoologie du CHS de Saint-Lô.
      Autres participants aux rencontres avec les chefs cuisiniers : personnels des restaurants, familles des patients

      INTERVENANTS

      Benjamin SERERO, réalisateur, chef opérateur et monteur, Thomas SENK, coordinateur Passeurs d’images

      LES CHEFS
      • portraits de chefs

      Choisis en collaboration avec les établissements de santé :

      OBJECTIFS

      Impliquer des patients et des soignants dans la réalisation de courts portraits filmiques de chefs bas-normands avec trois axes principaux :

      • Travailler la question du portrait documentaire
      • Favoriser la rencontre entre un chef et un groupe de patients/soignants
      • Découvrir l’univers de la gastronomie française

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Réalisation d’une série de courts portraits filmés documentaires, depuis l’écriture du scénario, le tournage et le montage jusqu’à la projection en salle de cinéma, notamment dans le cadre du Mois du Film Documentaire 2013.

      Chaque portrait était encadré par le même réalisateur afin de guider les participants dans l’écriture, la réalisation et le montage et de donner une cohérence aux films réalisés.

      Chaque rencontre avec les chefs a été l'occasion pour les groupes d'expérimenter des ateliers cuisines, de se frotter à l'écriture du scénario et de s'initier à la prise de vue.
      La réalisation du tournage des portraits est toutefois restée à la charge du groupe de Saint-Lô qui a suivi l’ensemble du projet.

      Interventions prévues pour chaque portrait :
      - Une journée de rencontre comprenant un atelier de cuisine avec le chef et un atelier d’écriture avec le réalisateur. Les repas étaient partagés avec l’ensemble des participants le midi, en présence du chef, du réalisateur et de l’équipe technique de tournage.
      - Une journée de tournage complet avec le chef (pour le groupe de Saint-Lô) et un travail d’initiation à la prise de vue sur la notion d’autoportrait (pour le groupe du site hospitalier partenaire, accueillant la rencontre et participant au projet).
      - Deux jours de montage, pour chaque portrait de chef, encadrés par Benjamin Serero et par Thomas Senk.

      DURÉE ET DATES

      De janvier à novembre sur une trentaire d'interventions :
      25 novembre : restitution de l’atelier en partenariat avec l’Écume des films au CinéMoViking à Saint-Lô, avec tous les participants et les chefs cuisiniers dans le cadre du Mois du Film Documentaire. 230 personnes étaient présentes pour la première projection et 80 pour la seconde.
      31 janvier 2014 : projection du film lors d’une soirée au restaurant le Bistro à Alençon autour d’un dîner préparé en lien avec les portraits.

      PASSEURS D’IMAGES - SAINT-BOMER-LES-FORGES - 61 - INITIATION AUX VUES LUMIÈRES

      La Maison de l’Images Basse-Normandie a accompagné l’équipe pédagogique du centre de loisirs de Saint-Bomer-Les-Forges dans la mise en place d’actions autour du cinéma, notamment la mise en place d’un atelier de réalisation « Vues Lumière ».

      CADRE

      Cet atelier s'inscrit dans le cadre de la thématique Cinéma du centre de loisirs.

      PARTENAIRES

      Dispositif Elan’S (Espaces Locaux d’Activités Novatrices) de la Région Basse-Normandie.

      PUBLIC

      16 jeunes de 6 à 12 ans

      INTERVENANT

      Benjamin SERERO, réalisateur, chef opérateur

      OBJECTIFS

      • Sensibilisation aux débuts du cinéma
      • Initiation à la réalisation de Vues Lumière

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Cet atelier fait suite à une sensibilisation des enfants au pré-cinéma par le biais d’ateliers de réalisation de jeux optiques encadrés par les animatrices.

      Mise à disposition par la Maison de l'Image Basse-Normandie pendant toute la durée du centre d'une malle pédagogique sur le pré-cinéma, ainsi que l’exposition « Le cinéma ou la machine à remonter le temps ».

      - Présentation et analyse de Vues Lumière originales.

      - Atelier de pratique permettant aux enfants de réaliser des Vues sur la vie et les activités du centre (travail sur le point de vue, le cadre et la notion de plan au cinéma).

      Cet atelier est intervenu en complément de nombreux ateliers mis en place par le centre autour du cinéma (fabrication de claps de cinéma, jeux optiques, séance de cinéma...). Il a permis de marquer le séjour des enfants par un temps fort de rencontre avec un réalisateur et de pratique du cinéma.

      Une projection des Vues a été organisée à la fin de l’atelier, ainsi qu’à la fête de fin de centre où une cinquantaine de personnes étaient présentes.

      DURÉE ET DATE

      27 juillet 2013 après-midi

    • ?>

      THURY-HARCOURT – 14 - LES ÉVÉNEMENTS 2014 GAGNENT DE L’ELAN

      Cette action est la quatrième en partenariat avec l’association AIllES sur la mise en place d’une activité cinéma et audiovisuel au sein d’un Elan’S.

      Portrait documentaire de Patrice Volard

      Atelier Land Art et cinéma d'animation
      CADRE

      Dispositif Elan’S (Espaces Locaux d’Activités Novatrices) de la Région Basse-Normandie.

      PARTENAIRES

      AIILES (Accompagnement des Initiatives par l’Insertion Locale Economique et Sociale) ASACE, Mairie de Thury-Harcourt et CDC de la Suisse Normande, Comité d’organisation Kayak Polo 2014, Médiathèque de Condé-sur-Noireau, Service jeunesse de Thury-Harcourt, cinéma le Normandy de Thury-Harcourt, l'Office de Tourisme de Thury-Harcourt, Base de plein air de Pont-d’Ouilly.

      PUBLIC

      7 jeunes adultes en insertion et adultes en réinsertion professionnelle

      INTERVENANTS

      Benjamin SERERO, réalisateur, chef opérateur, Lorenzo RECIO, réalisateur, dessinateur, Dominique Marchais, réalisateur

      OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

      En intégrant un projet collectif, les bénéficiaires participent à la réalisation de courts métrages et à l’organisation d’une soirée débat autour de leur production en vue de :

      • Se rendre acteur dans la résolution des difficultés sociales et/ou professionnelles
      • Connaître son environnement, favoriser la mobilité
      • Favoriser l’insertion sociale et professionnelle
      • (Re)activer et valoriser ses savoir-faire et savoir-être
      • Être sensibilisé à l’écocitoyenneté
      • Envisager la poursuite de parcours vers la formation professionnelle

      OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE L’ATELIER DE RÉALISATION

      • Participer à une activité collective ; travailler en équipe
      • Engager un processus d’échange par la parole autour de l’activité de création (débattre du projet au moment de l’écriture, mener un entretien sur un sujet donné, présenter le projet réalisé à un public)
      • Travailler sur l’image de soi et la confiance en soi

      LIEUX

      Plusieurs lieux à Thury-Harcourt, Médiathèque de Condé-sur-Noireau, espaces publics de Thury-Harcourt, Pont d'Ouilly

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      - Créer un projet autour des Mondiaux de Kayak Polo qui ont eu lieu en septembre 2014 à Thury-Harcourt.
      - Travailler à la réalisation de courts films sur le thème de l'eau en proposant différentes approches tant artistiques que techniques en matière de réalisation cinématographique : cinéma d'animation, Land Art et documentaire.
      - Dans le cadre de cette thématique, intervention de Dominique Marchais à l'occasion de la sortie de son film La ligne de partage des eaux, projeté au cinéma L'Entracte de Falaise dans le cadre du pré visionnage mis en place par MACAO (ce film a bénéficié du soutien à l'écriture de long métrage en 2014 de la Région Basse-Normandie).

      Atelier d’écriture et réalisation documentaire autour du portrait, avec Benjamin Serero :
      - rencontre avec l’intervenant, intervention sur le cinéma documentaire, présentation du projet de réalisation.
      - repérages, rencontre avec les personnages, écriture.
      - réalisation du portrait documentaire de Patrice Volard, Kayakiste, directeur de la Base de plein air de Pont d’Ouilly (tournage et montage).

      Atelier Land Art et cinéma d'animation, avec Lorenzo Recio :
      - rencontre avec l’intervenant, intervention sur le cinéma d'animation, en particulier la technique de la pixilation, et le Land Art, repérage de lieux.
      - écriture et préparation.
      - tournage, montage et sonorisation.

      DURÉE ET DATES

      La formation ELAN's se déroule du 17 mars au 4 juillet (durée totale de la formation : 16 semaines, 560 heures) - 12 jours d'interventions des professionnels du cinéma.

      2 juillet projection des films réalisés par les stagiaires à la Médiathèque de Condé-sur-Noireau et le 3 juillet au cinéma le Normandy de Thury-Harcourt.

      PONT D'OUILLY - 14 - PASSEURS D'IMAGES - TOUS EN SCÈNE POUR LE CAFÉ SHOW !

      Tous en scène pour le café show !
      CADRE

      Territoires ruraux, territoires de culture 2013/2014

      PARTENAIRES

      Médiathèque du Pays de Falaise, Centre de loisirs du Foyer Rural de Pont d'Ouilly et l'Office de Tourisme du Pays de Falaise pour le Café Show.

      PUBLIC

      Un noyau de 2 pré-adolescents et un animateur, aidé de 4 autres ponctuellement.

      INTERVENANT

      Thomas Senk, coordinateur Passeurs d'Images

      OBJECTIFS

      • Former le regard des jeunes et des animateurs à la réalisation en proposant différentes approches cinématographiques (documentaire, animation, expérimentale...)
      • Rendre compte d'un point de vue sensible, du travail d'autres ateliers préparant le Café Show
      • Réaliser un film témoignant des interactions entre l'atelier vidéo et les autres ateliers, mettant parfois à contribution les intervenants des autres ateliers

      LIEUX

      Foyer Rural, Médiathèque et différents lieux publics de Pont d’Ouilly

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      L’atelier s’est intégré au projet pédagogique de l’accueil de loisirs. Les modalités d’intervention, l’organisation, la préparation des séances ont fait l’objet d’un projet établi conjointement par l’animateur et l’intervenant, en concertation avec la responsable du réseau de la Médiathèque du Pays de Falaise.

      Dans le cadre du projet global « Café-Show : scène ouverte aux habitants du territoire », l'atelier vidéo a favorisé la rencontre avec les artistes et a nourri la réalisation.

      Le rôle de la Maison de l'Image Basse-Normandie :
      - accompagner un animateur et son groupe dans la réalisation du projet (formation-action).
      - mettre à disposition pour ce projet, une unité de tournage, un écran et une sonorisation pour le Café Show.
      - monter les différents films produits.

      DURÉE ET DATES

      9 interventions entre le 22 janvier et le 2 juillet
      2 juillet : projection du film en partenariat avec la Médiathèque de Falaise, dans la Médiathèque de Pont d'Ouilly.

      LISIEUX - 14 - PASSEURS D'IMAGES - DU DESSIN AU DESSIN ANIMÉ

      Ce projet s'inscrit dans le prolongement de l’action régionale « Projections-rencontres et ateliers » mise en place par la Maison de l'Image Basse-Normandie en 2012. Une première projection-rencontre avec Jean-Christophe Dessaint, réalisateur du Jour des Corneilles, a eu lieu cette même année.

      Du dessin au dessin animé
      PARTENAIRE

      Pôle Muséal Lisieux Pays d'Auge

      PUBLIC

      8 élèves de 7 à 13 ans de l'école d'Arts Plastiques

      INTERVENANT

      Jean-Christophe PERRIER, graphiste, illustrateur et spécialiste du cinéma d'animation.

      OBJECTIFS

      • Ouvrir la pratique artistique de l'école d'Arts Plastiques à d'autres disciplines
      • Travailler à l'éducation à l'image et au regard
      • Permettre la rencontre avec des professionnels du cinéma

      LIEU

      Ecole d'Arts Plastiques de Lisieux Pays d'Auge

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Mise en place d'un stage de découverte du cinéma d'animation :
      - Faire travailler les jeunes sur la reproduction de personnages simples et de leur faire dessiner dans un premier temps les différentes faces comme s'il tournait sur eux-mêmes.
      - Dessiner les différentes phases d'un mouvement (marche d'un personnage, vol d'un oiseau...).
      - Réaliser une courte séquence constituée de dessins animés en mettant les jeunes dans un processus collectif de production dans lequel chacun réalise une tâche (décors, mise en couleur, dessin du personnage, contours...).

      DURÉE ET DATES

      Du 5 au 7 mai 2014

    • ?>

      TOURNAGE DU LONG MÉTRAGE D’ORELSAN - À LA DÉCOUVERTE DES MÉTIERS DU CINÉMA

      PARTENAIRES

      Ville de Caen, MJC Chemin Vert, Nolita Cinéma

      PUBLIC

      7 adolescents du quartier du Chemin Vert

      INTERVENANTS

      Équipe de tournage du film Comment c’est loin d’ORELSAN, produit par Nolita Cinéma, tourné intégralement à Caen, Redha DJAFER intervenant vidéo de la MJC du Chemin Vert et Thomas SENK coordinateur Passeurs d'images

      OBJECTIF

      • Permettre à des jeunes de découvrir le tournage d'un film et les différents corps de métiers à travers la réalisation de portraits de techniciens

      LIEUX

      Décors et lieux du tournage du film à Caen

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Dans le cadre de l'accueil du tournage du premier film d'Orelsan à Caen, les partenaires ont souhaité permettre à des jeunes de la MJC du Chemin Vert d'aller à la rencontre des techniciens et artistes du film.

      La Maison de l'Image a proposé de les accompagner dans la réalisation de courts portraits permettant de retranscrire en image l'ambiance d'un tournage.

      L’action a été menée en étroite relation avec les services de la Ville de Caen, la MJC du Chemin Vert, et, au sein de la Maison de l’Image, le Bureau d’accueil de tournages et la coordination de Passeurs d’images.

      Les jeunes ont pu aller à trois reprises sur les lieux de tournage du film pour réaliser un Making-off et interviewer le producteur, des comédiens, l'assistante caméra, l'ingénieur du son, la régisseuse et de nombreux autres techniciens. Cela a donné lieu à 3 courts films qui sont notamment diffusés sur le site de la Ville de Caen.

      DATES

      1er, 8 et 21 avril 2015

      3 COURTS MÉTRAGES RÉALISÉS
      Orelsan & Gringe Le Making of 01
      Orelsan & Gringe Le Making of 02
      Orelsan & Gringe Le Making of 03

      CONDÉ SUR NOIREAU - 14 - L’ÉLAN PENSE, MANGE, BOUGE DURABLE

      Il s’agit d’un cinquième partenariat avec l’association AIILES sur la mise en place d’une activité cinématographique et audiovisuelle au sein d’un Elan’S.
      Ce projet concerne également le site de Thury-Harcourt (14).

      CADRE

      Dispositif Elan’S (Espaces Locaux d’Activités Novatrices) de la Région Basse-Normandie

      PARTENAIRES

      AIILES (Accompagnement des Initiatives par l’Insertion Locale Economique et Sociale) ASACE, Ville de Condé-sur-Noireau, Ville de Thury-Harcourt, Médiathèque L’Atelier de Condé-sur-Noireau, association Vert Framboise

      PUBLIC

      12 personnes (jeunes adultes en insertion et adultes en réinsertion professionnelle) pour la formation

      INTERVENANT

      Benjamin SERERO, réalisateur et chef opérateur

      OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

      En intégrant un projet collectif, les bénéficiaires ont participé à la réalisation d'un court métrage en deux parties, d'une exposition, d'une animation sur le marché de Noël et à l’organisation d’une table ronde autour de la thématique « Penser, manger, bouger durable » :

      • Se rendre acteur dans la résolution des difficultés sociales et/ou professionnelles
      • Connaître son environnement, favoriser la mobilité
      • Favoriser l’insertion sociale et professionnelle
      • (Ré)activer et valoriser ses savoir-faire et savoir-être
      • Être sensibilisé à l’écocitoyenneté
      • Envisager la poursuite de parcours vers la formation professionnelle
      OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE L’ATELIER DE RÉALISATION

      • Participer à une activité collective ; travailler en équipe
      • Engager un processus d’échange par la parole autour de l’activité de création (débattre du projet au moment de l’écriture, mener un entretien sur un sujet donné, présenter le projet réalisé à un public)
      • Travailler sur l’image de soi et la confiance en soi

      LIEUX

      Condé-sur-Noireau, Thury-Harcourt et Caen

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      À partir d'une thématique large, travailler sur la réalisation d'un film permettant de lancer une table ronde sur le thème "Penser, manger, bouger durable".

      Ce film en deux parties a été construit autour d’un travail sur le cinéma documentaire, tout en intégrant des éléments de fiction et d'animation. Il a nécessité l'intervention du réalisateur pour accompagner le groupe sur la réalisation et le montage.

      DURÉE ET DATES

      9 jours d’intervention du réalisateur, répartis sur la période de l’Elan’S, du 5 octobre 2015 au 19 janvier 2016 (durée totale de la formation : 16 semaines, 560 heures).

      2 FILMS RÉALISÉS
      La vérité partie 1
      La vérité partie 2

      FLERS - 61 - RÉALISATION D'UN COURT MÉTRAGE SUÉDÉ

      Court métrage suédé
      CADRE

      Passeurs d’images

      PARTENAIRES

      Flers Agglomération, Médiathèque du Pays de Flers, Club Ado

      PUBLIC

      5 jeunes de 11 à 15 ans et 2 personnes de la médiathèque de Flers

      INTERVENANT

      Just PHILIPPOT, réalisateur

      OBJECTIF

      • Accompagner l'émergence de pratiques amateurs des jeunes autour de la vidéo

      LIEU

      Centre Émile Halbout de Flers

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Réalisation d'un court métrage inspiré de films anciens remis au goût du jour pour travailler sur les films suédés, à la manière de Michel Gondry dans son film Soyez sympas, rembobinez.

      Adaptation et écriture avant la phase de tournage et de montage.

      Projection du film à la Médiathèque de Flers.

      DURÉE ET DATES

      5 jours, du 19 au 23 octobre 2015

      SAINT-LÔ - 50 - "QUE D'OOOHHH !!!"

      Ce projet concerne également les sites de Picauville (50), Bayeux (14) et Isigny-sur-mer (14)

      Que d'ooohhh !!!
      CADRE

      Culture/Santé

      PARTENAIRES

      Institutionnels : DRAC Basse-Normandie, ARS, Région Basse-Normandie

      Opérationnels : CHS de Saint-Lô, Fondation Bon Sauveur de Picauville, Centre Hospitalier de Bayeux, Parc Naturel Régional des Marais du Cotentin et du Bessin et Maison de l'Image Basse-Normandie

      PUBLIC

      3 groupes composés de 9 personnes pour le CHS de Saint-Lô, 9 pour la Fondation Bon-Sauveur de Picauville et 13 pour le Centre Hospitalier de Bayeux. Les groupes étaient constitués de patients et personnels de santé

      INTERVENANTE

      Cécile COURAUD, vidéaste

      OBJECTIFS

      • Sensibiliser les usagers de l'hôpital aux problématiques environnementales, en particulier la raréfaction de l'eau potable dans le monde
      • Immerger le public de l'hôpital dans l'acte de création, grâce à des temps privilégiés au Parc Régional et à la découverte de la pratique artistique
        (arts visuels : photo, cinéma et vidéo)
      • Ouvrir l'hôpital psychiatrique vers l'extérieur par la mise en place d'un projet inter-hospitalier associant plusieurs partenaires Culture-Santé
      • Établir un parallèle entre la gestion de l’eau du Parc Naturel Régional des Marais du Cotentin et du Bessin et celle de la Province d’Agdz dans le sud-est du Maroc, afin de sensibiliser les patients de l’hôpital au problème de la raréfaction de l’eau potable dans le monde.

      LIEU

      L'action s'est tenue de façon privilégiée dans le Parc Naturel Régional des Marais du Cotentin et du Bessin

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Le projet Que d’Oohhhh !!! traite de la thématique de l’eau, sur le mode de l’émerveillement poétique.

      Il s'agit d'impliquer 3 groupes patients/personnels de santé à la réalisation de courts films expérimentaux mettant en avant la poésie visuelle du Parc Naturel Régional des Marais du Cotentin et du Bessin, en partant de proverbes sur le thème de l'eau.

      Le projet, encadré par la réalisatrice, s'est articulé en trois parties :
      - Projection-rencontre du film Ô Racines ! de Cécile Couraud : 30 patients et soignants présents
      - Ateliers vidéo : réalisation par les participants de courts poèmes visuels (2' à 3') sur le thème de l’eau : 31 personnes ont participé aux ateliers.
      - Restitution : projection des films dans le cadre du Mois du Film Documentaire au cinéma Le Club d'Isigny-sur-Mer : 120 personnes présentes.

      DATES

      24 avril : rencontre avec la réalisatrice autour de son film
      Du 27 au 30 avril et du 29 juin au 3 juillet : ateliers

      HÉROUVILLE SAINT-CLAIR - 14 - AUTOUR DES CULTURES URBAINES

      Ateliers de réalisation documentaire et d'écriture autour des cultures urbaines en lien avec la sortie du film Brooklyn de Pascal Tessaud, ce projet concerne également le site de Caen (14)

      Brooklyn
      CADRE

      Passeurs d’images

      PARTENAIRES

      Maison de l'Image Basse-Normandie,  MJC du Chemin Vert à Caen, AMVD à Caen - quartier de la Pierre-Heuzé, et à Hérouville Saint-Clair : Carré Bleu, UEAJ, cinéma le Café des Images, Bibliothèque

      PUBLIC

      14 personnes, 8 jeunes et 6 encadrants présents à la présentation.

      20 participants sur les deux ateliers, dont 15 jeunes, entre 11 et 22 ans de différentes structures jeunesse de l'agglomération caennaise et 5 animateurs (atelier Slam : 12 participants ; atelier documentaire : 8 participants).

      152 spectateurs à la soirée de restitution, le jeudi 29 octobre au Café des Images.

      INTERVENANTS

      Pascal TESSAUD, réalisateur, BLADE MC, slameur et acteur dans le film Brooklyn, Maxime LETISSIER , monteur, Thomas SENK, coordinateur Passeurs d'images et Mélanie TELLINI, responsable temps scolaire et développement des publics, Maison de l'Image Basse-Normandie

      OBJECTIFS

      • Créer une dynamique de territoire autour d'un film
      • Permettre la mixité des publics autour d'un projet commun
      • Proposer aux jeunes de l'agglomération de Caen une rencontre avec un réalisateur autour de la création cinématographique
      • Relier une action cinéma à d’autres disciplines artistiques, en particulier autour des cultures urbaines : danse Hip-Hop, Rap, etc.
      • Sensibiliser à la pratique artistique : films sur la danse Hip-Hop, réalisation de portraits documentaires de danseurs, écriture de textes Rap et Slam

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      La Maison de l’Image Basse-Normandie suit le travail de Pascal Tessaud depuis plusieurs années et l’a déjà fait intervenir dans différents cadres : diffusion du documentaire Slam, Ce qui nous brûle et rencontre avec le public suivie d’une scène ouverte avec l’un des slameurs du film en 2008 et encadrement d’un atelier de programmation lors du projet Ciné-Slam en 2009.

      Suite à la sortie de Brooklyn, son premier long métrage de fiction, la Maison de l’Image a souhaité proposer un projet avec l’objectif de fédérer et mixer des publics fréquentant différentes structures de l’agglomération caennaise.

      En parallèle, la MJC du Chemin Vert accueillait en résidence cette même semaine des danseurs du Hip-Hop Danse Conservatory de New-York. Des ponts ont été créés entre ces deux projets, avec comme dénominateur commun la culture Hip-Hop.

      La Maison de l’Image a construit le projet avec les quatre structures socioéducatives qui ont accepté de s’y associer. Deux ateliers ont été menés en parallèle.

      Mercredi 7 octobre à l'AMVD : sensibiliser à la forme documentaire
      - Présentation du projet et sensibilisation à la forme documentaire avec Thomas Senk et Mélanie Tellini, sur les principes de l’interview à partir de l’analyse d’extraits vidéo d’entretiens de différentes natures (reportage, documentaire)


      ATELIER D'ECRITURE avec Blade Mc

      Mardi 27 et mercredi 28 octobre Bibliothèque d’Hérouville Saint-Clair :

      "Le texte du désordre" :

      Blade Mc a choisi un livre de la bibliothèque et chacun a pointé un mot au hasard. Les participants avaient 20 secondes pour trouver le plus possible de rimes par mot. A partir de cette liste, chacun a écrit un texte sans forcément y donner un sens, le but du jeu étant d’utiliser le maximum de mots. Tout le monde a lu son texte et a déterminé une émotion en lien, puis l’a interprété en testant d’abord l’émotion ”contraire” à celle choisie préalablement, puis enfin celle initialement souhaitée. L’objectif de cet exercice : comment adresser un texte à un public, comment y mettre une intention. Comment la voix, le corps et sa posture participent à la réception du texte par un public. Les participants ont testé différentes façons de transmettre leur texte : crier, chuchoter, pleurer, bégayer en pointant du doigt le public, en le fixant, en lui souriant, etc.

      "Brooklyn, c’est quoi ? " :

      Blade Mc a ensuite diffusé la bande annonce de Brooklyn. Les participants ont choisi vingt mots qu’ils ont utilisés pour exprimer leurs attentes sur le film. Après une lecture collective, le groupe a démarré un travail de mise en scène pour la restitution : choix des textes, travail sur la posture, les déplacements, percussions corporelles.

      Les deux textes de chaque stagiaire ont été travaillés dans la perspective de la restitution publique au Café des Images, avant la projection de Brooklyn.

      Jeudi 29 octobre cinéma le Café des Images : Répétition du spectacle dans la salle en vue de la restitution


      ATELIER DE REALISATION DOCUMENTAIRE, avec Pascal Tessaud et les danseurs du Hip-Hop Danse Conservatory de New-York - MJC du Chemin Vert :

      - Filmer le corps en mouvement, en utilisant les temps des Master Class mises en place par les danseurs pour les jeunes danseurs accueillis par la MJC
      - Faire le portrait d’un artiste, à travers un entretien filmé avec certains danseurs sur leur parcours et leur discipline.

      Lundi 26 octobre : la démarche documentaire
      Faire comprendre aux jeunes que c’est le réel observé qui est le moteur du film. Le groupe s’est immergé dans la troupe de danseurs et a défini les deux "personnages" principaux du film : Safi et Yvonne. Réflexion et choix des questions à poser aux personnages.

      Mardi 27 octobre : Initiation à la caméra et au cadrage
      Choix de mise en scène et répétitions suivies du tournage dans la salle de répétition de la troupe en respectant les consignes et la mise en scène adaptée et définie collégialement.
      Constitution d’une équipe de tournage pour les entretiens : initiation à la prise de son, au tournage en multi-caméras, mise en place de la lumière et entretiens avec les deux personnages. Tournage en multi-caméras d’une captation du filage de la troupe. Visionnage collectif des rushes tournés.

      Mercredi 28 octobre : tournage du générique de fin

      Mardi 27, mercredi 28 et jeudi 29 octobre : montage du film avec Maxime Letissier.

      Jeudi 29 octobre : soirée de restitution et projection-rencontre autour de Brooklyn au Café des Images :
      Lancement de la séance par le spectacle des jeunes de l’atelier d’écriture. Projection du documentaire sur les danseurs new-yorkais en leur présence. Ces derniers ont offert une démonstration de danse, accompagnés de jeunes danseurs de l'agglomération.

      Projection de Brooklyn suivie d'un échange avec le public

      Sont intervenus dans cette soirée : Raphaël Yem, journaliste, chroniqueur radio, télévision, fondateur de Fumigène, revue consacrée aux cultures urbaines ; Blade MC, Despee Gonzales et Daddy Jee, slameurs et acteurs dans Brooklyn ; les danseurs du Hip-Hop Danse Conservatory de New-York.

      L'année 2015 marque la fin d'actions développées dans le cadre du dispositif ELAN'S.

      L'Espace Local d'Activités Novatrices était financé par la Région Basse-Normandie. Il s'agissait d'une formation d'insertion sociale et professionnelle, d'environ quatre mois, accueillant 12 personnes en âge de travailler. La formation s'appuyait sur un projet collectif, support à un travail d'orientation professionnelle. Nous développions des projets dans ce cadre depuis 2009.

      Ces projets répondaient pleinement aux objectifs que nous défendons dans le cadre de Passeurs d’images.

      Nous intervenions au plus près des publics éloignés des pratiques culturelles, répondant par un accompagnement collectif à la réalisation de films, aux objectifs de redynamisation, de revalorisation et d'engagement des personnes, dans le but d'intégrer un parcours de formation et d'intégration professionnelle.

      Comme dans tous nos projets, ces actions permettaient la rencontre entre des artistes et ces publics, enrichissant ainsi leurs pratiques culturelles. Nous avons beaucoup fait travailler ces publics sur le documentaire, forme de cinéma impliquant de porter un regard sur les autres, sur soi, sur son environnement, leur permettant ainsi de prendre du recul sur leur situation personnelle et professionnelle.

      Ces échanges et ces rencontres ont également donné lieu à des désirs de films chez certains réalisateurs qui sont intervenus auprès de ces publics.

      C'est le cas de Benjamin Serero, réalisateur, qui à partir d'interventions sur une formation ELAN'S, a rencontré un groupe de personnes bénéficiaires du RSA, autour d'un jardin collectif et a souhaité en faire un film. Ce projet a ensuite reçu le soutien au développement et à la production de documentaire de création de la Région Normandie en partenariat avec le Centre national du cinéma et de l'image animée et en collaboration avec la Maison de l'Image Basse-Normandie. Le film maintenant terminé s’intitule Portraits au jardin.

      Ce sont ces rencontres, au travers de projets Passeurs d'images, qui nourrissent à la fois les publics, les encadrants et les intervenants. Elles participent à faire évoluer les uns et les autres au regard de leurs pratiques culturelles et de ce qu'ils sont.

      Le regard à travers une caméra change notre perception du monde.

      La caméra documentaire fixe le point de vue de celui qui filme et le confronte à sa propre vision de ce qu'il filme. Elle lui permet ainsi de prendre du recul par rapport à ce qu'il voit, de réfléchir à ce qu'il veut retranscrire de la réalité, au regard qu'il porte sur le monde, sur l'autre, sur lui-même.

      Ces projets sont essentiels si l'on veut aujourd'hui lutter contre le cloisonnement de la pensée et les visions uniformes du monde.

      Ils permettent à des structures de secteurs professionnels différents, de travailler ensemble autour d'objectifs communs. En 2015 en Basse-Normandie nous avons travaillé avec plus de soixante structures différentes, salles de cinéma, associations, centres sociaux, MJC, Hôpitaux, médiathèques, communes… Elles ont toutes des secteurs d'activité et des objectifs fondamentaux qui leur sont propres, mais elles s'accordent pour permettre à leurs publics de s'enrichir au travers de projets culturels et artistiques autour du cinéma, de l'audiovisuel et des nouvelles technologies.

      C'est pourquoi nous avons décidé en cette fin d'année de renforcer cette dynamique de réseau. Nous proposons ainsi depuis le mois de septembre, pour les professionnels des structures socio-éducatives et culturelles que nous accompagnons sur des projets Passeurs d'images, des rendez-vous réguliers. Ils prennent la forme de projections de films en avant-première lors de pré-visionnages organisés par l'association de salle de cinéma MACAO 7è Art, de rencontres avec des réalisateurs dont les films documentaires sont soutenus par la Région, de formations sur les films en lien avec Collège au cinéma, par exemple. L'idée est de fédérer autour des œuvres et des artistes afin de favoriser l'échange de pratiques et de permettre que des actions voient le jour.

      Plusieurs personnes du réseau Passeurs d'images dont un éducateur de la PJJ sont venues aux pré-visionnages de MACAO 7ème Art les 10 et 11 septembre 2015. Un éducateur ayant vu le film Ni le ciel, ni la terre de Clément Cogitore a souhaité ensuite montrer le film à quatre jeunes qu'il accompagne. Nous avons organisé leur déplacement. Ils ont pu rencontrer le réalisateur qui venait accompagner son film. Cette action s'inscrivait dans la continuité du travail mené par l'éducateur au travers notamment de l'opération Des Cinés, La Vie. Cette séance s'inscrivait par ailleurs dans le cadre du partenariat entre la Maison de l'Image Basse-Normandie et MACAO 7è Art sur la diffusion des films soutenus dans le cadre du fonds d’aide régional.

      Faire du lien, décloisonner, expérimenter, ouvrir sur des pratiques novatrices, sont les axes que nous souhaitons renforcer en 2016 pour les publics et à la fois dans nos pratiques en particulier dans la perspective de la nouvelle région Normandie. Cela se traduira notamment par une collaboration accrue avec nos homologues du Pôle Image Haute-Normandie, autour de la mise en place d’actions communes : une formation régionale des acteurs locaux de Passeurs d’images et une rencontre régionale autour des films d’ateliers.

    • ?>

      CAEN - 14 - RENCONTRES ET ATELIERS DU PRÉ-CINÉMA AU CINÉMA D'ANIMATION

      La Maison Départementale de l'Enfance et de la Famille du Calvados a sollicité la Maison de l’Image pour mettre en place des ateliers de découverte et de pratique cinématographique en direction des bénéficiaires de leur service du temps de jour. L'objectif premier de la MDEF étant la scolarisation de ces jeunes, la Maison de l’Image a proposé d'articuler des ateliers de pratique hors temps scolaire, dans le cadre de Passeurs d’images, et la participation des jeunes à Collège au cinéma Calvados.

      Film de l'atelier : L’Assiette animée
      CADRE

      Passeurs d’images et Collège au cinéma Calvados

      PARTENAIRES

      Maison Départementale de l'Enfance et de la Famille du Calvados, Cinéma Café des Images d'Hérouville-Saint-Clair, Cinéma Lux de Caen

      PUBLIC

      Adolescents déscolarisés, de 12 à 18 ans, accueillis au service sur une courte période (de 15 jours à 3 mois). La majorité de ces jeunes sont des mineurs isolés étrangers

      INTERVENANTS

      Laurent BOILEAU, réalisateur, Anthony GANDAIS, réalisateur de films d’animation

      OBJECTIF

      • Permettre aux mineurs isolés étrangers pris en charge par la MDEF d'avoir accès à des actions culturelles
      • Favoriser leur intégration scolaire
      • Ouvrir un champ d'expression artistique pour ces jeunes au parcours de vie difficile
      • Expérimenter un projet articulant actions sur le temps scolaire et hors temps scolaire

      LIEUX

      MDEF, Cinéma Café des Images d'Hérouville-Saint-Clair, Cinéma Lux de Caen

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Projection du film Couleur de peau : Miel de Jung et Laurent Boileau suivie d'une rencontre avec Laurent Boileau et de deux ateliers de découverte du cinéma d'animation : 

      - Atelier pré-cinéma avec la malle pédagogique de la Maison de l'Image et intervention sur les rapports entre bande dessinée et cinéma.
      - Atelier de réalisation en animation, autour de la technique du stop-motion animé par Anthony Gandais, (projet réparti sur une semaine : 1 journée de 8 heures et 2 matinées de 4 heures).

      Film de l'atelier : L’Assiette animée autour de la réalisation d'une recette, utilisant un ingrédient du pays d'origine de chaque participant.

      En complément, la MDEF a emmené les jeunes aux séances de Collège au cinéma pour les films Duel de Steven Spielberg et Ilo Ilo d’Anthony Chen.

      DATES

      De décembre 2015 à mars 2016

      CAEN - 14 - LE VERBE LE GESTE ET L’IMAGE (AUTOUR DU THÉÂTRE D’OMBRES)

      Depuis plusieurs années, les éducateurs du Quartier Mineur de la Maison d'Arrêt de Caen proposent des activités socioculturelles et sportives aux jeunes incarcérés. En prolongement de ces activités, les partenaires ont souhaité proposer aux jeunes un projet au croisement du théâtre et du cinéma.

      Film des ateliers : Ombres musicales
      CADRE

      PARTENAIRES

      DTPJJ (Direction Territoriale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse), Service Territorial Éducatif de Milieu Ouvert (STEMO) de Caen, Maison d’Arrêt de Caen - Quartier Mineur

      PUBLIC

      Mineurs incarcérés de 15 à 17 ans

      INTERVENANTS

      Olivier VIAUD, chorégraphe, metteur en scène, Compagnie V.O., Anthony GANDAIS, réalisateur de films d’animation

      OBJECTIF

      • Développer la capacité d’expression par l’écrit, la voix et le corps et la création filmique
      • Découvrir par l’expérimentation une forme théâtrale (le théâtre d’ombres), dans ses dimensions historiques, esthétiques et créatives
      • Travailler la confiance en soi, en l’autre, la capacité de présenter un travail en direct, comme dans tout projet lié au spectacle vivant
      • Travailler sur le thème du conte, propre à développer l’imaginaire et à proposer des univers différents de l’univers quotidien des jeunes détenus

      LIEU

      Maison d'Arrêt de Caen, Quartier Mineur

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Ateliers d’écriture animés par Olivier Viaud, basés sur la découverte du théâtre et du théâtre d’ombres, tout en partant de textes de chansons connues des jeunes : réappropriation puis mise en images des textes. Il s’agissait d’arriver à la production des deux clips.

      La mise en scène a permis d’associer le travail théâtral et la création de projections filmiques mixant animation et prise de vues réelles, à partir d’éléments de décor, de personnages animés et d’un découpage filmique, tous conçus par les jeunes.

      Le travail en vidéo a également permis de conserver une trace de cette création, ainsi que la possibilité d'une diffusion collective du travail réalisé.

      Films des ateliers : Ombres musicales, 2' chacun
      Deux chansons de rap (Sortez couvert de Niro et Tout le monde veut des lové de La Crim) « re-clipées » par le biais de création d'images en ombre chinoise. Chacun des clips illustre les propos des chansons.

      DURÉE ET DATES

      13 interventions du 30 septembre au 24 novembre 2016

      CAEN - 14 - DU DESSIN AU DESSIN ANIMÉ

      Dans la poursuite du partenariat engagé avec la Maison de l’Image (voir ci-dessus), le STEMO a souhaité développer un projet autour du dessin.

      Du dessin au dessin animé
      CADRE

      Culture/Justice-PJJ

      PARTENAIRES

      DTPJJ (Direction Territoriale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse), Service Territorial Éducatif de Milieu Ouvert (STEMO) de Caen, Maison d’Arrêt de Caen - Quartier Mineur, Unité Educative d’Activités de Jour (UEAJ) d'Hérouville Saint-Clair

      PUBLIC

      Mineurs incarcérés de 15 à 17 ans

      INTERVENANTS

      Jean-Christophe PERRIER, graphiste, spécialiste du cinéma d'animation, Thomas SENK, chargé de mission Passeurs d'images

      OBJECTIF

      • Permettre aux jeunes de se décomplexer vis-à-vis de la pratique du dessin et d’acquérir une technique
      • Comprendre la fabrication d'un film d'animation
      • Réaliser collectivement un court métrage d'animation

      LIEU

      Maison d'Arrêt de Caen, Quartier Mineur

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Premier temps consacré au dessin et à l'animation de phases d'un mouvement (par exemple, la marche d'un personnage)
      Deuxième temps consacré à la création d'une histoire courte sous forme de sketch

      Appropriation de l’histoire par la création d'un story-board puis participation des jeunes à un dispositif de création d'un film d'animation sur le modèle professionnel : répartition des postes de travail en fonction des envies et des facilités. Un jeune dessinait, l'autre redessinait les contours au feutre, un autre numérisait les dessins, etc. Chacun faisait partie d'une chaîne de production, devait être appliqué à sa tâche et solidaire des autres, pour que le travail avance et que le film puisse exister.

      En parallèle, fabrication des tables à dessin lumineuses, utilisées ensuite pour l’atelier de réalisation, par les participants de l’atelier menuiserie de l'Unité Educative d’Activités de Jour (UEAJ).

      Film de l'atelier : La ruse, dessin animé, 1'16
      Poursuivi par un oiseau, un personnage tente de s'échapper...

      DURÉE ET DATES

      6 interventions de 2H auprès des jeunes du 19 au 31 décembre 2016

      FALAISE - 14 - PAYSAGES ET PORTRAITS AGRICOLES

      La Maison de l'Image dans le cadre de Passeurs d'images, propose depuis plusieurs années des ateliers de pratique artistique en partenariat avec la Médiathèque de Falaise, notamment en lien avec le Mois du Film Documentaire. La volonté de développer ce partenariat a pu se concrétiser grâce à l’appel à projet Territoires ruraux, territoires de culture.

      CADRE

      Passeurs d'images – Appel à projet Territoires ruraux, territoires de culture

      PARTENAIRES

      Communauté de Communes du Pays de Falaise - Service Médiathèque, Association Les Jardins d'Arlette - Falaise, Association L’Essor-Falaise, gestionnaire de l’Établissement et service d’aide par le travail (ESAT) et du restaurant Le Moulin à légumes, Lycée Agricole Le Robillard Saint-Pierre-sur-Dives, Cinéma L'Entracte Falaise, Club Photo Condé-sur-Noireau

      PUBLIC

      Élèves du Lycée Agricole Le Robillard, adultes en insertion des Jardins d'Arlette, tout public

      INTERVENANTS

      Benjamin SERERO, réalisateur, chef opérateur, photographe, Ariane DOUBLET, réalisatrice, Emmanuel FRIMOUT, directeur de la Coopérative Linière de Cagny.

      Allain BOUGRAIN-DUBOURG, journaliste, producteur, réalisateur de télévision et président de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) et les photographes amateurs du Club Photo de Condé-sur-Noireau.

      OBJECTIF

      • Favoriser la rencontre entre artistes et publics en milieu rural : accès à la démarche de création et au monde du cinéma pour les habitants du territoire et certains publics éloignés des pratiques culturelles
      • Promouvoir l’accès à la culture (livre, cinéma, numérique) et aux lieux culturels du territoire (médiathèque, cinéma)
      • Éveiller le regard critique des spectateurs
      • Proposer un autre regard sur le monde rural et notamment agricole : valoriser l’agri-?culture” et le regard des habitants sur la richesse de leur propre territoire
      • Valoriser par une démarche artistique, les actions de personnes en insertion et les projets professionnels de lycéens
      • Conforter et développer les partenariats au sein de la Communauté de Communes et, au-delà, entre la médiathèque, les Jardins d’Arlette, le Lycée Agricole Le Robillard, le cinéma L'Entracte et la Maison de l’Image Basse-Normandie

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Ce projet s’est déroulé sur le territoire du Pays de Falaise en impliquant plusieurs publics. Il s’agissait de favoriser la rencontre entre plusieurs structures et ces publics, par le biais d'actions culturelles innovantes et de partenariats multiples. A travers différentes approches artistiques, il s’agissait de :

      - Mettre en avant l’agriculture comme patrimoine culturel et humain qui se transmet notamment au travers d'un jardin d'insertion et d'un lycée d'enseignement agricole.
      - Interroger le rapport entre l'homme et la terre à travers la question du geste agricole.
      - Proposer une découverte du cinéma documentaire, associant les secteurs Livre, Image et son et Numérique au sein de la Médiathèque.

      Création d'une exposition photographique Paysages et gestes agricoles par le Club Photo de Condé-sur-Noireau. Vernissage accompagné de dégustations de soupes préparées par le restaurant d’insertion pour adultes handicapés Le Moulin à légumes, à partir de légumes provenant des Jardins d'Arlette.

      Conférence sur la biodiversité par Allain Bougrain-Dubourg.

      Atelier de création documentaire autour du portrait, animé par Benjamin Serero, proposé à des adultes en insertion (Les Jardins d'Arlette) et des élèves de Seconde Pro PAPV du Lycée Agricole Le Robillard. Les participants ont ensuite présenté leur travail au cinéma L'Entracte à Falaise. Ils ont ainsi pu échanger à propos de leur expérience de réalisation.

      La projection-rencontre autour du film d'Ariane Doublet, La Pluie et le beau temps, et l'intervention d’Emmanuel Frimout, directeur de la Coopérative Linière de Cagny, ont permis des échanges entre professionnels de l’agriculture, du cinéma et publics.

      Le film documentaire de Benjamin Serero, Portraits au jardin (soutenu à l'écriture, au développement et à la production de documentaire de création par la Région Normandie en partenariat avec le CNC), a fait l'objet d'une projection pour les élèves du Lycée Agricole Le Robillard.

      Films des ateliers :
      Jardins d’Arlette, documentaire, 8’ : au travers d'un travail de vues documentaires sur l'activité des salariés du jardin d’Arlette, le film s'est construit autour d'une journée aux jardins d'Arlette.

      L’Agriculture dans l’objectif, documentaire, 8’ : regard documentaire sur les élèves et la vie au lycée agricole Le Robillard.

      DATES ET LIEUX

      Exposition photographique (Club Photo, Condé-sur-Noireau) : 19 octobre-26 novembre 2016 à la Médiathèque de Falaise ; 2-26 novembre 2016 à la Médiathèque de Pont d’Ouilly.

      Conférence d’Alain Bougrain-Dubourg : 3 novembre 2016, Cinéma L'Entracte.

      Ateliers réalisation documentaire : 7-9, 14-16 novembre 2016, Les Jardins d'Arlette, Lycée Agricole Le Robillard.

      Projection Portraits au jardin de Benjamin Serero : 14 novembre 2016, Lycée Agricole Le Robillard.

      Restitution ateliers, projection-rencontre La Pluie et le beau temps d'Ariane Doublet : 21 novembre 2016, Cinéma L'Entracte.

      2 DOCUMENTAIRES RÉALISÉS
      Film de l’atelier : Jardins d'arlette
      Film de l’atelier : Le Robillard

      CHERBOURG - 50 - À NOTRE IMAGE: ATELIER PRIS SUR LE VIF

      Film de l’atelier : Pris sur le vif
      CADRE

      La République des Images/Passeurs d’images

      PARTENAIRES

      Le réseau des coordinations nationales Passeurs d'images, la MJC La Brèche de Chebourg

      PUBLIC

      Adolescents

      INTERVENANTE

      Marie LE HIR, réalisatrice et monteuse

      OBJECTIF

      • Produire des contenus filmiques avec les acteurs de terrain, en partant des réalités des territoires
      • Valoriser le « faire ensemble » en s'engageant dans une démarche citoyenne active et accompagnée
      • Acquérir les techniques d'expression et de production susceptibles de favoriser une participation sereine aux débats citoyens

      LIEUX

      MJC la Brèche - Quartier de la Brèche et Le Maupas à Cherbourg en Cotentin

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      La démarche « La République des Images » veut favoriser et qualifier l'expression des populations sur les questions de citoyenneté et sur les valeurs de la République.

      Cet atelier a pour but de capter des témoignages de jeunes ou d’adultes du territoire, du quartier, du groupe, de la structure, en privilégiant une dynamique de proximité, véritable sensibilisation aux problématiques citoyennes par le travail sur la diversité et la richesse des points de vue, laissant une large place à l’autonomie des jeunes.

      L'atelier s'est déroulé sur une demi-journée avec pour objectif d'accompagner un groupe de 5 jeunes de la MJC de la Brèche dans la réalisation de microtrottoirs. L'intervenante a d’abord travaillé sur une prise en main du matériel de tournage et ensuite a posé la problématique au centre des interviews. Le groupe est ensuite allé à la rencontre des habitants du quartier pour leur poser les questions pré-établies avec l'intervenante.

      Film de l’atelier : Pris sur le vif, documentaire, 5’
      Interviews bruts de personnes questionnées sur les notion de citoyenneté, de respect, de valeurs de la république.

      DATE

      26 novembre 2016

      FLERS - 61 - PRÉVENTION ROUTIÈRE

      L'équipe de la Maison d'Activités Emile-Halbout, en lien avec le CLIC du Bocage (association qui propose des aides aux personnes âgées), a souhaité réaliser avec des jeunes et seniors (qui fréquentent la Cyberbase pour revoir le code de la route, notamment), un court métrage de sensibilisation aux dangers de la route et aux conduites dangereuses.

      Film de l’atelier : Sécurité routière
      CADRE

      Passeurs d’images

      PARTENAIRES

      Flers Agglo, CLIC du Bocage (Centre Local d'Information et de Coordination gérontologique), Maison d'Activités Emile-Halbout

      PUBLIC

      Adolescents et seniors (atelier intergénérationnel)

      INTERVENANT

      Anthony GANDAIS, réalisateur

      OBJECTIF

      • Prévenir la délinquance routière
      • Favoriser un travail collaboratif entre adolescents et seniors
      • Travailler la mixité des publics
      • Décrypter des messages de prévention routière

      LIEU

      Centre Emile Halbout de Flers

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Analyse de spots de prévention : quels sont les moyens audiovisuels utilisés pour faire passer un message efficacement ?

      Travail d'écriture et de réalisation d'un spot avec les moyens du cinéma d’animation impliquant jeunes et seniors : articulation entre prises de vues réelles et réalisation de séquences sur fond vert - travail sur l'incrustation d'images et les trucages numériques.

      Film de l’atelier : Sécurité routière, fiction (techniques mixtes : prise de vue réelle, animation, incrustation, effets spéciaux), 3’
      En matière de comportement routier et de sécurité, le film travaille les stéréotype et propose un point de vue original sur le sujet.

      DURÉE ET DATES

      4 journées du 8 au 11 février 2016
      19 novembre 2016 : projection du film Sécurité routière lors des Rencontres Nationales Passeurs d'images au Centquatre, à Paris. Les participants ont également assisté à des rencontres et des ateliers proposés toute la journée dans le cadre des Rencontres Nationales.

      FLERS - 61 - FÊTE DU LIVRE : PETITS BONHEURS ET GRANDS PLAISIRS

      La Maison de l'Image Basse-Normandie a été sollicitée par la Médiathèque du Pays de Flers afin de proposer une sensibilisation aux liens possibles entre le livre et le cinéma.

      Interview de Raphaël Lerays
      CADRE

      Passeurs d’images

      PARTENAIRES

      Flers Agglo, Médiathèque du Pays de Flers. Forum de Flers

      PUBLIC

      Tout public de la Fête du Livre de Flers, 1200 personnes ont fréquenté le salon du livre

      INTERVENANTS

      Raphaël LERAY, scénographe, dessinateur, réalisateur, Sylvain GARNAVAULT, jongleur et médiateur numérique, Jean-Christophe PERRIER, graphiste et spécialiste du cinéma d'animation, Thomas SENK, chargé de mission Passeurs d’images

      OBJECTIF

      • Témoigner des passerelles possibles entre livre et cinéma
      • Sensibiliser les publics aux jeux optiques et au pré-cinéma
      • Créer des rencontres entre publics et artistes

      LIEU

      Forum de Flers

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Créer des passerelles entre la Bande Dessinée et le cinéma.

      Amener le public à explorer de nouvelles formes de narrations mêlant BD, son, illustration et cinéma à travers la rencontre avec Raphaël Leray et Sylvain Garnavault.

      Découvrir les jeux optiques, à travers des expositions autour de la création du programme de films Loulou et autres loups, de Kirikou et la sorcière de Michel Ocelot et du Roi et l'oiseau de Paul Grimault, en compagnie de Jean-Christophe Perrier.

      Mise à disposition de l’exposition sur le pré-cinéma Le cinéma ou la machine à remonter le temps, éditée par la Maison de l’Image.

      DURÉE ET DATE

      1 journée, le 2 avril 2016

    • ?>

      CONDÉ EN NORMANDIE - 14 - RÉAMÉNAGEMENT URBAIN, LA CONSTRUCTION D'UNE PAROLE

      Film de l'atelier : Mon domaine, mon Mesnil, 13’39, documentaire
      CADRE

      Passeurs d'image – Appel à projet Drac « Territoires ruraux, territoires de culture »

      PARTENAIRES

      Confédération Syndicale des Familles (CSF) - Maison de l'Image Basse-Normandie - GRETA Sud-Normandie , l'IRFA et le CFPPA pour le dispositif RÉUSSIR - L'Atelier de Condé-sur-Noireau - Calvados Habitat – Condé en Normandie

      PUBLIC

      Les habitants du quartier
      Les personnes accompagnées dans le cadre de Réussir
      Les habitants de Condé-sur-Noireau

      INTERVENANTS

      Benjamin SERERO, réalisateur

      OBJECTIF

      • Interroger l'aménagement d'un territoire par le prisme de l'art
      • Renouer le lien social entre les habitants des immeubles et le quartier résidentiel autour
      • Valoriser les forces vives du quartier qui œuvrent pour le vivre ensemble
      • Porter un regard différent sur le quartier au travers de la création artistique utilisant les nouvelles technologies (smartphone, drone, réalité augmentée…)
      • Récolter et valoriser une mémoire du quartier
      • Réaliser un travail cinématographique documentaire
      • Valoriser ce travail dans et à l'extérieur du quartier

      LIEU

      Condé en Normandie – Quartier du Mesnil

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Ce projet s'appuie sur le bouleversement national qu'ont connue des zones rurales en périphérie de communes. Dans les année 60-70, des terres agricoles sont achetées pour répondre au besoin de logements, dans des communes comme Condé-sur-Noireau, en plein développement économique.

      Le projet est de réaliser un film documentaire en partant de la démolition d'un patrimoine d'habitations caractéristique du développement économique des années 70 sur ce territoire rural.

      Ce projet artistique consiste à récolter une mémoire du territoire par des témoignages, des archives photographiques et vidéo, afin de construire un socle documentaire et permettre aux habitants de se réapproprier un patrimoine, figure d'une époque dont certains éléments vont disparaître.

      L'idée est ensuite de conserver cette mémoire et de la rendre accessible à tous, via l'utilisation de technologie numérique.

      FILM DE L'ATELIER

      Mon domaine, mon Mesnil, 13’39, documentaire

      Le film évoque au travers de souvenirs d’habitant l’histoire du quartier à un moment charnière de la vie du quartier du Mesnil, la démolition de bâtiments d’habitation.

      DATES

      9 jours d'interventions auprès du groupe entre avril et juin 2017

      FLERS - 61 - PROGRAMME NATIONAL DE RÉNOVATION URBAINE

      Film de l'atelier : Nous tous - 5'58, documentaire et animation
      CADRE

      Passeurs d'image

      PARTENAIRES

      Flers-Agglo - Association du quartier Saint-Michel - La Maison d'Activités Saint-Michel - La Maison de l'Image Basse-Normandie

      PUBLIC

      Les habitants du quartier Saint-Michel de Flers

      INTERVENANTS

      Anthony GANDAIS, réalisateur

      OBJECTIF

      • Permettre aux habitants de s'approprier le projet de réaménagement urbain
      • Travailler la mixité sociale et le dialogue entre les habitants et les institutions
      • Constituer une mémoire du quartier au regard de son évolution future
      • Récolter des traces documentaires de la vie du quartier
      • Sensibiliser les publics au documentaire comme outil d'expression et de valorisation de la mémoire du quartier

      LIEU

      Quartier Saint-Michel - Flers

      CONTENUS ET DÉROULEMENT

      Le quartier Saint-Michel est un quartier de Flers inscrit en géographie prioritaire. Ce projet s’inscrit dans le cadre du PNRU (Programme National de Rénovation Urbaine).

      La Maison de l'Image Basse-Normandie a été sollicitée pour accompagner ce projet afin de réaliser un film impliquant les habitants. La production réalisée par des habitants est à la fois une création cinématographique et un outil de réappropriation du projet de rénovation urbaine.

      Un groupe d'habitants a réalisé ce film après s'être imprégné du projet de renouvellement urbain. L'idée est de faire un film expliquant les enjeux du PNRU, de manière ludique en impliquant habitants, commerçants et acteurs du quartier.

      FILM DE L'ATELIER

      Nous tous - 5'58, documentaire et animation

      Une habitante animée nous explique les enjeux du plan de renouvellement urbain du quartier Saint-Michel à Flers.

      DATES

      5 jours d'interventions du 3 au 7 juillet

    • ?>
     
  • ?>

  •  
  •  
    Filmer la recherche en sciences humaines - FRESH
    Maison de la Recherche en Sciences Humaines (MRSH) de Caen

    Les « films d'atelier » : entre cinéma, intervention et recherche

    Journées d'étude organisées par la Maison de la recherche en sciences humaines de Caen Basse-Normandie et la Maison des sciences de l'homme en Bretagne en partenariat avec l'association Comptoir du doc, le laboratoire PREFics EA 4246 / Rennes 2 et la Maison de l'Image Basse-Normandie.

    En savoir +.

    Ciné-concert - Les folles inventions de monsieur Bricolo
    un film de Charley Bowers

    Programme de courts métrages burlesques.

    Le ciné-concert s’inscrit dans le cadre d’un jumelage d’éducation artistique et culturelle entre l’IUFM de Saint-Lô et la la Maison de l’Image Basse-Normandie.
    Onze étudiants de l’IUFM en Master 1 Métiers de l’enseignement participent à un atelier dirigé par Mauro Coceano, musicien et compositeur, et Marie-Christine Louis, formatrice musique de l’IUFM de Saint-Lô. La représentation publique du ciné-concert est l’aboutissement de ce travail.

    En savoir +.

  •  
  •  
    Le Territoire à l’épreuve des regards
    18h00 au Cinéma Café des images

    4 FILMS ISSUS DE L’ATELIER #1
    CINÉMA DOCUMENTAIRE & RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES

    À l’occasion du lancement de l’atelier #2 « Cinéma documentaire et Recherche en Sciences Humaines et Sociales », projection des 4 films issus de l’atelier #1 réalisés cette année en Normandie, et rencontre avec les réalisateurs des films.
    Chaque film a été réalisé par un groupe constitué de deux jeunes chercheurs et d’un réalisateur en voie de professionnalisation.

    En savoir +.

    Brooklyn
    20h00 au Café des Images - Hérouville Saint Clair

    un film de Pascal TESSAUD

    Coralie est une jeune rappeuse qui se produit sous le nom de Brooklyn. Elle quitte son pays, la Suisse et un père qui ne la comprend plus, pour s’installer à Paris. Elle trouve un petit boulot dans une association musicale de Saint-Denis, en banlieue parisienne. Lors d’une soirée slam, Brooklyn est projetée au devant de la scène. D’abord hésitante, elle conquiert son public et tape dans l’œil d’Issa, jeune rappeur, l’étoile montante de la ville...

    En savoir +.

    Making Off
    14h30 - Cinémathèque Française

    un film réalisé par Philippe Faucon

    Intégré dans le cursus de la formation professionnelle initiale « Les classes du comédien » d'Actéa, le module Le jeu de l'acteur au cinéma consista à proposer à Philippe Faucon* l'écriture et la réalisation d'un court métrage pour 13 comédiens stagiaires, et de proposer, en parallèle à cette formation, un stage pratique sur le tournage du film pour 11 étudiants de Licence 3 Cinéma du Département Arts du Spectacle-Cinéma de l'Université de Caen.

    En savoir +.

    Le Temps du regard
    17h45 au cinéma LUX

    un film documentaire de Jean-Marie Vinclair

    L’expérience de deux classes _ l’une de 6ème, l’autre de 4ème _ filmées pendant une année scolaire dans deux collèges du département du Calvados à travers le dispositif Collège au cinéma.
    Du point de vue des élèves et au rythme des projections au cinéma, ce documentaire explore, entre la salle et la classe, la manière dont le regard et la parole cheminent chez les jeunes spectateurs. A travers leurs visages, à la lueur des films et des mots, les adolescents se révèlent...

    En savoir +.

    Les Révoltés
    Université de Caen Normandie - Salle P. Daure (Campus 1)

    un film de Simon Leclère

    A 19 ans, Pavel travaille à l’usine locale comme son père et son grand-père avant lui. Son temps libre, il le passe sur les bords de Loire avec Anja, son amie d’enfance dont il est aujourd’hui secrètement amoureux. Si Anja rêve d’émancipation et s’apprête à passer son bac, Pavel n’est pas inquiet : ils ont grandi ensemble, ils vieilliront ensemble. Mais alors qu’un plan social est annoncé à l’usine, Anja se laisse séduire par Antoine, le fils du patron. Pour la première fois de sa vie, Pavel n’est plus sûr de rien.

    En savoir +.

    Atelier de Création #2
    Cinéma Documentaire & Recherche en sciences humaines et sociales

    « Trous de mémoire »
    Regards contemporains sur l’immigration en Normandie

    Pour la deuxième année consécutive, un atelier de pratique et de réflexion articulant création cinématographique documentaire et recherche en sciences humaines et sociales est mis en place à l’Université de Caen - Normandie pour l’année universitaire 2015 / 2016. L’atelier de réalisation se déroulera du 17 novembre 2015 à fin mai 2016

    En savoir +.

    5ème séminaire FRESH (Filmer la Recherche en Sciences Humaines)
    projections à la Maison de l'Etudiant de 4 films documentaires

    A l'occasion du 5ème séminaire FRESH (Filmer la Recherche en Sciences Humaines) du 26 mai prochain, projections à la Maison de l'Etudiant (Université de Caen Basse-Normandie - Campus 1) des 4 films documentaires réalisés par les 11 participants de l'atelier de création cinématographique documentaire et recherche en sciences humaines et sociales mis en place par la Maison de l'Image Basse-Normandie et la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l'Université de Caen du 3 novembre 2014 au 31 mars 2015.

    En savoir +.

  •  
  •  
    ALIMENTATION GENERALE
    9h30 au Cinéma Café des images

    un film de Chantal Briet

    Le temps de quelques jours, la réalisatrice Chantal Briet et son équipe se sont plongés avec bonheur dans le quotidien d'une petite épicerie de la cité de la Source, à Epinay-Sur-Seine, véritable oasis de vie. Dans la charmante échoppe, les clients se succèdent sous l'oeil bienveillant d'Ali, l'épicier charismatique, chanteur à ses heures...

    En savoir +.

    Festival Entre-d'eux #2
    Cinéma Le Café des Images

    Expériences réelles VS expériences virtuelles ?
    Regards du cinéma documentaire

    Soirée mise en œuvre dans le cadre du jumelage d'éducation artistique, culturelle et numérique entre la Maison de la Recherche en Sciences Humaines (Université de Caen-Normandie) et la Maison de l'Image Basse-Normandie, avec le soutien de la Région Normandie, de la DRAC Normandie et de l'Université de Caen-Normandie (mission culture) et dans le cadre du programme Film et Recherche en Sciences Humaines («» : MRSH Caen - MSHB Rennes et Unversité de Sousse).

    En savoir +.

  •  
 
?>
« Le fil des images » remplace « La Lettre des Pôles »

Depuis 2004, La lettre des pôles a été le journal d’information et de réflexion de référence, édité par les pôles régionaux d’éducation artistique et de formation au cinéma et à l’audiovisuel, avec le soutien du Centre national du cinéma et de l’image animée. 15 numéros ont été édités depuis la première parution. La Maison de l’Image Basse-Normandie avait coordonné les numéros 13 et 14, parus en février et juin 2011.

Le fil des images

Depuis peu, le site internet Le fil des images prend le relais de La lettre des pôles.

Comme La lettre des pôles, et conformément aux missions définies dans la charte, Le fil des images est à la fois un observatoire et un lieu de réflexion sur l’actualité, les problématiques et les expérimentations de l’éducation à l’image en région. Au-delà des membres du réseau des pôles, le site s’adresse à l’ensemble des acteurs de l’éducation aux images.

La rubrique repères et la fenêtre twitter permettent de suivre au quotidien les nouvelles de l’éducation artistique et culturelle aux images (publications, événements, interventions politiques…). La rubrique expériences met en lumière des pratiques pédagogiques innovantes. Enfin, les dossiers, constitués au gré des temps forts du réseau des pôles et agrémentés de contributions régulières, creusent des réflexions communes aux acteurs de l’éducation aux images.

Pour le visiter : http://www.lefildesimages.fr/